Les Indo­-Européens et la domestication du cheval 2/6

[Ci-dessus : Peigne d’apparat en or de facture grecque représentant des guerriers scythes combattant à cheval et à pied. Découvert en 1913 dans la tombe kourgane (à tumulus) de Solokha (Ukraine). IVe s. av. JC. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg]

La domestication originelle s’est faite en Europe

Il va de soi qu’une première domestication du cheval n’a pu s’effectuer que dans la région de son expansion naturelle. L’Orient, région des premières cultures et de la plus ancienne do­mestication des chèvres et des moutons, ne peut être retenu comme lieu de la première domes­tication du cheval. Pour l’histoire des sciences, il est intéressant de rappeler que l’on a longtemps cru que l’origine du cheval domestique (equus ferus = przewalskii f. caballus) se trouvait en Mongolie.

Deux causes majeures président à cette erreur, me semble-t-il. D’abord, le tarpan oriental, cheval sauvage de Mongolie, est la seu­le forme sauvage encore vivante qui a pu être observée scientifiquement. Ensuite, chez les Eu­ropéens, il y avait encore le choc psychologique des invasions mongoles qui agissait inconsciem­ment. La maîtrise parfaite du cheval par les peuplades hunniques ne prouve rien. Il suffit de songer à l’exemple récent des Indiens d’Amé­rique qui ont su maîtriser à la perfection et très rapidement les chevaux européens capturés, après avoir été pris de panique en les apercevant pour la première fois. Pour prouver la fausseté de l’origine asiatique du cheval domestique, il suffit de signaler un fait : la civilisation chinoise, même arrivée à un degré de développement élevé, n’a appris à connaître le cheval que par l’intermédiaire de tribus indo-européennes orientales.

Si les Mongols ne sont pas les premiers domes­ticateurs du cheval, alors ce ne peuvent être que les Indo-Européens. Les traces de la plus ancienne domestication du cheval en Russie sont le fait d’Indo-Européens. L’opinion qui voulait attribuer une origine orientale au cheval do­mestique doit être reportée sur les Indo-Eu­ropéens. À ce sujet, Franz Hancar (2), profes­seur à Vienne, avait dès 1955 débroussaillé le terrain et conforté l’origine européenne du cheval domestique. Le sort de ce travail de grande valeur a été tragique, car il a été publié à une époque où toutes les dates du néolithique eu­ropéen avaient été erronément avancée de 2000 ans. Thenius, professeur de paléontologie, écrit dans un manuel publié à Vienne en 1969 : « Les chevaux ont été inclus dans l’oikos humain en Europe dès le néolithique. Un second centre de domestication a existé en Sibérie au IIIe mil­lénaire av. notre ère » (3). Cette assertion, claire et succincte, n’est pas passée dans le grand pu­blic ni dans la recherche dominante actuelle en matières indo-européennes.

Bref résumé de l’histoire de la domestication

Examinons, au moins brièvement, les origines de la domestication des animaux. Les racines les plus anciennes des rapports entre l’homme et des mammifères, outre la chasse, remontent à la phase finale des hommes de Néanderthal, il y a 40.000 ans en Europe. L’image que l’on se faisait de cette sous-espèce (homo sapiens neanderthalensis) de l’homme accompli a radi­calement changé au cours de ces cent dernières années : on avait cru qu’elle était à mi-chemin entre le singe et l’homme ; on sait désormais qu’elle était au moins égale au sapiens actuel et possédait un volume crânien plus important. Ces hommes ont laissé des autels de pierre dans les régions montagneuses de l’Europe centrale, sur lesquels étaient exposés des crânes et des fémurs d’ours des cavernes. Ce qui est important dans ce culte, c’est que les canines de ces crânes d’ours avaient été limées. Comme le prouve la présence d’une nouvelle couche d’émail, ces animaux ont vécu un certain temps sous la houlette de l’homme. Dans le Sud de la France (4), on a retrouvé trace d’une opération sem­blable sur des défenses de sanglier. Le culte de l’ours a été repris pas l’homo sapiens sapiens. Il s’est répandu à travers toute la Sibérie jusqu’à Hokaïdo, où des savants ont pu l’observer chez les Aïnous paléo-europides.

La domestication proprement dite commence avec celle du loup (canis lupus) en Eurasie sep­tentrionale. L’ancienne hypothèse, qui postulait que la domestication découlait du fait que les loups suivaient les hommes, n’est plus défendue aujourd’hui par les biologistes. Nos ancêtres ne vivaient pas dans une société de gaspillage. Hommes et loups étaient d’âpres concurrents. La cause première de la domestication serait une su­perposition d’instincts. Les jeunes animaux dé­clenchent, via le schéma de l’enfant, l’instinct nourricier de l’homme ; le jeune animal, via le schéma de l’animal dominant dans le cadre des instincts grégaires, en vient à voir l’homme qui le soigne comme son dominant.

Le premier objectif de la domestication, c’est d’obtenir de la docilité par voie de sélection génétique. Le second objectif, c’est, au départ, d’obtenir une source de protéines et de matières grasses aisément accessible. Cela vaut pour tou­tes les phases premières de la domestication, du chien au cheval. Ce n’est que lorsque des co­chons, des moutons et des chèvres domestiques ont été élevés que le chien a été réservé à d’autres tâches.

Chiens, cochons, moutons et chèvres

Les plus anciens ossements attestés de chiens domestiques (canis lupus f. familiaris) remon­tent à environ 8000 av. notre ère et ont été découverts dans le Yorkshire et dans le Senckenbergmoor (5). En 1986, j’ai pu prouver, grâce à un enchaînement d’indices, que déjà les chasseurs de mammouths il y a plus de 20.000 ans élevaient des chiens affublés de taches claires au-dessus des yeux (6). Les ossements les plus anciens de cochons domestiques (sus scrofa f. domestica) découverts jusqu’ici remontent à –7500 et ont été découverts en Crimée. On remarquera que ces 2 animaux domestiques n’impliquent aucunement la culture sur champ. Leurs éleveurs appartiennent encore au groupe linguistique boréen non fractionné tout en étant déjà les ancêtres des futurs Indo-Européens.

Dans la zone du Croissant fertile, l’agriculture commence vers –9000, de même que l’élevage des chèvres et des moutons. Les 4 espèces d’animaux domestiques sont des mammifères grégaires de taille moyenne. Ceux de la zone septentrionale sont omnivores ; ceux de la zone méridionale sont herbivores. Dès 1986, j’ai pu prouver, avec force arguments, que seuls le chien et le cochon étaient les premiers animaux domestiques des Indo-Européens. Une prière hittite-louvite le signale. En voici un extrait : « Dieu Soleil du ciel, mon seigneur, à l’enfant de l’homme, au chien, au cochon, à l’animal sauvage des champs, dites ce qui est juste, ô Dieu Soleil, dites-le jour après jour » (7).

Même si à l’époque de la transcription de cette prière, vers –1300, les Hittites, peuple indo-eu­ropéens, disposent déjà d’un large éventail d’a­nimaux domestiques, leur prière rappelle ce qu’il y avait avant. Dès 6000 av. notre ère, l’Europe et l’Orient s’étaient échangé leurs animaux do­mestiques. Mais jusqu’à ce jour, le chien et le cochon chez les Indo-Européens, le mouton et la chèvre chez les Hamito-Sémites, sont nettement privilégiés dans les cultes et dans les croyances populaires.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s