Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250)

Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250)

Depuis le Moyen Âge, Frédéric II de Hohenstaufen n’a pas manqué d’alimenter les réflexions politiques sur le Saint-Empire et la constitution de l’identité européenne, ainsi que les rêveries romantiques sur la destinée extraordinaire des hommes d’exception. Mais il a également, dès le XIIIe siècle, fortement marqué l’imaginaire de ses contemporains, pour qui « personne dans toute la Chrétienté n’avait détenu de pouvoir pareil depuis Alexandre le Grand ». Il est vrai que cet « étonnement du monde et admirable changeur des temps » est assurément le personnage le plus surprenant de son époque, le plus complexe et le plus controversé aussi.

Prince solitaire sous tutelle pontificale, perçu comme le « roi des curés » au début du siècle, il meurt en 1250 sous les imprécations du souverain pontife le qualifiant d’« Antéchrist ». Empereur deux fois excommunié, il n’en est pas moins l’artisan de la restitution des Lieux Saints aux chrétiens. Incarnation de la figure impériale et de la plus grande gloire du Reich médiéval pour les uns, il est pour d’autres le fossoyeur d’une Allemagne dont les intérêts ont été sacrifiés au profit de la Sicile natale d’un souverain bien plus méditerranéen que germanique…

Anticipant la Renaissance tout en privilégiant la féodalité

On a souvent expliqué ces contradictions en présentant Frédéric comme un homme en avance sur son temps, un prince de la Renaissance ou un despote éclairé avant l’heure, prisonnier du carcan des pesanteurs médiévales. Sa vie et ses combats rendent pourtant bien compte des cadres hérités du passé. Il est vrai en revanche que cet esprit supérieur et profondément original, en se faisant l’héritier des traditions romaine, carolingienne et byzantine, a ouvert la perspective inédite en Europe d’un modèle politique et idéologique résolument à rebours des évolutions en cours.

Lorsqu’il naît le 26 décembre 1194, à Iesi, dans la Marche d’Ancône, Frédéric Roger de Hohenstaufen est promis à un héritage sans commune mesure : il est en effet appelé à ceindre un jour la couronne impériale de son père, Henri VI, et à recueillir par sa mère, petite-fille de Roger II de Sicile, le patrimoine méditerranéen du sang normand coulant dans ses veines. Mais le chemin devant le mener jusqu’à cette consécration s’avère difficile et bien tortueux.

La mort prématurée de l’empereur, en 1197, place le tout jeune roi des Romains sous la tutelle de son oncle, Philippe de Souabe, qui ne tarde pas à usurper son titre. Ainsi dépossédé de ses droits sur l’Allemagne, Frédéric est néanmoins couronné roi de Sicile juste avant la mort, l’année suivante, de sa mère Constance, qui l’a placé sous la protection du pape. Célestin III  puis Innocent III trouvent là une occasion inespérée de mettre sous tutelle l’Italie normande que les papes avaient toujours considérée comme une menace pour leurs États : la Sicile est reconnue comme fief pontifical et son souverain doit renoncer au titre de roi des Romains et donc à toute visée sur l’Empire germanique. Seul et malmené par les différentes factions – sicilienne, allemande, pontificale – cherchant à s’imposer dans l’île, Frédéric lance, à sept ans, un vain appel au secours à tous les princes de la Chrétienté : « Je suis environné de périls comme un agneau parmi les loups. »

Un « agneau » domptant les loups de son temps

Ce sont les revers de la fortune et les affaires allemandes, auxquelles il était d’ailleurs totalement étranger, qui vont aider Frédéric à redresser une situation qui ne lui était en rien favorable. Othon de Brunswick, couronné empereur à Rome à la mort de Philippe de Souabe à qui il avait âprement disputé le titre impérial, commet en effet l’erreur de vouloir s’en prendre au royaume de Sicile des Hohenstaufen. En brandissant la menace de la réunion de l’Italie du Sud et de l’Empire, il perd le soutien du souverain pontife qui a toujours redouté de voir ses Etats pris en tenaille entre deux entités géopolitiques dominées par une seule autorité.

Innocent III devient alors l’ardent défenseur du candidat gibelin et des prétentions impériales de Frédéric, à qui il fait promettre de ne jamais réunir ses territoires. En 1212, à l’issue d’une chevauchée épique à travers l’Italie et l’Allemagne, le jeune homme rallie Constance, quelques heures seulement avant l’arrivée en force d’un Othon de Brunswick qui, fraîchement excommunié, se voit refuser l’accès à la ville. Réélu Roi des Romains à Francfort, couronné à Mayence, il arpente le sud de l’Allemagne largement gagné à sa candidature. Pour s’imposer face aux partisans d’Othon, il confirme toute une série de privilèges en faveur du Saint-Siège, des pouvoirs ecclésiastiques mais aussi des princes laïcs à qui il abandonne bon nombre de droits régaliens (douane, frappe de la monnaie).

La victoire française de Bouvines en 1214 le débarrasse bientôt de son encombrant rival, défait par les armées de Philippe Auguste : il devient alors le maître incontesté de l’Allemagne, en se faisant de nouveau couronné à Aix en 1215. Quelques années plus tard, il profite de la faiblesse politique d’Honorius III pour reprendre à son compte l’idée d’Empire universel de ses ancêtres. Il se fait donner pour héritier en Germanie son jeune fils Henri, devenu roi de Sicile au moment de sa propre élection à la charge impériale.

Restaurer l’ordre monarchique

Frédéric se consacre alors à la restauration de l’ordre monarchique dans un royaume de Sicile ruiné, en proie aux révoltes seigneuriales et à l’agitation musulmane. Les assises de Capoue et de Messine annulent pour ce faire les textes de lois antérieurs aux troubles de 1189, tandis que la chancellerie royale se charge de vérifier les titres de propriété des grands (dont il n’hésite pas à détruire les châteaux). Le souverain peut ainsi reconstituer un domaine royal conséquent, sur lequel il abolit le servage.

Il relance le commerce en chassant les Pisans des ports et en abolissant les douanes intérieures. Assisté de Pierre de La Vigne, il s’assure du soutien d’une pléiade de fonctionnaires que la nouvelle université de Naples (1224) doit former, pour unifier le système des poids et mesures, créer un impôt foncier ainsi que des monopoles étatiques et frapper une nouvelle monnaie d’or, les augustales.

En 1231, le Liber augustalis (ou Constitutions de Melfi) marque l’aboutissement de sa politique de centralisation du pouvoir. A l’image de ce qui se passe alors dans les royaumes de France et d’Angleterre, il construit une monarchie centralisée, n’hésitant pas pour cela à s’imposer par des actes d’autorité (destructions de châteaux, mise au pas des barons). L’enrichissement incontestable de la Sicile sous son règne lui permet d’entretenir une cour éclatante et raffinée, où sont réunis des savants grecs, arabes, italiens, juifs…Il s’y fait le protecteur des arts et des lettres et encourage la traduction en latin des œuvres d’Aristote, de Ptolémée, de Galien ou encore d’Averroès.

Le Sacerdoce, l’Empire et l’Islam

Dans l’Empire, Frédéric reste en revanche un souverain féodal à la marge de manœuvre fort réduite par la puissance considérable des princes, à la constitution de laquelle il a amplement participé. Il s’engage alors dans une politique impériale de prestige dépassant les cadres d’une Allemagne aux mains des pouvoirs locaux. Frédéric apporte ainsi un soutien inconditionnel aux chevaliers Teutoniques qui, dans le cadre du formidable mouvement d’expansion du « Drang nach Osten », conquièrent de nouvelles terres en Prusse et en Livonie. La réalisation de ses projets orientaux s’avère en revanche plus compliquée, dans la mesure où il s’oppose là directement au pouvoir pontifical et ne tarde pas à réveiller les affres de la querelle du Sacerdoce et de l’Empire.

Frédéric s’était engagé dès 1215 à partir en croisade mais, très pris par le règlement des affaires allemandes et les réformes engagées en Italie du Sud, il n’avait eu de cesse depuis de repousser son départ pour la Terre sainte. Il est aussi vrai que son éducation et l’univers culturel très particulier de la Sicile, à laquelle il était viscéralement attaché, ne le prédisposaient pas à la guerre sainte. Loin d’être islamophile (il n’hésitera pas à déporter massivement les musulmans siciliens dans les Pouilles, à Lucera) ou encore d’incarner une tolérance totalement étrangère à la mentalité médiévale, Frédéric n’en est pas moins fortement attiré par la culture arabo-musulmane. Cet autodidacte polyglotte et avide de connaissances, marqué par l’influence multiculturelle d’une ville comme Palerme, trouve auprès des savants musulmans qu’il accueille à sa cour les réponses à ses questions sur la science, l’astronomie… Il entretient même une correspondance suivie et amicale avec le sultan d’Egypte, Al-Kamil, celui-là même qu’il lui faudrait affronter s’il partait en croisade.

Il n’en renouvelle pas moins son vœu lorsqu’il épouse en secondes noces l’héritière du royaume de Jérusalem, Isabelle de Brienne. Aussi, lorsque son départ est une nouvelle fois différé en 1227, Grégoire IX emploie les grands moyens contre celui qui avait déjà défié la papauté en réunissant l’ensemble de ses territoires. C’est donc un empereur excommunié qui s’embarque finalement pour l’Orient, en 1228. A Chypre, il est mal accueilli par la noblesse franque qu’il cherche à soumettre à son autorité, mais en Syrie, il use habilement des divisions du camp ayyubide dont il était très au fait, Al-Kamil lui ayant déjà demandé par le passé d’intervenir diplomatiquement dans la querelle qui l’opposait à son rival de Damas.

à l’issue d’une promenade militaire fort symbolique, il obtient par le traité de Jaffa l’accès aux Lieux saints pour les chrétiens ainsi qu’un certain nombre de seigneuries. C’est ainsi qu’il peut réaliser le rêve de tous les souverains occidentaux et se couronner lui-même, dans l’église du Saint Sépulcre, roi de Jérusalem, réussissant par la diplomatie là où tous avaient échoué par les armes. Salué par les ordres religieux comme le sauveur de la Chrétienté en Orient, Frédéric rentre en Europe en position de force pour réprimer un soulèvement en Italie (1230) et contraindre le pape au compromis : il est finalement absous lors du traité de San Germano.

Le retour de l’empereur…

Mais Frédéric doit bientôt faire face, en 1235, à la révolte de son fils Henri, inquiet de voir son pouvoir par trop limité par les innombrables concessions faites par son père aux princes allemands, contre lesquels il choisit d’ailleurs de soutenir les villes alors en pleine expansion. Cette rébellion impose le retour de l’empereur dans une Allemagne dont il n’avait pas foulé le sol depuis 1220 et dont il connaissait toujours aussi peu la langue et la culture. Déposé par le pape à la demande de Frédéric lui-même, Henri se soumet et est condamné pour trahison à la prison à vie. La paix perpétuelle proclamée à Mayence en 1235 voit la création d’une instance judiciaire permanente, confiée au « justicier de la cour impériale », censée mettre un terme aux conflits princiers.

Avant de repartir, l’empereur fait élire son fils Conrad, issu de son second mariage avec Isabelle de Brienne, roi des Romains, et épouse en troisièmes noces la fille de Jean sans Terre, Isabelle, espérant ainsi faire renoncer les Plantagenêts à leur traditionnel soutien au parti guelfe.

De retour en Italie, Frédéric cherche à renforcer son autorité sur le nord de la péninsule, quitte à se heurter au pape et à la ligue lombarde conduite par Milan. Quand cette dernière est défaite, le 27 novembre 1237 à Cortenuova, Grégoire IX prend prétexte de la politique religieuse menée en Sicile pour excommunier une nouvelle fois Frédéric. Ce pape, ainsi que son successeur, Innocent IV, n’auront alors de cesse de défendre leurs propres prétentions à l’universalité en mettant tout en œuvre pour ruiner le pouvoir impérial, allant jusqu’à accorder aux soldats se battant contre le Hohenstaufen, présenté comme la « bête de l’Apocalypse », les mêmes privilèges que s’ils se battaient en Terre sainte.

Alors que Frédéric est le seul souverain occidental à se soucier de la menace mongole pesant sur l’Europe de l’Est, Rome favorise ainsi les projets de schismes royaux en Allemagne, soutient les soulèvements des barons siciliens et les villes lombardes. Frédéric fait bien arrêter les cardinaux chargés de le condamner, mais il est finalement déposé en 1245 pour hérésie, félonie, sacrilège et parjure par un concile réuni à Lyon sans aucun représentant allemand ni italien. Il se voit opposer un antiroi en la personne du landgrave de Thuringe, élu par les archevêques de Cologne, Trêves et Mayence, puis de Guillaume de Hollande, qui ne fait pas même partie de l’ordre de princes d’Empire. C’est pourtant en Italie que Frédéric est le plus mis à mal : il échoue devant Parme révoltée, son fils Enzio est fait prisonnier par les Bolognais, Pierre de La Vigne, soupçonné de trahison, est exécuté…

César, Auguste et Justinien réunis

Aussi, lorsqu’il meurt à Castel Fiorentino, le 13 décembre 1250, la Rome des papes et les cités du nord de la péninsule, en rébellion ouverte contre lui, saluent ce jour comme « le retour du vent printanier après l’effroyable tempête ».

Innocent IV a accueilli avec un immense soulagement la disparition de ce redoutable adversaire politique, dont les armées étaient venues camper jusque sous les murs de la Ville éternelle. Son héritage politique disparaît pourtant avec lui, ses fils échouant à imposer, depuis la Sicile, les prétentions des Hohenstaufen dans un Empire en pleine décomposition.

Mais « l’enfant des Pouilles » ne s’est pas contenté de menacer le pouvoir temporel du pape. Détenteur d’une puissance incomparable, roi de Jérusalem, il se percevait tout à la fois comme César, Auguste et Justinien. Intermédiaire entre Dieu et les hommes, il entendait représenter le sacerdoce et le règne, ce dont témoigne l’ornementation de l’Arc de triomphe érigé à Capoue dans le style des monuments romains impériaux.

On comprend dès lors que ce personnage si charismatique soit entré dans la légende. « Il vit et ne vit pas » déclaraient les prédicateurs, attendant qu’il revienne un jour restaurer l’ordre impérial.

Emma Demeester

Bibliographie

Chronologie

  • 1194 : Naissance de Frédéric II dans le sud de l’Italie.
  • 1198 : Frédéric II, roi de Sicile, devient le pupille du pape.
  • 1215 : Frédéric II devient roi de Germanie après avoir définitivement écarté son rival guelfe.
  • 1220 : Frédéric est élu empereur.
  • 1229 : Traité de Jaffa restituant les Lieux saints aux chrétiens.
  • 1230 : Lors du traité de San Germano, le pape absout l’empereur excommunié trois ans plus tôt.
  • 1231 : Constitutions de Melfi.
  • 1235 : Répression de la révolte d’Henri VII, que Frédéric remplace par son autre fils, Conrad IV.
  • 1237 : La Ligue lombarde est battue par les troupes impériales à Cortenuova.
  • 1245 : Frédéric est déposé par le pape au concile de Lyon.
  • 1250 : Mort de l’empereur.

https://institut-iliade.com/frederic-ii-de-hohenstaufen-1194-1250/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s