Entre Barrès et Maurras

Dans la continuité de la chronique publiée dans notre précédent numéro, nous revenons sur l’œuvre de Maurice Barrès (1962-1923), et plus particulièrement sur l’influence qu’il exerça sur Charles Maurras.

Bon et mauvais tons

Maurras admirait Barrés, qui le lui rendait bien. Leur amitié fut profonde. Nous en sommes les bénéficiaires. On peut aller jusqu’à dire que nous restons débiteurs de Barrés en ce qu’il contribua à ramener notre principal maître politique des égarements anarchiques de sa prime jeunesse parisienne.

On ne parle pas d’idées, mais d’attitude morale : « Je traversais alors, écrit Maurras, une petite crise qu’il est difficile de définir. La délicieuse brousse parisienne, les franchises sans limites de ce vaste désert d’hommes, le contact d’un certain nombre d’étudiants, de jeunes journalistes et de petits rapins, les uns mes compatriotes, les autres, amis de mon frère, avaient fini par me communiquer, pour quelques saisons, d’assez mauvaises habitudes de langage et de tenue, un débraillé de brutalisme bohème qui permettait de me libérer des anciens plis de l’éducation… Jusqu’où cela est-il allé ? Je ne sais. Or, nous suivions, Barrés et moi, la pente des rues qui conduisent à Notre-Dame de Lorette. Soudain, il fit un mouvement, se redressa, le dos au mur et s’effaçant devant une dame qu’il ne connaissait évidemment pas : ni très jeune, ni très jolie, ni très élégante, une dame pourtant ! Mon compagnon faisait ce qu’on m’avait appris à faire, ce que j’avais toujours fait et que j’étais en train d’oublier.

Ainsi le rappris-je instantanément. La fierté, la délicatesse et le goût que la personne de ce Barrés rayonnait, me ramenait vers le pays natal, et je lui en vouais ma reconnaissance secrète : c’en fut fini du mauvais ton pour lequel je m’étais encanaillé un peu de temps. » En somme, Barrès avait « réenraciné » Maurras… Ce texte en rappelle invinciblement un autre, justement célèbre, du Mont de Saturne (1950), où ce dernier use d’une métaphore que Barrès aurait certainement goûtée tant elle lui est consonante. Après avoir rapporté qu’il se refusa, d’un mouvement comme instinctif, à trahir par coucherie son ami, Denys Talon – c’est-à-dire Maurras – analyse : « Avez-vous vu danser un bouchon sur la vague ? L’affaire découvrait, non sans joyeux étonnement, que je n’étais pas le simple bouchon et valais au moins autant d’être comparé à ces carrés de liège auxquels sont suspendus nos filets de pêcheurs. Eux-aussi dansent sur le flot. Mais sur les hauts et bas de l’onde, d’invisibles petits cylindres de plomb leur sont liés de place en place pour sous-tendre tout le réseau. Où étaient mes lingots de plomb ? Et combien en avais-je ? Je l’ignorais, mais ils étaient bons. » Telles sont les vertus d’un véritable et salutaire « surmoi », caché mais agissant, que Barrès et Maurras, avant freud – qui en faisait lui aussi une instance nécessaire – prêtaient à l’hérédité sociale.

On remarquera que toute l’interprétation maurrassienne du « culte du moi » en découle : « Si la doctrine avait consisté à dire : Monsieur, madame, défendez à tout prix n’importe quel moi, elle eût été fausse, et la réponse indiquée eût été trop facile : le Moi de qui ? d’un imbécile, d’un méchant, d’un bas profiteur ? Il ne s’agissait que d’un Moi constitué par la suite historique des générations cultivées ; le Moi d’un Français normal. »

Où la raison ne suffit pas

Ces réflexions témoignent chez Maurras d’une part barrésienne peut-être plus importante qu’on l’imagine, si l’on prête attention au fait que ce Moi hérité et instinctif ne réagit pas en vertu d’un quelconque système d’idées. Or l’on sait que Barrès était aussi doué pour les idées que sceptique quant à leur efficace, tandis que Maurras demeura toujours une sorte de « rationaliste » impénitent. Maurras refusait notamment l’idée que « les chemins de la pensée puissent dépendre de ce qui les fraye », ce qui ne gênait pas Barrés, pourvu que ces derniers fussent bons et et les siens.

Cette leçon barrésienne, ici épousée par Maurras, doit sans doute être retenue : notre cause a peut-être davantage besoin de personnes saines en profondeur, parce que lestées du « plomb » des bonnes mœurs mystérieusement héritées et de l’or de la tradition catholique civilisatrice que de doctrinaires et de fins dialecticiens. Peut-être s’agit-il moins aujourd’hui d’avoir seulement « raison », ce qui est bien sûr essentiel, que de commencer à éprouver une aversion instinctive pour tout ce qui détruit la société, et d’abord la nôtre, et avilit l’homme, et d’abord notre compatriote.

Francis Venant Action Française 2000 de février-mars 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s