Yvain ou le Chevalier au Lion

Un roman mythologique

Du merveilleux au mythe, la distance n’est pas très grande d’autant que les deux domaines procèdent d’un même univers originel. Le Chevalier au lion est riche d’épisodes mythiques dans le sens le plus immédiat du mot. La mythologie peuple ses récits d’êtres monstrueux, de combats prodigieux contre des géants, d’exploits hors du commun réservés à des êtres d’élite. Yvain accomplit justement les épreuves héroïques classiques du héros parfait. Il affronte des adversaires multiples ou des personnages monstrueux avec une déconcertante énergie. L’adversaire est unique lorsqu’il s’agit du géant Harpin de la Montagne, sombre brute sanguinaire et perverse. L’adversaire est double lorsqu’il s’agit des deux fils du netun, les invincibles champions du seigneur de la Pire Aventure. L’adversaire est triple enfin lorsqu’il s’agit des trois chevaliers félons qui ont injustement accusé Lunette d’un crime qu’elle n’a pas commis.

Ces exploits tirent leur caractère mythique de la nature même des adversaires affrontés. L’adversaire monstrueux ou triple est typique des mythes d’initiation à la guerre dans la mythologie indo-européenne. Le mythologue Georges Dumézil a montré l’importance du motif du combat contre trois adversaires. Il y voit un thème fondamental dans l’initiation guerrière du héros indo-européen. Dans le cas des netuns, les adversaires monstrueux ne sont que deux mais leur nature mythique est bien rappelée par leur nom : netun vient peut-être de Neptunum. Dans le sillage de ce nom, il faut placer les rites en l’honneur de Neptune (les Neptunalia dont parle Georges Dumézil) et qui concernent précisément les eaux dangereuses et caniculaires qui sont apparues au début du roman avec la furieuse tempête. Avec Harpin de la Montagne, réapparaît une figure classique de monstre mythique et prédateur : un géant dont le caractère ogresque est renforcé par le fait qu’il vient régulièrement chercher une pâture humaine pour satisfaire ses appétits pervers. On songe naturellement au Morholt de la légende tristanienne ou au Minotaure grec.

On notera que ces trois combats sont concentrés dans la deuxième partie de l’oeuvre. Lors de ces luttes, le chevalier est toujours assisté de son lion qui semble faire corps avec lui. De ce fait, Yvain et son lion ne font qu’un. Il s’agit de deux personnages en une seule et même figure : l’un est la métaphore de l’autre. Les miniatures médiévales n’auront aucun mal à déduire la nature héraldique de ce lion : Yvain est toujours représenté avec un écu au lion. Dans l’adaptation islandaise du Chevalier au Lion, le lion d’Yvain est qualifié de berserkr. C’est dire qu’il est un guerrier-fauve, un guerrier « à chemise d’ours », pour reprendre une expression classique de la littérature scandinave que traduit justement le terme berserkr. En fait, Yvain tient lui-même du guerrier-fauve, ce parfait animal de combat, comme le soulignent les métaphores du texte, mais la présence d’un lion à ses côtés vient humaniser et relativiser la violence de son comportement en reportant sur la bête la terrifiante force aveugle qu’il a su désormais maîtriser. L’épisode de la folie sauvage d’Yvain témoigne sans doute de l’état de fureur propre au guerrier-fauve. Les récits mythologiques représentent cette colère et cette fureur transfigurantes caractéristiques du héros indo-européen. Cette frénésie qui correspond réellement à la folie d’Yvain constitue une étape importante dans l’initiation guerrière du héros. Dans sa période de rage et de fureur, le futur héros se confond littéralement avec l’homme-fauve. Il échange sa nature contre celle d’un ours, d’un loup ou d’un chien dont il prend directement l’apparence.

Dans la première partie du roman figure un autre épisode dont le caractère mythique est évident. Il s’agit de la coutume de la fontaine. On a depuis longtemps souligné le caractère traditionnel de cet usage qui s’apparente à de vieux rites pour obtenir la pluie, particulièrement lors des périodes de grosse chaleur. Verser un peu d’eau sur la pierre qui borde la fontaine entraîne un véritable déluge et un orage terrifiant. Le rite pratiqué autour de la fontaine de Barenton dans la forêt de Brocéliande est probablement un reste de vieux cultes néolithiques, antérieurs au monde indo-européen. Il confirme le lien d’Yvain avec la mythologie de la canicule puisque c’est la période au cours de laquelle les orages sont les plus dangereux. Mais la canicule est aussi la période zodiacale du Lion, signe emblématique d’Yvain.

Chevalier-lion

En posant d’emblée la figure du lion comme emblème de son héros Yvain, Chrétien de Troyes privilégie une figure symbolique riche de sens. Incarnant traditionnellement la bravoure, la fierté et la force, le lion résume bien les vertus que l’on s’accorde volontiers à reconnaître à Yvain. Compagnon d’armes du chevalier, le lion se confond avec lui au point que les deux êtres échangent leurs personnalités. D’une part, Yvain est comparé à un lion. D’autre part, le lion tient parfois le rôle d’Yvain. Il devient même un personnage à part entière, pourvu des mêmes réactions et sentiments qu’un humain, par exemple lorsqu’il tente de se suicider. Le lion d’Yvain est sans nul doute le premier modèle d’un personnage animal humanisé dans la littérature française : audacieuse tentative d’un écrivain inventif. Il faut relire les passages où apparaît le lion pour comprendre comment Chrétien a su humaniser cet animal a priori terrifiant.

Dans le roman, le lion est un animal guerrier qui s’apparente et se substitue à la figure plus archaïque de l’ours. Comme l’a montré Michel Pastoureau, spécialiste de l’héraldique, c’est vers le milieu du XIIè siècle que se produit une mutation importante dans l’histoire des symboles : l’ours qui est alors considéré comme le roi des animaux est remplacé par le lion. Le roman de Chrétien de Troyes se place donc au moment où l’ours tend à devenir lion sous l’influence de modèles antiques gréco-latins. Avant d’être un chevalier au lion, Yvain a sans doute été un chevalier à l’ours, à l’instar d’Arthur qui porte justement le nom celtique de l’ours (art). Rappelons en effet qu’en ancien français le nom du roi est Artu(s) et on n’aurait aucun mal à trouver des héros antiques qu’une relation archaïque au lion a pour ainsi dire portés vers un statut mythique. Le plus célèbre de ces héros est sans conteste Héraclès, toujours associé au lion qui rappelle l’un de ses exploits. Il revêt sur ses épaules en effet la peau du lion de Némée qu’il a tué dans un de ses célèbres travaux. À travers cette peau qui lui sert d’emblème, il s’est approprié la force mythique du lion. Il est devenu un homme-lion. Yvain est une sorte d’Héraclès celtique. Lui aussi accomplit des exploits sans toutefois tuer le lion qui va devenir son emblème. Au contraire, le lion deviendra son compagnon après avoir été sauvé de l’étreinte mortelle du serpent. Notons ici que, dans la langue médiévale, serpent désigne plutôt un dragon qu’un simple serpent (c’est bien ainsi que le représentent les miniaturistes du Moyen Âge). Son analogue serait plutôt la tarasque vaincue par sainte Marthe dont le nom rappelle celui de l’ours (art dans les langues celtiques) et dont la fête tombe le 29 juillet en pleine période caniculaire. Si le Chevalier au Lion tue le dragon en présence d’un lion, on peut assurément traduire cet épisode en termes de calendrier : Yvain est bien un héros de la canicule. Il accomplit son exploit lorsque le soleil est dans le signe du Lion et il tire de cet exploit son surnom. La mythologie chrétienne du Moyen Âge conserve dans le calendrier la mémoire du mythe celtique fondateur sur lequel est construit le roman de Chrétien. C’est ce que Nathalie Stalmans appelle avec raison les « affrontements des calendes d’été dans les légendes celtiques ». Ce mythe se retrouve aussi bien dans les légendes hagiographiques que dans plusieurs récits hérités du monde celtique.

Le lien entre Yvain et le lion serait ainsi de nature zodiacal. Il soulignerait le caractère solaire du héros qu’il partage d’ailleurs avec Gauvain dont il est le cousin germain mais il renverrait aussi à sa date de naissance. Il existe un texte irlandais racontant la naissance mythique d’Yvain/Owein. On y apprend que le héros a été engendré, près du gué de l’Aboiement, lors d’une nuit de Samain (autrement dit le 1 novembre). Par conséquent, il naît neuf mois plus tard, le 1er août, jour de Lugnasad (fête du dieu solaire Lug) dans le calendrier celtique. Ainsi, le signe du Lion (du 22 juillet au 23 août) est le signe zodiacal d’Yvain. Natif du Lion, Yvain est un enfant du soleil car le soleil possède son domicile astrologique dans le seul signe du Lion. La présence d’un lion aux côtés d’Yvain n’est plus alors un simple hasard. Il rappelle le caractère solaire du héros. Il préfigure aussi son destin héroïque et royal. Il est admis en effet dans la tradition astrologique que le signe du Lion est un signe d’excellence puisqu’il est lié à l’astre le plus puissant : le soleil.

Dans l’interprétation traditionnelle de l’Antiquité, le signe du Lion est le signe royal par définition. Macrobe (que Chrétien de Troyes connaissait fort bien puisqu’il le cite au v. 6730 d’Érec et Énide) était un grammairien latin du début du Vè siècle après Jésus-Christ. Il était l’auteur d’un commentaire à la fois mathématique, astronomique et mythologique sur le Songe de Scipion de Cicéron. Ce Commentaire sur le Songe de Scipion développe une idée essentielle que les érudits du Moyen Âge devaient méditer. La Voie Lactée (dont on sait qu’elle apparaît lorsque le soleil est dans le signe zodiacal du Lion) est la voie des héros. Tout personnage qui aurait un lien avec cette Voie Lactée ne pourrait être que prédestiné à un destin d’exception. C’est bien le cas d’Yvain porté vers sa destinée royale par ce signe exemplaire. De très nombreuses sculptures de l’époque romane illustrent les thèmes de cette mythologie solaire où les figures bibliques et gréco-romaines rejoignent les grands thèmes celtiques.

À partir d’une mythologie qu’il hérite du monde celtique et qui exploite quelques grands motifs mythiques liés à la période de la canicule (signe zodiacal du Lion), Chrétien de Troyes livre dans le Chevalier au Lion un nouveau mythe adapté au monde chrétien et courtois du Moyen Âge. Ce mythe est celui du chevalier-roi, modèle de toute perfection, qui s’élève vers une souveraineté royale et amoureuse à la fois. Dans l’évolution de l’écriture romanesque de Chrétien de Troyes, ce roman expérimente une véritable esthétique du symbole, comme l’a montré Daniel Poirion. À partir des éléments que lui livre la tradition orale des Celtes, Chrétien cherche à créer un personnage qui serait une référence suprême en matière d’héroïsme. Le symbolisme zodiacal lui sert à suggérer l’image d’un héros solaire capable de rivaliser avec ses glorieux ancêtres antiques. Yvain, sous les traits du héros, incarne la perfection de la chevalerie courtoise : ardent défenseur des faibles et des opprimés, il est le chevalier sans reproche qui donne désormais à la chevalerie une mission morale qui prépare de loin la chevalerie céleste des futurs romans en prose du Graal. En s’imposant comme l’un des meilleurs chevaliers du monde, il devient un repère mythique pour la chevalerie courtoise car il relève un défi nouveau. Si, dans la tradition occidentale, le héros est surtout un être qui ne s’accomplit que dans une mort exemplaire, à travers Yvain, c’est la vie qui est exaltée. La fatalité inhérente à la figure héroïque (et que Tristan assume dans sa mort d’amour), Yvain l’exorcise en s’engageant sur une voie qui éloigne le pessimisme tragique du destin pour rechercher l’optimisme radieux de la volonté. Séduit par l’éclat du symbole léonin, le romancier champenois réalise ainsi une synthèse magnifique du héros qui concentre toute la richesse de la tradition mythologique résumée dans un double héritage celtique et gréco-latin. En même temps, il élabore une réflexion originale sur l’héroïsme chevaleresque et courtois en incarnant le modèle troubadouresque du fin amant dans une figure où « avec le Lion, le soleil et la raison brillent sur l’héroïsme ».

Philippe WALTER http://www.theatrum-belli.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s