Les Germains contre Rome : cinq siècles de lutte ininterrompue

Les sources écrites majeures du monde antique sont romaines, rédigées en latin. Les textes nous livrent donc une vision romaine des 5 siècles de lutte qui ont opposé le long du Rhin, des limes [zone-frontière] et du Danube, les tribus germaniques à Rome. Konrad Höfinger, archéologue de l’école de Kossina, interroge les vestiges archéologiques pour tenter de voir l’histoire avec l’œil de ces Germains, qui ont fini par vaincre. Ses conclusions : les tribus germaniques connaissaient une forme d’unité confédérale et ont toutes participé à la lutte, en fournissant hommes ou matériel. La stratégie de guérilla, de guerre d’usure, le long des frontières était planifiée en bonne et due forme, au départ d’un centre, située au milieu de la partie septentrionale de la Germanie libre. Nous reproduisons ci-dessus une première traduction française des conclusions que tire Konrad Höfinger après son enquête minutieuse.

Si nous résumons tous les faits et gestes du temps des Völkerwanderungen (migrations des peuples), nous constatons l’existence, sous des formes spécifiques, d’un État germanique, d’une culture germanique, renforcée par une conscience populaire cohérente. 

• 1. Dès l’époque de César, c’est-à-dire dès leur première manifestation dans l’histoire, les Germains ont représenté une unité cohérente, opposée aux Romains ; ceux-ci connaissaient les frontières germaniques non seulement celles de l’Ouest, le long du Rhin, mais aussi celles de l’Est. 

• 2. La défense organisée par les Germains contre les attaques romaines au temps d’Auguste s’est déployée selon des plans cohérents, demeurés identiques pendant 2 générations. 

• 3. Après avoir repoussé les attaques romaines, les Germains ont fortifié la rive droite du Rhin et la rive gauche du Danube selon une stratégie cohérente et une tactique identique en tous points. Les appuis logistiques pour les troupes appelées à défendre cette ligne provenaient de toutes les régions de la Germanie antique. 

• 4. Quand les Daces, sous la conduite de Decebalus, attaquent les Romains en l’an 100 de notre ère, les Quades passent à l’offensive sur le cours moyen du Danube et les Chattes attaquent le long du Rhin. 

• 5. L’assaut lancé par les Quades et la Marcomans vers 160 a été entrepris simultanément aux tentatives des Alamans sur les bords du Rhin et des Goths sur le cours inférieur du Danube. Les troupes qui ont participé à ses manœuvres venaient de l’ensemble des pays germaniques. 

• 6. À l’époque où se déclenche l’invasion gothique dans la région du Danube inférieur vers 250, les Alamans passent également à l’attaque et s’emparent des bastions romains entre Rhin et Danube. 

• 7. À partir des premières années du IVe siècle, Rome s’arme de l’intérieur en vue d’emporter la décision finale contre les Germains. À partir de 350, les fortifications le long du Rhin et du Danube sont remises à neuf et des troupes, venues de tout l’Empire, y sont installées. Simultanément, sur le front germanique, on renforce aussi ses fortifications en tous points : ravitaillement, appuis, matériel et troupes proviennent, une nouvelle fois, de toute la Germanie, ce qu’attestent les sources historiques. 

• 8. Sur aucun point du front, on ne trouve qu’une et une seule «tribu» (Stamm) ou un et un seul peuple (Volk), mais partout des représentants de toutes les régions germaniques. 

• 9. Les attaques lancées par les Germains en 375 et 376 ne se sont pas seulement déclenchées avec une parfaite synchronisation, mais constituaient un ensemble de manœuvres militaires tactiquement justifiées, qui se complétaient les unes les autres, en chaque point du front. Le succès des Alamans en Alsace a ainsi conditionné la victoire gothique en Bessarabie. 

• 10. La grande attaque, le long d’un front de plusieurs milliers de kilomètres, ne s’est pas effectuée en un coup mais à la suite de combats rudes et constants, qui ont parfois duré des années, ce qui implique une logistique et un apport en hommes rigoureusement planifiés. 

• 11. Les combats isolés n’étaient pas engagés sans plan préalable, mais étaient mené avec une grande précision stratégique et avec clairvoyance, tant en ce qui concerne l’avance des troupes, la sécurisation des points enlevés et la chronométrie des manœuvres. Les sources romaines confirment ces faits par ailleurs. 

• 12. Les événements qui se sont déroulés après la bataille d’Andrinople, entre 378 et 400, ont obligé l’Empereur Théodose à accepter un compromis avec l’ensemble des Germains. Ce compromis permettait à toutes les tribus germaniques, et non pas à une seule de ces tribus, d’occuper des territoires ayant été soumis à Rome. 

• 13. La campagne menée par le Roi Alaric en Italie et la prise de Rome en 410, contrairement à l’acception encore courante, ne sont pas pensables comme des entreprises de pillage, perpétrées au gré des circonstances par une horde de barbares, mais bien plutôt comme un mouvement planifié de l’armée d’une grande puissance en territoire ennemi. 

• 14. Ce ne sont pas seulement des Wisigoths qui ont marché sur Rome, mais, sous les ordres du «Général» Alaric, des représentants de toutes les régions de la Germanie. 

• 15. L’occupation de l’Empire d’Occident s’est déroulée selon un plan d’ensemble unitaire; les diverses armées se sont mutuellement aidées au cours de l’opération. 

• 16. L’armement et les manières de combattre de tous les Germains, le long du Rhin à l’Ouest, sur les rives de la Mer Noire à l’extrémité orientale du front, en Bretagne au Nord, ont été similaires et sont demeurées quasi identiques pendant tous les siècles qu’a duré cette longue guerre. Ils sont d’ailleurs restés les mêmes au cours des siècles suivants. 

• 17. Enfin, la guerre qui a opposé Rome aux Germains a duré pendant 4 siècles complets, ce qui ne peut être possible qu’entre deux grandes unités politiques, égales en puissance. Cette longue guerre n’a pas été une suite d’escarmouches fortuites mais a provoqué, lentement, de façon constante, un renversement du jeu des forces : un accroissement de la puissance germanique et un déclin de la puissance romaine. Cette constance n’a été possible que parce qu’il existait une ferme volonté d’emporter la victoire chez les Germains ; et cette volonté indique la présence implicite d’une forme d’unité et de conscience politiques. 

Après la victoire germanique, à la fin du IVe siècle, se créent partout en Europe et en Afrique des États germaniques, qui, tous, furent édifiés selon les mêmes principes. Que ce soit en Bretagne avec les Angles, en Espagne avec les Alains, en Afrique avec les Vandales, en Gaule avec les Francs, en Italie avec les Goths ou les Lombards, toutes ces constructions étaient, sur les plans politique, économique et militaire, avec leurs avantages et leurs faiblesses, leur destin heureux ou malheureux, le produit d’une identité qu’on ne saurait méconnaître. Il saute aux yeux qu’il existait une spécificité propre à tous les Germains, comme on en rencontre que chez les peuples qui ont reçu une éducation solide au sein d’une culture bien typée, aux assises fermes et homogènes, si bien que leurs formes d’éducation politique et éthique accèdent à l’état de conscience selon un même mode, ciselé par les siècles. Nous avons toujours admiré, à juste titre d’ailleurs, l’homogénéité intérieure de la spécificité romaine, laquelle, en l’espace d’un millénaire, en tous les points du monde connu de l’époque et malgré les vicissitudes politiques mouvantes, est demeurée inchangée et, même, est restée inébranlable dans le déclin. Le monde germanique n’est pas moins admirable pour ce qui concerne l’unité, l’homogénéité et le caractère inébranlable de sa constance: dès qu’il est apparu sur la scène de l’histoire romaine, au Ier siècle avant notre ère, il est resté fidèle à lui-même et constant jusqu’à la fin de la «longue guerre».

Konrad Höfinger, Vouloir n°52/53, 1989.

(Konrad Höfinger, Germanen gegen Rom : Ein europäischer Schicksalskampf, Grabert-Verlag, Tübingen, 1986, 352 S., 32 Abb.)

http://www.archiveseroe.eu/tradition-c18393793/65

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s