LA FRANCE ALIÉNÉE, COLONISÉE ?

technocrates2-1024x456-1

Les marxistes avaient un concept-clé : l’aliénation. Être aliéné c’est devenir autre que soi-même, c’est être dépossédé de soi, c’est à la fois être privé de son identité et de sa liberté, comme le prolétaire volé de son travail par le profit du capitaliste, soumis à l’idéologie de la classe dominante et par-là même rendu étranger à sa classe. Evidemment, cette conception n’a guère résisté à l’histoire, car l’ouvrier exploité par le manufacturier ne correspond guère à la situation la plus répandue dans les pays post-industriels. Mais l’idée demeure pertinente : si on admet qu’un individu possède une identité non seulement personnelle, mais aussi collective par son éducation, son sentiment d’appartenance, la connaissance de l’histoire de sa communauté nationale ou autre, sa langue, ses modèles culturels de comportements, et finalement la conscience de ses intérêts et de ceux de son groupe, lorsqu’il perd cette identité, il est aliéné, dépossédé de lui-même, et privé de la possibilité de choisir son destin.

Si l’on admet par ailleurs que certains groupes de pressions, certaines manipulations favorisent ce processus, on retrouve le schéma marxiste. Simplement, il n’est plus étroitement ni directement lié à l’économie, mais peut correspondre à la tendance persistante dans l’histoire de la volonté de domination d’un groupe quel qu’il soit sur les autres. Bien sûr cette hypothèse suscitera immédiatement l’accusation de complotisme. Toutefois, il ne faut pas confondre les réécritures hasardeuses de l’histoire, par exemple sur l’assassinat de J.F. Kennedy ou sur Pearl Harbor et l’interrogation raisonnable suscitée par la multiplication des contradictions étonnantes entre les problèmes rencontrés et les solutions proposées. Soit les dirigeants qui formulent ces dernières sont incompétents, mal informés ou soumis à des pressions qui entravent leur pouvoir, soit il y a un dessein intelligent derrière cette absurdité de surface. Soit l’histoire est “un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien”, comme Shakespeare le fait dire à Macbeth, soit sans imaginer qu’elle soit déterminée à marcher vers une fin inéluctable, comme le pensaient Hegel, Marx, ou plus récemment Fukuyama, on peut penser que certains groupes mus par une idéologie commune favorisent à un moment donné une certaine évolution, et manipulent l’opinion dans ce but. La mondialisation n’a pas réalisé l’unité du monde : la Chine à peine intégrée est devenue un ogre dont l’appétit risque de contrarier les concepteurs du village planétaire ; la Russie offre depuis l’arrivée de Poutine une résistance méritoire à la normalisation mondialiste ; Le monde musulman use de deux armes pour s’affirmer, la puissance énergétique et financière qui l’intègre, et le dynamisme démographique.  On voit bien que la “mondialisation” est avant tout un phénomène occidental, même lorsqu’il affaiblit l’Occident au profit d’autres ensembles civilisationnels. La première mondialisation correspondait la colonisation essentiellement britannique. Celle que l’on vit actuellement est souvent une colonisation déguisée, américaine d’abord, et qui devient en partie chinoise.

Dans ce monde en évolution, il y a des gagnants et des perdants, et les seconds sont les aliénés d’un devenir qu’ils subissent, et qui les prive de leur autonomie, de leur identité, de leurs défenses immunitaires contre la dépossession de soi. Faut-il être complotiste pour admettre que la France est parmi ces perdants une victime exemplaire ? Beaucoup de Français étaient prêts à se glorifier du succès de “leur” équipe de football, et on dû rentrer leurs drapeaux. Mais que penser de ces projecteurs braqués sur des événements insignifiants pour notre pays vécus par une équipe qui est une page de publicité en faveur de l’immigration ? On voudrait détourner l’attention des vraies questions qu’on ne s’y prendrait pas autrement. La peur obsessionnelle du virus, qu’on prolonge à souhait au-delà du raisonnable, grâce aux variants, a transformé notre nation en un troupeau de moutons à la fois soumis et pratiquant le chacun pour soi. Les élections ont été contournées par une majorité de Français désintéressés de la vie nationale. Cette panique organisée a fait suite à la terreur apocalyptique du réchauffement climatique auquel notre “petit” pays, mais nucléaire, ne peut pas grand chose, si tant est qu’il existe. En fait tout se passe comme si l’on cherchait à dissoudre la conscience collective des Français, à leur faire perdre de vue de vue leurs véritables intérêts, bref à les aliéner.

Car, pendant ce temps, la France devient de moins en moins maîtresse d’elle-même, perd son indépendance, sa souveraineté, c’est-à-dire la capacité de défendre ses citoyens. Cette aliénation prend trois formes : d’abord démographique avec une immigration déraisonnable associée à une politique à la fois globalement destructrice de la famille et du culte de la vie, et offrant paradoxalement une politique familiale généreuse, sans préférence nationale, aux immigrés ; économique ensuite avec l’effondrement de notre industrie, et le transfert de nombreuses activités économiques à l’étranger ou sous contrôle de l’étranger, comme l’ont montré Laurent Izard dans “La France vendue à la découpe” ou Olivier Marleix dans “Les Liquidateurs” ; culturelle, enfin, avec l’invasion linguistique de l’anglais, l’injection de modes idéologiques américaines, et la déconstruction de l’histoire nationale, le ciment de notre conscience en tant que peuple. La passivité, voire la complicité de nos dirigeants face à ce processus, qu’on peut interpréter comme une colonisation à bas bruit,  doit permettre l’interrogation : sont-ils idiots ? Sont-ils privés de leurs pouvoirs, liés par des intérêts contradictoires, entravés par la multiplication des “machins” supranationaux, comme les instances de l’Union Européenne, ou les autorités judiciaires ou administratives qu’on s’est plu à créer ? Sont-ils carrément complices d’une idéologie cosmopolite et économiciste qui considère les nations comme des vestiges du passé ? La question reste posée !

https://www.christianvanneste.fr/2021/07/07/la-france-alienee-colonisee/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s