La chasse au dahu

Le billet de Patrick Parment

Les récentes élections régionales n’ont finalement intéressé que par le taux d’abstention élevé et surtout la claque prise par le Rassemblement national. Toutefois, ce cumul région/département a bien mis en valeur qu’il y avait un échelon de trop. Et cet échelon, c’est bien la région. Avec le département, on reste dans des politiques de proximité, autrement plus efficaces que le distributeur à subventions qu’est la région. Ensuite, le préfet peut garder un œil sur les élus et leurs dépenses et les aider à orienter judicieusement leurs objectifs.

Mais, le sujet du jour que clament nos médias, c’est bien le retour de la droite dite républicaine sur le devant de la scène suite à la quasi élimination du RN. Il serait dangereux de croire que le RN a disparu de la scène. En revanche, que Marine Le Pen soit visée en raison de son recentrage quasi droit de lhommesque est évident. Va-t-elle enfin comprendre qu’elle n’est absolument pas crédible aux yeux des Français ? Et que le RN est et est appelé à rester un « gueuloir », du moins dans sa configuration actuelle et au vu de l’entourage direct et des orientations de sa présidente.

De tout cela, les médias en déduisent que la droite républicaine est de retour et accessoirement la gauche. Globalement, la France est à droite, au sens le plus conservateur du terme. Ce que confirme tous les sondages. Elle est en effet grandement majoritaire dans les régions et les départements. Ce qui signifie que la course est bel et bien engagée entre les candidats à la présidentielle. Si, un Jacques Chirac tenait sa boutique à coups de prébendes et d’exclusions, il n’en va pas de même pour Christian Jacob qui doit faire face à un parti divisé, non pas par des courants mais par les candidats potentiels. Tous veulent être vizir à la place du vizir.  On trouve en tête le représentant de commerce Xavier Bertrand qui n’a pas l’intention de se soumettre à une quelconque primaire ; Laurent Wauquiez qui déteste Bertrand, et Valérie Pécresse qui joue la carte féminine. Et, en embuscade, deux autres zozos, le sénateur Bruno Retailleau et Michel Barnier qui comme négociateur en chef sur le Brexit, s’est pris le melon et s’imagine un destin national. La machine Jacob risque de s’enrayer, d’autant que notre homme se verrait bien soutenir le farfadet François Baroin. Voici qui ne va pas manquer d’animer les soirées de leur bureau politique.

A gauche, le scénario est à peu prêt le même, sauf qu’ici ce sont toutes les couleurs d’un socialisme imaginaire qui vont joyeusement s’empeigner. Deux sont à peu près crédibles en la personne de l’écolo Yannick Jadot, qui met une dose de pesticide dans le bio, et notre éternel révolutionnaire en carton pate, Jean-Luc Mélenchon. Au PS, il semblerait que la maire Hidalgo tienne la corde avec laquelle elle ira vraisemblablement se pendre. Et puis n’oublions pas un petit trublion nommé Arnaud Montebourg qui a repeint le socialisme d’une couleur nationaliste avec son Made in France.

La seule chose dont nous soyons à peu près sûr, c’est que les Français aimeraient dégager Emmanuel Macron et son parti fantôme. Avec lui, on ne sait sur quel pied danser, sauf à baigner dans la marmite libérale, bruxelloise, le tout demeurant sous la férule américaine.

On a déjà répondu à la question de savoir pourquoi les Français s’abstiennent d’aller voter : parce qu’ils ne trouvent pas d’homme ou de parti capable de refléter leurs idées et surtout proches de leurs préoccupations. Et ces idées sont essentiellement conservatrices. Ce qui déplaît fortement à la doxa environnante. C’est la raison pour laquelle il est bien difficile de faire le moindre pronostic sur la prochaine présidentielle. Or, c’est demain !  « Et y a person » comme le chantait le regretté Nino Ferrer.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s