Persécutions urbi et orbi contre les identitaires

Robert Spieler

La répression judiciaire et sociale frappe à travers toute l’Europe occupée. En Allemagne, les services secrets allemands persécutent la Nouvelle Droite. Désormais, les éditions Antaios, de l’éditeur allemand de la « Nouvelle droite » Götz Kubitschek, sont déclarées « cas suspect » par les services secrets allemands, nous informe Lionel Baland. Parmi les auteurs publiés par les éditions Antaios figurent Alain de Benoist, ainsi que Jean Raspail, l’auteur du Camp des Saints. Dans le rapport annuel de l’Office fédéral de protection de la Constitution (une sorte de police politique), la Nouvelle Droite est accusée d« introduire ses idées dans le discours politique avec un revêtement pseudo-intellectuel et de repousser les limites de ce qui peut être dit »La France, évidemment, n’est pas en reste. François-Aubert Gannat, fils de l’ancien chef de la région Pays-de-la Loire du FN, Pascal Gannat, qui a été directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen, est aussi le frère de Jean-Eudes Gannat, porte-parole de L’Alvarium, association identitaire angevine.

François-Aubert vient d’écoper de huit mois de prison dont cinq mois de sursis probatoire et a été écroué. Son crime : les militants de l’association identitaire angevine, l’Alvarium, avaient eu à faire face à une violente attaque de leur local par l’extrême-gauche et y avaient courageusement répliqué, les faisant déguerpir comme des lapins. Inacceptable, bien sûr, aux yeux de la Justice du Régime…

Le blogueur nationaliste breton Boris Le Lay, actuellement réfugié au Japon, vient, quant à lui, d’être condamné à 6 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Quimper, pour « provocation à la discrimina- tion raciale »Il est vrai qu’il y est allé fort, en déclarant qu’il n’existait pas de « Celtes noirs »On peut certes comprendre la douleur des Pygmées et des Hottentots, en entendant un tel propos. En attendant, la militante identitaire Thaïs d’Escufo, s’est retrouvée devant le tribunal correctionnel pour « incitation à la haine. » La porte-parole de Génération Identitaire, mouvement dissous en mars dernier, est poursuivie par leur Justice à la suite d’une vidéo enregistrée lors de l’opération Defend Europe dans les Pyrénées. Elle avait, il est vrai, tenu des propos particulièrement nauséabonds, déclarant en conclusion : « A tous ceux qui veulent nous envahir. Retournez chez vous, l’Europe ne sera jamais votre maison »Le procureur de la République de Saint-Gaudens, très certainement un patriote d’élite, a décidé de poursuivre la jeune porte-parole pour « une expression outrageante, un terme de mépris ou une invective, avoir injurié un groupe de personnes à raison de son appartenance ou de sa non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion »Et puis, dit-il, ces propos « visent les migrants n’appartenant pas à la communauté française ou européenne » et constitueraient alors une « incitation à la haine »Le parquet a requis 4 mois de prison avec sursis et 4 000 eu- ros d’amende pour chacun des militants, dont Thaïs d’Escufon.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Thaïs d’Escofon avait été invitée par Cyril Hanouna dans BTP, en janvier dernier. Or, on apprend sur le blog Politico qu’elle avait travaillé pendant plusieurs mois pour le RN Sébastien Chenu, qui faisait campagne dans les Hauts-de-France, et qui l’avait engagée en septembre dernier comme « community manager »à 800 euros par mois pour alimenter ses pages Facebook, Twitter et lnstagram. Chenu, qui prétend avoir ainsi découvert qu’elle était « affiliée au groupuscule d’ultra-droite Génération Identitaire »l’a renvoyée sur-le-champ. Son directeur de campagne assure qu’il n’avait « aucune idée » que la jeune femme de 22 ans était la porte-parole de GI (il se moque vraiment du monde). Celui-ci explique qu’il a ensuite été décidé par l’équipe qu’en raison de ses prises de position « évidemment différentes » du RN, il n’était « pas possible » qu’elle conti- nuât de travailler pour Sébastien Chenu.

Voilà où en est le parti de Marine Le Pen. On comprend la désaffection des électeurs vis-à-vis d’un parti ayant des comportements aussi misérables, aussi méprisables, à l’égard de ses militants et sympathisants…

Source Rivarol 30/06/2021

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s