Ce despotisme qui vient des antipodes

Georges Feltin-Tracol

La présente chronique concerne encore une fois la Nouvelle-Zélande et son sémillant Premier ministre, l’ineffable Jacinda Ardern (en médaillon), icône planétaire du camp progressiste en attendant l’installation possible de la Verte Annalena Baerbock à la Chancellerie allemande. Non, le chroniqueur hebdomadaire ne fait aucune fixation sur la terre des sympathiques animaux kiwis. Il remarque simplement que cet archipel des antipodes se trouve souvent à la pointe de la Subversion cosmopolite.

Dès 1893, Auckland octroie le droit de vote aux femmes qui ne pourront toutefois se porter candidates qu’à partir de 1919. Le beau sexe bénéficiait de droits civiques plus larges selon certains critères sous l’Ancien Régime quand le suffrage, encadré et organisé, s’inscrivait dans une continuité organique, communautaire et hiérarchisée réelle. Le féminisme, l’hostilité au nucléaire, le multiculturalisme, les restrictions covidiennes aux libertés publiques et privées et d’autres initiatives ubuesques prolifèrent sans commune mesure dans cet État du Pacifique Sud. Ainsi, le 17 octobre 2020, à l’occasion des élections législatives, les Néo-Zélandais furent-ils conviés à participer à deux référendums consultatifs dont l’un portait sur la légalisation du cannabis. Le « non » l’emporta de justesse à 51,17 %.

La légalisation des « joints » aurait été paradoxal alors que le gouvernement néo-zélandais s’apprête à éliminer dans les prochaines années les cigarettes. Produit de la Modernité dû à la « découverte » de l’Amérique, le tabac n’est pas un ami. Dans ses mémoires inachevés, Engagements pour la civilisation européenne. Souvenirs (Alexipharmaque, 2013), Jean-Claude Valla, sans mentionner Dominique Venner, rapporte avoir entendu des centaines de fois à la Fédération des étudiants nationalistes et à Europe Action que « “fumer, c’est oriental” ou “fumer, ce n’est pas nationaliste” ». On ne peut en effet que déplorer que maints amis fument et gaspillent leur argent au profit d’un État et de multinationales qui les détestent.

La Nouvelle-Zélande a voté une loi qui entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Elle interdira aux personnes nées après 2004 d’acheter du tabac. C’est une nouvelle forme de prohibition. Cette incroyable information provient d’un bulletin hebdomadaire confidentiel hexagonal d’inspiration complotiste nommé L’Express du 29 avril 2021. La prudence s’impose donc… On lit cependant dans l’article signé Corentin Pennarguear, probablement le pseudonyme d’un adepte de QAnon – France, que « le gouvernement prévoit […] de limiter l’âge légal pour acheter des cigarettes à 18 ans, puis de relever cette limite d’un an chaque année. Toute une génération serait ainsi privée de tabac ». Privée de tabac sûrement, mais pas de cannabis dont la légalisation, hélas !, est inéluctable. Son emploi systématique peut constituer un instrument ingénieux de contrôle social.

Certes, cette interdiction prochaine pose la question de la liberté personnelle. Pour Shayne Nahu, responsable de recherche à la Cancer Society of New Zealand, « de quelle liberté parle-t-on quand vous souffrez d’une addiction ? » L’argument peut se retourner et s’appliquer à d’autres sujets de société. Un défenseur de la vie pourrait arguer « de quelle liberté parle-t-on quand il s’agit de protéger l’embryon à naître ? » Il devient évident que le slogan féministe débile « Mon corps m’appartient » se relativise devant les faits. Via le bannissement du tabac, l’infantilisation des citoyens s’accélère…

Après cet interdit générationnel, rien n’empêcherait l’instauration d’autres exclusions comme, par exemple, ne plus consommer de la viande un jour par semaine, de ne pas regarder TVLibertés, de ne pas écouter les radios dissidentes, de ne pas détenir, ni de lire des ouvrages « controversés », voire, dans un ordre d’idée inversé, l’obligation légale d’acheter et de consommer des produits stupéfiants.

Sous couvert d’une cause sanitaire honorable, le gouvernement travailliste néo-zélandais viole la vie privée et la caporalise. Cette ingérence n’est pas propre à ce pays anglo-saxon. Aux États-Unis, de nombreux propriétaires interdisent par contrat à leurs locataires de fumer chez eux. Ils exigeront bientôt de connaître leurs orientations politiques et religieuses… « Le rêve radical d’un pays sans tabac » valide l’adage populaire pour quoi « l’Enfer est pavé de bonnes intentions », surtout dans un Occident américanomorphe en phase terminale dépassée.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°220, mise en ligne sur TVLibertés, le 22 juin 2021.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s