L’éditorial du n°57 de la revue Synthèse nationale

Détruire le système avant qu’il nous détruise… Roland Hélie,

directeur de Synthèse nationale  (15 juin 2021)

Décidément, la macronie, aussi consternante soit-elle, nous offre chaque jour une bonne raison de ne pas désespérer. Quoi que fassent ses acteurs, quoi qu’ils disent, il y a, à chaque fois, fort à parier que le lendemain, avec le même angélisme et la même condescendance, ils nous diront et imposeront le contraire. Ce qui, vous en conviendrez, nous incite à prendre avec le recul qui s’impose toutes les décisions gouvernementales.

Après avoir cafouillés durant plusieurs mois face à l’épidémie venue de Chine et voyant le ras-le-bol que cette incurie a provoqué, Macron et sa cli-que, en bons petits domestiques locaux de la finance mondialisée, cherchent un moyen pour s’en sortir « la tête haute ». Les confinements, les masques, les tests, les vaccins… étant de plus en plus, malgré quelques sondages discutables, rejetés par une partie grandissante de nos compatriotes, les têtes pensantes du Système veulent maintenant nous imposer leur dernier gadget-miracle, le fameux « passe-sanitaire », en attendant l’implantation, un jour, pourquoi pas d’une puce électronique permettant de contrôler (et donc orienter) les faits et gestes de chacun d’entre nous (ce qui, d’ailleurs, est déjà un peu le cas avec nos smartphones). En fait, si nous étions « complotistes », nous pourrions presque imaginer que le coronavirus serait une aubaine pour la réalisation de leurs machiavéliques plans liberticides.

L’épidémie, conséquence directe de la globalisation.

Que l’on ne se trompe pas. On ne rappellera jamais assez que l’épidémie qui frappe la plupart des pays du monde depuis un peu plus d’un an n’est que la conséquence logique de l’économie globalisée imaginée et réalisée depuis plusieurs décennies par les « décideurs de Davos », cette station hivernale suisse des plus huppées qui voit se tenir chaque année un Forum mondial rassemblant les pseudos élites politico-économico-intellectuelles venues du monde entier. En faisant de la Chine (et d’une partie de l’Asie) la zone industrielle de ce qu’ils appellent « le village planétaire » et en y concentrant une grande partie des usines polluantes, il n’était pas besoin d’être un grand de-vin pour deviner qu’on allait tout droit vers une catastrophe écologico-sanitaire. Mais les « penseurs de Davos », ne voyant que le profit à court terme des multinationales (et aujourd’hui celui des GAFAM), en avait décidé ainsi. On voit les résultats : chômage grandissant, pollution insupportable, renaissance de l’impérialisme économique chinois, migrations incontrôlées, apparition d’épidémies inconnues jusqu’à présent… En fait de « décideurs », ou de « penseurs », nous ferions mieux de parler des « prédateurs de Davos ».

Et comme ces gens ne doutent de rien, après avoir provoqué le désastre que l’on sait, toute honte bue, ils en redemandent encore. Au lieu de déposer le bilan de leur entreprise criminelle, ils instrumentalisent la grande peur engendrée par la maladie « chinoise » et ses variants pour nous imposer leur nouveau concept (une sorte de « saison deux » de l’aventure mondialiste), à savoir « la grande réinitialisation » (1). Finies les nations, finies les civilisations, finies les identités : en route vers un monde meilleurs, aseptisé et globalisé, dans lequel tout le monde, il serait gentil, tout le monde, il serait dans les clous, tout le monde, il fermerait sa gueule et tout le monde, il enrichirait les puissances financières (celles justement que l’on glorifie à Davos).

Une telle politique ne pourra se réaliser qu’aux dépens des peuples qui devront s’estimer heureux de toucher le « salaire universel », sorte de prime à l’oisiveté et à la soumission. Cette perspective peu réjouissante emporte somme toute l’adhésion d’une bonne partie des gagnants de la mondialisation, à commencer par les bobos des aires urbaines.

La bobocratie, justement, parlons-en…

La bobocratie adore donner des leçons. Ses membres vous étiquettent, vous distribuent bons et mauvais points avec une facilité déconcertante. Si votre façon de voir leur paraît conforme, vous voilà rangé dans le camp du Bien. En revanche, si vous vous aventurez à émettre le moindre doute ou, pire, vous exprimez un vague sentiment national, voire identitaire, vous voici condamné, sans autre forme de procès, aux ténèbres extérieures, au camp du Mal… Et après tout, puisque nous qui faisons vivre Synthèse nationale, nous y sommes relégués, qu’il nous soit permis de prendre un malin plaisir à l’évocation de la « mésaventure » d’un Bernard Tapie, violenté et dévalisé par quatre représentants de cette immigration qu’il considérait, hier, com-me une chance pour la France ; ou à celle d’un Olivier Duhamel, grand moraliste devant l’Éternel, rattrapé par son passé peu reluisant de (présumé) violeur incestueux.

Au-delà de ces deux piliers de la bien-pensance, désormais vermoulus, c’est l’ensemble de la bobocratie qui s’avère perverse et néfaste. Ses membres, obsédés par l’argent, le paraître, le pouvoir, grisés par leurs idées confortables et leur morale de bisounours, voient en fait bien plus leurs petits intérêts immédiats que ceux du pays et de ses habitants.

Rien n’est perdu…

Que les bobos le veuillent ou non, les Peuples et les Nations sont des réalités qui ne se laisseront pas détruire sans résister. La première étape de cette résistance salvatrice pour le peuple français, c’est la prise de conscience des dangers qui le menacent. Le combat que nous menons depuis près de quinze ans à Synthèse nationale, aux côtés de l’ensemble des forces patriotiques, identitaires et non-conformistes, va justement dans ce sens. À travers notre revue, nos éditions, notre site et nos multiples campagnes, colloques et réunions, nous essayons d’éveiller nos compatriotes. Certes, nous ne sommes pas les seuls (heureusement) mais (modestement) nous pensons que notre action est utile.

L’élection présidentielle de 2022 doit retenir notre attention. Tout laisse à penser que les résultats de la droite nationale seront en hausse et nous ne pouvons que nous en réjouir. Cependant, il ne faut pas se laisser aveugler. Si les sondages donnent actuellement à Marine Le Pen des intentions de votes allant parfois au-dessus des 30% au premier tour, il ne faut pas oublier qu’il en allait de même six mois avant l’élection de 2017. Au final, elle fit 21% et on peut se demander si sa présence au second tour fut aussi bénéfique pour l’idéal national qu’on veut bien le dire.

En fait, les Français qui suivent la présidente du Rassemblement national le font plus par opposition à la politique mondialiste, européïste et immigrationniste des partis du Système que par adhésion à son programme qui, il faut le dire, est de moins en moins nationaliste et de plus en plus similaire à celui du RPR, leurre chiraquien de la fin du siècle dernier, qui porte une lourde responsabilité dans le délitement de notre pays. Partant du constat qu’il n’y a actuellement pas d’autre offre, ces électeurs potentiels se contentent de Marine, même si celle-ci, de part ses orientations programmatiques à géométrie variable et la gestion calamiteuse de son mouvement, est loin de faire l’unanimité. Qu’elle soit ou non au second tour ne changera pas, admettons-le, grand chose.

Parmi les symptômes d’un renouveau national, il y en a un qui n’a échappé à personne. C’est l’émergence politique du polémiste de talent Éric Zemmour. Le succès de son émission quotidienne sur la chaîne C-News, qui pulvérise toutes les audiences, est là pour le prouver. Chaque soir, il commente sans concession et avec conviction l’actualité et il prend des positions qui ressemblent de plus en plus à un programme. Certes, Zemmour n’a pas encore fait part de ses intentions, mais force est de reconnaître qu’il serait le mieux placé pour rassembler réellement toutes les forces enracinées, bien au-delà du Rassemblement national, et à faire ainsi bouger les lignes.

Ni la droite nationale et identitaire ni, encore moins la France n’ont le temps d’attendre. Plus le temps passe, plus la situation s’aggrave. Chaque jour, le grand remplacement s’accentue et bientôt les Français de souche seront minoritaires chez eux. La présidentielle de 2022 verra-t-elle l’apparition d’une nouvelle force salvatrice capable de détruire ce Système avant qu’il nous détruise ? Le temps presse, l’avenir nous le dira très vite.              

(1) Cf. « The Great Reset », le livre de Klaus Schwab, président-fondateur du dit Forum. Nous en avons parlé dans notre précédente livraison (Synthèse nationale, n°56, hiver 2021-2021 cliquez là).

Commander ce numéro 57 cliquez ici

S’abonner à Synthèse nationale cliquez là

Bulletin d’abonnement

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s