Délires pédagogiques à gogo

Georges Feltin-Tracol

La nouvelle n’a choqué que les conservateurs murés dans leurs châteaux ou dans leurs villas. Entièrement focalisé sur son hystérie pandémique et vaccinale, le Système médiatique n’a pas répercuté la nouvelle. Les universités britanniques souhaitent ne plus pénaliser les fautes d’orthographe et de grammaire au moment de la correction des examens afin de rétablir l’égalité de traitement entre les étudiants européens favorisés et leurs condisciples originaires d’autres ethnies. Cette décision incroyable porte un violent coup à l’instruction et à la transmission des savoirs.

L’école française subit pour sa part une dévastation similaire. Les enseignants abandonnent la notation sur 10 ou sur 20, trop discriminatoire, et choisissent d’évaluer par compétences. L’écriture inclusive et ses nombreuses mutations féministes contaminent le monde universitaire, les organisations syndicales et certains cours dans les établissements primaires et secondaires. En parallèle au sempiternel discours de lutte contre le racisme, blablabla, et pour la défense des valeurs de la République, les directives ministérielles enjoignent l’école de s’emparer de l’outil numérique. Les premier et troisième confinements des printemps 2020 et 2021 facilitent la réalisation de cette injonction avec les cours à distance. Mais les résistances restent vives, ce qui irritent bien les zélotes du « monde d’après ».

Bien avant l’actuelle crise sanitaire, Le Monde du 5 septembre 2018 publiait la tribune d’un certain Gilles Dowek, chercheur à l’INRIA (Institut national de recherches en informatique et en automatique). Cet informaticien faisait très fort puisqu’il intitulait son texte « Interdisons les stylos dès la rentrée prochaine ». Au mépris d’une réalité observée dans les classes de la Silicone Valley où les geeks exigent que leur progéniture soit le moins possible au contact avec l’univers connecté, cet enseignant à l’École normale supérieure de Paris – Saclay estimait que « les compétences nécessaires pour écrire un texte avec un logiciel de traitement de texte et avec un stylo sont différents ». L’auteur de la présente chronique le confirme puisqu’il rédige toujours le premier jet au stylo encre avant de le saisir sur l’ordinateur, de l’imprimer et de le retravailler à la main. Gilles Dowek ne cachait pas sa colère. « Si les députés tenaient absolument à voter une loi, ils auraient pu apporter leur pierre à cette nécessaire transformation de l’école en déclarant l’utilisation, par un élève, d’un stylo ou de tout autre équipement encreur interdite dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, précisant qu’un membre de l’équipe de direction ou un personnel enseignant pouvait confisquer le stylo ou tout autre équipement encreur de l’élève, si celui-ci a fait usage en méconnaissance de l’article précédent. » Proposition délirante ? Il s’agissait en fait d’une réaction ironique à l’interdiction du téléphone portatif dans les écoles et les collèges. Or, les blagues potaches deviennent souvent quelques années plus tard effectives. Qui se serait douté que le « saint » qui débute les noms d’un grand nombre de localités en France disparaîtrait dans le cadre des regroupements de communes ? De nombreuses écoles primaires aux États-Unis n’enseignent plus l’écriture avec un stylo.

Libération du 3 septembre 2018 faisait-il une autre blague en publiant le point de vue commun d’Arnaud Hoedt et de Jérôme Piron en faveur de la réforme de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir ? Soutenus par un certain Conseil international de la langue française, des instances de la Fédération Wallonie – Bruxelles qui coordonne l’action des gouvernements régionaux de la capitale belge et de sa partie francophone, et de Bernard Pivot – qu’on a connu plus avisé -, ces deux hurluberlus ne veulent plus écrire « Les fleurs que j’ai cueillies – i.e.s », mais « Les fleurs que j’ai cueilli – i ». Les deux anciens professeurs de français voudraient revenir sur une règle pétrie d’italianisme entérinée par l’Académie Française à la fin du XVIIe siècle.

Dans le même désordre grammatical, d’autres soutiennent l’accord de proximité qu’auraient pratiqué Madame de La Fayette et l’immense Racine. Qu’est-ce que cet accord de proximité ? L’accord se fait avec le dernier sujet. Par exemple, « les hommes et les femmes sont parties – i.e.s -, car le participe passé s’accorde ici avec “ femmes ” ». En revanche, la phrase « les femmes et les hommes sont partis s’écrit i.s parce que “ parti ” s’accorde avec “ hommes ” ». Avec cette fluidité revendiquée, nouvelle confirmation du « monde liquide », on souhaite bien du plaisir aux élèves dyslexiques. Pourquoi faire simple quand on peut faire très compliqué ?

Pendant ce temps, Jean-Michel Blanquer interdit l’emploi de l’écriture inclusive dans l’Éducation nationale. Cette décision déclenche les foudres de quelques syndicats décatis qui en appellent à la désobéissance… Quelle audace ! Ils oublient que le même Blanquer, fidèle au « en même temps » de son maître élyséen généralise la féminisation des fonctions. Pourquoi alors ne pas appeler son épouse à l’instar du russe « Mme Blanquera » ? Et puis, la féminisation des titres ne peut que peiner les non-binaires et autres personnes – fluides… La neutralisation des mots n’est pas pour demain.

Écriture inclusive, fin des notes chiffrées, invasion intrusive du numérique, anglicisation forcée et édulcoration des langues participent à cet autre « Grand Remplacement » mental, à une gigantesque vague déconstructiviste qui accélère l’inexorable déclin du niveau intellectuel en France et en Europe. Le rejet de toute complexité inhérente au grand fleuve de la Vie aboutit à la simplification délétère des existences. En ciblant les jeunes générations, ces pédagogues fous, responsables d’une baisse cognitive flagrante, tablent sur un abrutissement massif afin d’imposer l’idiocratie planétaire, paravent ultime à la ploutocratie financière globalitaire.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°216, mise en ligne sur TVLibertés, le 25 mai 2021.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s