Athlétisme : Les femmes discriminées par les “trans”

Chelsea Mitchell publie une tribune dans USA Today après avoir perdu plusieurs compétitions “féminines” face à des athlètes hommes “transgenres”.

J’ai perdu quatre titres de championne d’État, deux titres de championne de Nouvelle-Angleterre et de nombreuses autres places sur le podium au profit de coureuses transgenres. J’ai été reléguée à la troisième place au sprint de 55 mètres en 2019, derrière deux coureurs transgenres. À chaque défaite, il devient de plus en plus difficile de réessayer.

C’est une expérience dévastatrice. Cela me dit que je ne suis pas assez bonne ; que mon corps n’est pas assez bon ; et que peu importe à quel point je travaille dur, j’ai peu de chances de réussir, parce que je suis une femme.

Cette expérience est la raison pour laquelle trois de mes camarades athlètes féminines et moi-même avons intenté un procès l’année dernière avec Alliance Defending Freedom contre la Connecticut Interscholastic Athletic Conference (CIAC) : parce que les filles et les femmes ne devraient pas être privées de leur droit à une compétition équitable.

Le CIAC autorise les hommes biologiques à concourir dans les sports féminins. Par conséquent, deux athlètes transgenres ont commencé à courir dans la piste des filles en 2017. Rien qu’au cours des saisons 2017, 2018 et 2019, ces coureuses ont raflé 15 titres de championnes d’État d’athlétisme féminin (titres détenus en 2016 par neuf filles différentes) et plus de 85 opportunités de participer à des compétitions de plus haut niveau qui appartenaient aux athlètes d’athlétisme féminin.

Mais un tribunal fédéral de district a récemment rejeté l’affaire. Outre l’impact psychologique des défaites injustes et répétées, la politique du CIAC a des conséquences plus tangibles pour les femmes. Elle prive les filles de la possibilité de courir devant les recruteurs universitaires qui se présentent pour les épreuves d’élite, et de concourir pour les bourses et les opportunités qui accompagnent le recrutement universitaire.

Et ça n’arrive pas qu’à moi. Mon amie et collègue plaignante Selina Soule a été écartée de la qualification pour la finale du 55 mètres du championnat d’État et de la possibilité de se qualifier pour le championnat de Nouvelle-Angleterre par un coureur transgenre en 2019. Pendant ce temps, Alanna Smith, une athlète féminine incroyablement talentueuse, était la deuxième coureuse du 200 mètres aux championnats régionaux de Nouvelle-Angleterre, mais a été rétrogradée à la troisième place derrière une concurrente transgenre.

Il est décourageant que le tribunal fédéral de district ait décidé que ces expériences – ces opportunités perdues – n’ont tout simplement aucune importance.

Elle et ses camarades athlètes ont décidé de faire appel de la décision du tribunal fédéral de district, devant la Cour d’appel des États-Unis.

https://www.lesalonbeige.fr/athletisme-les-femmes-discriminees-par-les-trans/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s