Lyon, capitale de « l’extrême droite » ?

Par Johan Hardoy ♦ Alain Chevarin est un ancien enseignant qui a rédigé de nombreux articles critiques sur les « extrêmes droites ». Son dernier livre, Lyon et ses extrêmes droites, traite des conditions historiques et politiques qui ont favorisé un développement particulier de ces courants de pensée à Lyon, au point que cette ville constituerait désormais « le laboratoire de l’union des droites ».
Avant de lui laisser la parole, nous remarquerons simplement que l’auteur « ratisse » très large en évoquant des mouvements défendant des conceptions du monde très diverses. Le préfacier considère cette méthode comme judicieuse, surtout dans une ville connue pour ses traboules, parce que ces « très nombreux courants et groupes concurrents ne sont pas des milieux étanches et que, par des voies dérobées au premier regard, une circulation existe d’un lieu à un autre qui eussent paru injoignables ».
Le recours aux amalgames, généralement largement condamné, est donc ici validé comme méthode en sciences sociales !

Le RN et les mouvements nationaux

Dans la préface du livre, le politologue Nicolas Lebourg précise qu’en 2019 le Service central du renseignement territorial (SCRT) estimait que « la région lyonnaise » constituait le « berceau » de l’activité des groupuscules nationalistes.
Ainsi, l’Action française, le GUD puis le Bastion social (dissous en 2019), les Identitaires (dissous en 2021), le Parti nationaliste français ou Civitas sont bien implantés dans les quartiers médiévaux et Renaissance du Vieux Lyon, où ils ont ouvert des locaux associatifs, des salles de sport, des bars et des magasins.

De son côté, dans une ville longtemps amarrée au centre droit et qui vient dernièrement de basculer du côté écologiste, le Rassemblement national (RN) connaît un impact électoral relativement faible à Lyon, en dépit de l’implantation de longue date d’un personnage clef comme Bruno Gollnisch. En 2017, Marine Le Pen n’a obtenu que 15,89 % des suffrages au second tour de l’élection présidentielle, bien loin des 35,58 % atteints à Marseille. En 2020, lors des élections municipales, le RN n’a obtenu que 5,42 % au premier tour.

Il n’existe donc pas de corrélation entre ce vote et la présence visible de groupuscules radicaux, d’autant que les relations sont nécessairement complexes entre ces derniers et un parti en recherche de « dédiabolisation ».
Le contexte local favorise cependant des rapprochements occasionnels. En 2015, les dirigeants des sections lyonnaises de Génération identitaire et du Front national de la jeunesse (devenu Génération Nation en 2018) considéraient leurs deux organisations comme « complémentaires » malgré leurs « solutions différentes ».

Un courant catholique fédérateur

Selon l’auteur, dans une ville qui est le siège de la primatie des Gaules, ce sont surtout les courants catholiques conservateurs ou réactionnaires qui servent de lien entre des groupes ou des personnalités que beaucoup d’éléments pourraient autrement opposer.

Dès 2012, avant même le lancement officiel de la Manif pour tous, Lyon était en tête de la mobilisation contre le projet de loi Taubira ouvrant le mariage aux couples de personnes du même sexe. Le cardinal Philippe Barbarin, déjà connu pour son opposition à l’avortement, participait aux cortèges, à la différence de nombreux prélats qui se limitaient à un appui verbal. En 2018, c’est le combat contre l’ouverture de la procréation médicalement assistée qui ouvrait de nouvelles perspectives à l’union des droites.

De son côté, l’antenne lyonnaise de Génération identitaire, bien que se déclarant indépendante de toute religion, organisait depuis 2007, chaque 8 décembre, l’événement Lugdunum Suum, une procession aux flambeaux en l’honneur de la Vierge Marie en vue de célébrer « l’héritage chrétien qui constitue l’un des fondements de l’identité française ». En 2015, cette manifestation a été interdite par les autorités.

La matrice Lyon III

L’université Jean-Moulin Lyon III, centrée sur les sciences humaines et sociales, a joué un rôle fondateur dans la diffusion des idées nationalistes. Cette structure est née en 1973, comme en réplique aux événements de mai 1968, d’une scission organisée par des enseignants de l’université Lyon II.

Une demi-douzaine d’enseignants proches de la Nouvelle Droite, en particulier du GRECE, se sont implantés progressivement dans cette université en la marquant durablement. C’est d’ailleurs à Lyon, en 1968, que le GRECE a été fondé sous l’égide d’Alain de Benoist, et l’on retrouve parmi ses membres fondateurs le Lyonnais Pierre Vial, qui intégrera plus tard Lyon III.

En 1981, une nouvelle étape a été franchie avec la création de l’Institut d’études indo-européennes par Jean Haudry, Jean-Paul Allard et Jean Varenne, dans lequel était défendue l’origine hyperboréenne ou circumpolaire du peuple indo-européen avant son expansion conquérante dans toute l’Eurasie. Cette université était donc le siège d’un groupe d’enseignants qui s’efforçaient de diffuser les bases de la conception d’une « identité européenne » originelle.

En 2004, le rapport Rousso, du nom du coordinateur désigné par la Commission sur le racisme et le négationnisme à l’université Lyon III, soulignait que « les syndicats majoritaires aux élections étudiantes, en particulier l’UNEF, n’ont jamais obtenu de postes de vice-président, comme c’est l’usage dans d’autres universités, le privilège allant à des organisations classées à droite, et largement soumises aux directives des équipes dirigeantes ».

Deux phénomènes ont cependant réduit l’influence de ce courant de pensée et conduit à une certaine normalisation. Le premier est lié au scandale soulevé en 1985 par la thèse révisionniste d’Henri Roques, qui avait obtenu une mention « très bien » avant d’être annulée l’année suivante. Le second tient à l’évolution même du GRECE, qui a abandonné ses thèses les plus radicales.

Par ailleurs, c’est dans cette ville que Marion Maréchal a lancé, en 2018, l’Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep), dont elle est la directrice générale.

L’année précédente, l’intéressée déclarait que « la stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoisie conservatrice et des classes populaires », tout en mettant en avant le thème fédérateur de la question identitaire.

Polemos

En conclusion, Alain Chevarin observe que la montée en puissance des mouvements « d’extrême droite » dans cette ville est le fruit d’une « triple guerre » : un combat politique visant à obtenir des places dans les institutions, une guerre de territoire menée en particulier dans le Vieux Lyon et, pour reprendre une expression mise à l’honneur par Bruno Mégret en 1987 et largement utilisée depuis, une véritable guerre culturelle en faveur d’une « vision du monde enracinée » (selon la formule de l’association Terre et Peuple fondée par Pierre Vial), qui séduit bien au-delà des groupuscules extrémistes.

Johan Hardoy 22/05/2021

Lyon et ses extrêmes droites, d’Alain Chevarin (éditions de la Lanterne, 128 pages, 16,50 euros).

https://www.polemia.com/lyon-capitale-de-lextreme-droite/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s