Autotests : l’incroyable talent du gouvernement

La chronique de Philippe Randa

Tout le monde le sait bien, on ne change pas une équipe de talent… Emmanuel Macron et ses ministres poursuivent ainsi un sans faute dans la gestion du Covid. La preuve avec leur « stratégie de dépistage en milieu scolaire », soit le déploiement des autotests, sensés ralentir la circulation de la pandémie. En voilà une idée qu’elle est bonne, n’est-ce pas ? « Une adhésion de 25 % à un dépistage hebdomadaire entrainerait une réduction du nombre de cas de 30 % par rapport à la situation actuelle, tandis qu’une adhésion de 75 % conduirait à une réduction de 50 % des contaminations », a communiqué le Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports.

On allait donc voir ce qu’on allait voir et la pandémie n’avait plus qu’à bien se tenir…

Surtout se contenir de rire, car cette campagne a certes démarré par des « retards de livraison » – rien de nouveau ! –, mais aussi par un plus inattendu souci de « mode d’emploi » : certains lots ont été livrés avec une notice un rien difficile à conceptualiser : avec deux traits sur la borne de lecture, on est positif, mais avec un trait, on l’est aussi !!! Excès de principe de précaution ? Non, simple « erreur du fabricant » comme l’a rapidement confirmé le cabinet de Jean-Michel Blanquer.

Après ce bel échauffement, nos gouvernants, au mieux de leur forme comme on le voit, ont également proposés des lots de tests par boîte de 5, 10 ou 25 dont certains accompagnés d’une « notice dans toutes les langues, sauf le français » ; dans le but louable, sûrement, de nous épargner l’écriture inclusive…

C’est tout ? Mais non : des chefs d’établissements se sont retrouvés « à répartir 30 boîtes de 10 tests, non sécables, entre 80 personnes »… Ce qui pourra toujours faire un sujet d’épreuve pour le baccalauréat, n’est-ce pas ?

De toute manière, si la solution est de « laisser le temps au temps », les familles ne s’y trompent pas, puisque le « taux d’acceptation » parmi les élèves est quasi-nul : « Sur les 2 000 demandes d’autorisation que j’ai adressées aux familles, je n’ai reçu qu’une cinquantaine de réponses positives », se lamente le syndicaliste Philippe Vincent, du SNPDEN-UNSA à Aix-en-Provence.

Avec de telles performances, Emmanuel Macron et ses ministres n’ont guère de soucis à se faire pour leur avenir. Quand ils auront quittés les Affaires, leur reconversion est assurée chez Pinder, Grüss ou Achille Zavatta : ils n’auront que l’embarras des scènes les plus prestigieuses pour exercer leur incroyable talent.

Lire EuroLibertés cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s