Quelques facettes de la Contre-Révolution par Georges FELTIN-TRACOL

Cible permanente des antifas et d’autres groupes stipendiés d’Angers, L’Alvarium sait bousculer le Système. Ce « Centre communautaire d’actions sociales et culturelles » prend diverses initiatives. L’une d’elles fut d’inviter, le 27 mars 2021, Christian Bouchet, responsable des éditions Ars Magna, vétéran nationaliste-révolutionnaire et solidariste, et collaborateur régulier au magazine Réfléchir & Agir et à la revue Synthèse nationale. Son intervention portait sur quelques exemples méconnus de la Contre-Révolution.

Il vient d’en publier le verbatim sous la forme d’une brochure intitulée Histoire mondiale de la Contre-Révolution de la Sainte Ligue à L’Alvarium. Le titre est un peu exagéré puisqu’il ne s’agit que d’une introduction générale à cette histoire passionnante à travers un nombre limité de précédents historiques. Christian Bouchet indique néanmoins des pistes qui mériteraient d’être explorées dans le cadre, pourquoi pas ?, des Cahiers d’Histoire du Nationalisme. Il invite avec raison son auditoire – et maintenant ses lecteurs – à se lancer dans cet élan mémoriel audacieux. Contre « le Grand Effacement (p. 10) » des souvenirs militants, il prévient « que pour la connaissance de notre propre histoire idéologique, nous ne pouvons faire confiance qu’à nous-mêmes, à nos recherches d’archéologues des idées et d’historiens des pensées interdites, car l’ennemi a enseveli dans l’oubli tant nos idées que notre histoire et cela sur la longue durée (p. 10) ». Oui, il y en a plus que marre de voir l’Opposition essentielle au Régime observée, scrutée, examinée, disséquée par les seuls universitaires hostiles qui en font, malgré leur profond mépris, un fonds de commerce rentable. Ces « profiteurs » du savoir homologué ne sont que des parasites dont les interprétations grossières déforment les faits. La mise à disposition de cette brochure est par conséquent la bienvenue.

Des pré-Contre-Révolutions

Christian Bouchet survole les Temps modernes et l’Époque contemporaine en se concentrant sur neuf exemples dont trois se rapportent pour le moins à des événements antérieurs à 1789. En 1935, Paul Hazard décrivait dans La Crise de la conscience européenne une césure intellectuelle majeure apparue entre 1680 et 1715. La célèbre « Querelle des Anciens et des Modernes » reflète ce nouveau contentieux.

La conférence débute par la Sainte Ligue aux temps des Guerres de Religion (1562 – 1598). Il est exact que la Réforme lancée par Luther en 1517 et que l’Église catholique romaine jamais relevée du Grand Schisme d’Occident (1378 – 1422) adoptera en partie avec le néfaste concile de Trente (1545 – 1563) représente l’aspect religieux d’une rupture globale avec l’esprit médiéval aussi malmené par l’invention de l’imprimerie, la mise en pratique de la perspective artistique et la découverte d’un autre continent à l’Ouest qui compromet d’ailleurs la poussée vitale de la Reconquista par-delà la Méditerranée.

Christian Bouchet voit dans la Sainte-Ligue trois caractéristiques communes aux autres mouvements étudiées. « – Une alliance entre les classes populaires et aristocratiques; – un refus de tout compromis, de toute attitude considérée comme “ politique ”; – une affirmation que la fidélité à une idée est supérieure à celle que l’on doit à un monarque ou à un pays, d’où l’exil et d’où l’entrée au service de monarques étrangers (p. 12). » On peut cependant regretter qu’il ne mentionne pas l’excellent travail de Jean-Marie Constant, La Ligue (Fayard, 1996). Ce maître-livre précise que les Ligueurs, à l’instar de certains Huguenots, se défiaient de l’absolutisme royal naissant et voyaient dans la féodalité un ordre politico-social plus harmonieux. La Fronde des princes (1650 – 1653) ne serait-elle pas l’ultime réaction, certes très amoindrie et bien méconnaissable, de la mentalité ligueuse ? Et le parti dévot à Versailles au XVIIIe siècle ?

Le deuxième mouvement « pré-contre-révolutionnaire » concerne les Jacobites, c’est-à-dire les partisans, principalement écossais et irlandais, de la dynastie des Stuart. La soi-disant « Glorieuse Révolution » de 1688 chasse le roi d’Angleterre Jacques II, Jacques VII d’Écosse. Par le jeu des règles de succession réservées aux seuls protestants, la Grande-Bretagne revient en 1714 à l’Électeur du Hanovre, George Ier, fondateur de l’actuelle dynastie régnante usurpatrice. Durement réprimés, les soulèvements jacobites coïncident avec les jacqueries contre les enclosures et la privatisation des communaux. La caste bourgeoise de la City n’hésite pas à conduire un véritable « auto-génocide ». Réfugiés soit en Amérique du Nord, soit en France, les Jacobites y apportent la franc-maçonnerie opérative. Mieux, suivant Michel Vergé-Franceschi dans son Paoli. Un Corse des Lumières, (Fayard, 2005), les milieux jacobites en exil misent sur l’avènement du prétendant Stuart sur l’Île de Beauté, mais en 1736 est élu roi le baron Théodore de Neuhoff…

Le troisième mouvement pré-anti-1789 s’applique aux « Loyalistes » des treize colonies d’Amérique du Nord. Certains de ces tories anglo-américains sont les descendants directs des exilés jacobites. En 1783, ils se réfugient au Canada, retournent en Angleterre ou prennent la direction des Antilles. Ils fuient l’obligation pré-totalitaire de prêter serment à la jeune république rebelle et le risque de se retrouver couverts de goudron et de plume.

Les Contre-Révolutions latines

Christian Bouchet aborde assez brièvement Chouans et Vendéens. Il passe vite sur l’« ultracisme » des ultra-royalistes du comte d’Artois. Il s’attarde sur la « Montagne blanche » et, sans le nommer, l’action « carlo-républicaine » « qui concilie royalisme légitimiste, tradition catholique gallicane, régionalisme et liberté démocratique, et qui préfère faire voter pour des candidats républicains que pour des louis-philippards (p. 25) ».

Retournant ensuite sur le continent américain, le conférencier mentionne les partisans fidèles à la couronne d’Espagne dans les vice-royautés. Il évoque en outre des Sudistes qui s’installent dans l’Empire du Brésil. La tentative de Napoléon III de fonder un second empire mexicain catholique et conservateur appartient aussi à la Contre-Révolution effective. Le problème reste le choix de désigner empereur le très libéral Maximilien de Habsbourg-Lorraine. Il est toutefois dommage que l’État national-catholique de 1859 à 1875 du président équatorien Gabriel García Moreno (1821 – 1875), les Cristeros du Mexique de la décennie 1920 et l’intégralisme brésilien dans les années 1930 soient oubliés, mais la conférence ne pouvait pas durer cinq heures…

Christian Bouchet revient dans l’Ancien Monde dans le domaine ibérique. Il traite bien sûr du carlisme espagnol. Il fait découvrir le miguelisme, soit le légitimisme portugais. Jeune frère du roi Jean IV, Miguel s’oppose à sa nièce Maria soutenue par les libéraux et le bloc pré-atlantique (Grande-Bretagne et France de Louis-Philippe). Le Portugal connaît une guerre civile entre 1828 et 1834 qui se solde par l’échec de Dom Miguel. Le conférencier achève son exposé par l’Italie. L’occupation française anti-cléricale, puis l’annexion du Sud de l’Italie par le Piémont-Sardaigne sous couvert d’unification favorisent bien des révoltes populaires et paysannes. « Le santafédisme est une insurrection de masse pour la défense de la royauté et de la société pastorale, cette dernière se sentant protégée par le traditionalisme monarchique (p. 42). »

Faute de temps, l’intervenant écarte de son propos la Ligue du Sonderbund qui déclenche sans succès en 1847 la dernière guerre civile suisse ou les tenants du prince légitime du canton de Neuchâtel, à savoir le roi de Prusse, qui échouent en 1856. Il aurait aussi pu s’intéresser aux « Orangistes » belges, les partisans outre-Quiévrain du royaume uni des Pays-Bas dans la décennie 1830. Rappelons qu’il ne s’agit que d’esquisses et non pas d’un cours étalé sur toute une année universitaire… Dans un cadre plus vaste, le sujet pourrait-il s’étendre, d’une part, aux « Orangistes » unionistes de l’Ulster et, d’autre part, aux Boers des républiques afrikaner d’Afrique australe ? Leurs combats n’étaient-ils pas contre-révolutionnaires ?

Face au public de L’Alvarium, Christian Bouchet ose enfin viser « l’ennemi principal, le seul dont tout découle, [qui] a toujours été, et est encore la vision libérale marchande de la société incarnée dans une classe sociale : la bourgeoisie (p. 45) ». Nul doute que cette affirmation peut heurter tous les suppôts d’une fantasmatique « union des droites » autour d’un programme libéral autoritaire et atlantiste. Sa conclusion a peut-être suscité la stupeur, voire l’indignation d’une partie de l’assistance. Il explique en effet que « notre nation n’est plus la nôtre quand elle défend des valeurs à l’opposé des nôtres et il est donc juste de la combattre même si c’est dans les rangs ennemis ou de l’abandonner pour aller combattre ailleurs pour l’idée (p. 46) ». Oui, il importe de toujours se souvenir de l’imposture de l’été 1914 afin de ne pas répéter l’erreur historique du camp nationaliste qui se fourvoya dans une « Union sacrée » fomentée par la République maçonnique. Celle-ci en profita cyniquement pour résoudre la question rurale, envoyer dans les tranchées comme chair à canon les enfants des campagnes et gaspiller finalement une paix acquise de vive lutte. Oui, même s’il cite Julius Evola, on voit surgir l’ombre de Monseigneur Jean de Mayol de Lupé (1873 – 1955), un autre grand contre-révolutionnaire avancé du XXe siècle.

Georges Feltin-Tracol

• Christian Bouchet, Histoire mondiale de la Contre-Révolution de la Sainte Ligue à L’Alvarium, Ars Magna, coll. « Le Lys Rouge », 2021, 48 p., 12 €.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s