Ernst Jünger et le retour aux Grecs

L’œuvre jüngerienne est, selon l’auteur lui-même, divisée en 2 parties, un “ancien testament” (1920-1932), dont le fleuron est Le Travailleur (1932) et un “nouveau testament”, commencé par Sur la douleur. Pour Jünger, comme pour tous les hommes de culture en Europe, le recours aux Grecs est une démarche essentielle, malgré l’irrevéresibilité de l’histoire. Aujourd’hui, époque nihiliste, la clef de voûte de la civilisation hellénique, c’est-à-dire la Cité, s’effondre. L’homme libre doit la quitter, retourner à la forêt, au resourcement.

Dans l’œuvre jüngerienne, le symbolisme de la Cité est essentiel. Du temps des Grecs, la Cité s’opposait au chaos des périphéries incultes et sauvages. Mais cette Cité, symbole de l’empire que l’homme est parfois capable d’exercer sur lui-même, est périssable, comme nous le constatons, constat qui autorise à proclamer son imperfection. Jünger s’intéresse à la signification de cette mort des cités. Dans le monde grec, la Cité, justement, permettait d’élaborer, à l’abri du chaos, une pensée rationnelle, se substituant progressivement au mythe, fondateur de la culture initiale. L’esprit grec est celui qui a inscrit la pensée humaine dans la mémoire et la durée. C’est Hérodote qui fait passer l’hellénité du mythe à l’histoire. C’est aussi dans cette intersection que se situe Thucydide. Mais cette construction va s’éroder, s’effondrer. Nous sommes alors entrés dans l’âge des cités imparfaites.

Les cités imparfaites découlent de la dévaluation des valeurs supérieures : elles annoncent le nihilisme. La décadence est le concours de l’érosion de l’autorité spirituelle, de la dissolution des hiérarchies et du déclin de la langue. Le temps des virtualités religieuses est épuisé, l’unité mentale du peuple n’existe plus, les fidélités communautaires sont fissurées, on rompt avec le mos majorum. La Cité des Falaises de marbre est une de ces cités imparfaites, où il n’y a plus unité de culte, où les rites funéraires sont en déchéance, banalisés par la technique, où le sacré se retire, où la raison n’est plus qu’un outil de puissance. Mais Jünger sait surtout que l’on n’exhume pas les dieux morts. Dans Heliopolis, il se penche sur cette question du vide laissé par ces dieux et place cette autre cité imparfaite qu’imagine son génie poétique, à l’enseigne des néo-spiritualismes, palliatifs éphémères et maladroits à cette déchéance. Toute chute est précédée d’un affaiblissement intérieur, nous dit Jünger. Comment supporter ce déclin, qui est en même temps terreur ? Par la fuite. Les héros jüngeriens présentent dès lors des itinéraires individuels tout de solitude, de nostalgie du monde originel, d’inquiétude existentielle. Ils sont volontairement des étrangers à l’histoire.

Œuvre et des cités primordiales et des cités imparfaites, l’œuvre de Jünger est aussi celle qui tente de donner un sens à cette fuite. L’homme peut-il guérir d’un monde foncièrement vicié ? Oui, à condition de passer par l’athanor de la souffrance (de la douleur). Oui, à condition de recourir aux archétypes féminins, de retourner à la Grande Mère, retour qui est simultanément “réhabilitation du temps”.

► Conférence d’Isabelle Fournier lors de l’Université d’été de la FACE, juillet 1995. Publié dans : Nouvelles de Synergies Européennes n°12, 1995.

(notes prises par Étienne Louwerijk & Catherine Niclaisse)

http://www.archiveseroe.eu/tradition-c18393793/39

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s