L’exemple du héros 2/2

Chaque instant est unique

Il vient en aide aux faibles et aux vieillards mais ne supporte ni les fainéants, ni les profiteurs et les voleurs. Il les considère comme des “fardeaux de la terre”, un poids pour la Terre-Mère. Il sait être courageux face au danger et patient devant les difficultés de la vie quotidienne sans pour autant rechercher l’affliction et l’adversité. Il sait profiter des joies de la vie là où il les trouve, en écoutant une chanson, après un baiser, devant un endroit idyllique ou l’hilarité d’un enfant par ce qu’il sait que chaque instant est unique et qu’il ne se reproduira peut-être jamais. De plus, il n’est pas stupide. Il sait utiliser son intelligence chaque fois qu’il en a besoin. Il représente la supériorité de l’Homme face à l’animal. Il sait rire avec ses propres malheurs, car le rire est comme le vent qui chasse les nuages de la misère et du défaitisme. Il essaie de résoudre seul ses problèmes tout en respectant la Nature qu’il considère comme vivante et sacrée.

Les lectrices seront sans doute lasses d’entendre parler exclusivement de Héros masculins. En effet, les traditions euro­péennes ne sont pas exemptes d’Héroïnes. Ainsi, la Béotienne Atalante tua les deux centaures qui avaient tenté de la violer, participa à l’expédition des Argonautes et fut la première à toucher le sanglier de Calydon au cours d’une chasse. La reine Kathe initia Cuchulainn à l’art de la guerre. La reine des Iceni de Grande-Bretagne, Boudicca (Bodicée), “la victorieuse” condui­sit son armée contre l’envahisseur romain, mettant hors de combat de nombreuses légions. Tacite racontait que les femmes germaniques combattaient aux côtés de leurs hommes. Les Déesses étaient, dans l’antiquité, aussi nombreuses que les Dieux et étaient honorées et adorées avec la même ferveur. Cependant, le fait de tenir.une épée et de combattre comme un homme ne suffisait pas pour faire d’une femme une Héroïne. Antigone représente le modèle le plus significatif de l’héroïne qui ne renonça ni à son dévouement ni à sa grandeur d’âme pour lutter contre le pouvoir en place tout en sachant qu’elle allait connaître une fin atroce. Mais avec l’avènement d’un système patriarcal étranger à l’Europe, la femme allait bientôt être transformée en simple ob­jet sexuel et de procréation.

Et aujourd’hui qui pourrait être considéré comme Héros ? Citons quelques exemples : l’employé qui refuse de contribuer à s’enrichir sur le dos des autres tout en sachant qu’il risque de perdre son emploi, la mère qui élève seule son enfant et affronte avec fierté les ragots du voisinage, celui qui éteint sa télévision pour lire un livre ou écouter de la musique, la femme qui dé­cide d’entreprendre des études dans une école qui n’admettait auparavant que des hommes. L’héroïsme se reconnaît à des mil­liers de petites et grandes choses de la vie quotidienne.

Les modèles de références de nos ancêtres étaient leurs propres Dieux. Les Olympiens, les Dieux des Celtes et ceux des Scandinaves étaient eux-mêmes des Héros, c’est-à-dire des êtres qui luttaient contre leur propre destinée, se battant comme les Hommes, avec leurs défauts et leurs qualités, à la recherche de leur propre éveil.

De l’inégalité des dieux à l’égalité devant l’État

Les anciens Dieux n’étaient pas invincibles ni savants ni des modèles de bonté et cela les rapprochait des humains par rapport au Démiurge souverain, sans visage et inapprochable. Que cela n’en déplaise à certains, les anciens Dieux ne prodiguaient pas que des faveurs, ils ne considéraient pas tous les individus de la même façon. Ce n’est que grâce à son propre degré d’éveil que l’Homme pouvait atteindre l’Olympe, le Walhalla ou les Îles des Bienheureux. Les autres entamaient la descente dans le monde d’en bas dans l’attente de leur prochaine réincarnation et tenter à nouveau de se détacher de ce cycle infernal en accédant à la divination. Avec l’avènement de la nouvelle religion, le serviteur fut mis au même pied d’égalité que le maître et, pire encore, le Héros fut considéré comme un Homme ordinaire. Le régime totalitaire de l’ancienne et de la nouvelle Rome ne pouvait fonctionner autrement. Tous devaient être égaux sous la férule du Régime, de l’Empereur et de Dieu. Les conséquences ne se sont pas faites attendre. Chaque science ou philosophie contraires au dogmes ambiants étaient éradiquées. Toute re­cherche de la Beauté était considérée comme un tabou. Toute liberté de pensée et de choix fut condamnée. Ceux qui s’exprimaient différemment des normes établies étaient considérés comme hérétiques, jetés dans des geôles et brûlés vifs.

Les guerres des anciens fondées sur les mises en valeur individuelles et qui pouvaient être comparées à des scènes théâ­trales ont cédé la place aux guerres d’intérêts ou de religions, inconnues jusqu’alors et qui ont tant fait couler de sang sur notre vieux continent. Le Héros guerrier a cédé la place au combattant sans volonté, simple pion au service d’un stratège qui, autre­fois, dirigeait les combats sur le terrain, aujourd’hui, du fond d’une salle, entouré de spécialistes en guerres de tous genres, dé­cide des batailles en se fondant sur des chiffres, des statistiques et des comparaisons. Le citoyen inconscient a, depuis fort longtemps, perdu son identité à l’exception d’un pseudo-droit ou obligation de voter de temps en temps pour ceux qui le domi­nent, sans pour autant qu’il puisse réellement s’exprimer sur la manière dont il est gouverné. L’agriculteur, l’artisan, le philo­sophe se sont mués en unités de consommation, qui doivent acheter de plus en plus en suivant les prescriptions de la publi­cité et du marché, indifférents à la catastrophe écologique qui se produit autour d’eux.

L’amour, ce cadeau des Dieux, cette communion des corps et des esprits, tel un feu ardent, a été transformé en péché, déprava­tion alors qu’au même moment il est utilisé de la façon la plus vile qui soit pour placer toutes sortes de produits auprès de ré­cepteurs décérébrés jusqu’à leur dicter des modes de comportements. L’Homme sain qui était en contact permanent avec ses Dieux a, aujourd’hui, besoin d’intermédiaires, de “représentants de Dieu” sur Terre auto-proclamés, sous la menace permanente d’une damnation éternelle s’il lui venait à l’idée de douter ou de contester les dogmes en place. L’acception même de la notion de Héros a été déformée de la façon la plus ignoble qui soit, lorsqu’elle est utilisée de nos jours pour décrire des individus qui ne savent pas placer correctement trois mots mais se contentent simplement de planter quelques ballons dans des filets ou des paniers, vêtus comme des publicités ambulantes aux couleurs des généreux sponsors qui les financent. Les anciens Olympiens concouraient pour la gloire et un rameau d’olivier, les “héros” d’aujourd’hui pour la belle voiture que leur offrira le Président ainsi que les nouveaux et juteux contrats qui les attendent.

Un Homme sensé ne peut qu’être affligé devant une telle situation. La voie du martyr, de l’individu aveuglé et passif qui confie son destin entre les mains de tierces personnes a conduit la société au bord du précipice. Que peut faire celui qui veut résis­ter ? Qui a la volonté de réagir différemment du bétail ? La réponse est simple ; il doit avoir du courage et continuer à être lui-même. S’il rencontre des compagnons qui partagent des points de vue identiques, entrer en contact avec eux sans pour autant abandonner son individualité. Le Héros n’a point besoin de maître ou de gourou car personne ne pourra le sauver à part lui-même.

Aussi, si vous ne craignez pas de vous promener dans des endroits sombres et affirmer que vous êtes dans le vrai ; si vous croisez un enfant et que vous avez envie de jouer avec lui, de même que si vous rencontrez un vieillard et que vous voulez partager ses connaissances ; si pour vous l’amour est un cadeau irremplaçable et non quelque chose dont vous avez honte ; si chaque défi n’est pas pour vous ni trop difficile pour l’affronter ni trop facile pour l’ignorer ; si vous permettez à chacun d’exprimer son opinion sans pour autant vous faire influencer ; si vous voulez vider le verre de la vie jusqu’à la dernière goutte sans craindre les conséquences ; si vous vous sentez ainsi, alors vous êtes sûrement sur le chemin du Héros. Et ceux qui regardent des cieux la destinée des Hommes doivent sûrement êtres fiers de vous.

Thomas Mastakouri, Nouvelles de Synergies Européennes n°30-31, 1997. (tr. fr. Nikiforos Periklis)

http://www.archiveseroe.eu/tradition-c18393793/38

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s