L’exemple du héros 1/2

Dans la quatorzième livraison de la revue bimensuelle des Diipetes (Athènes, Grèce), un article de Thomas Mastakouri puise inspiration dans la figure du Héros de nos sociétés européennes antiques. Les idées développées par l’auteur, tout en étant discutables de par un certain romantisme de la révolte, ont cependant le mérite de nous interpeller et nous invitent à une réflexion critique sur ce que peut vouloir encore dire héroïcité. Ce que nous avons à réaliser est aussi d’une certaine façon ce que nous avons à transmettre, c’est bien là la seule source de grandeur et c’est pourquoi Boileau rappelait à juste titre qu’« on peut être héros sans ravager la terre ».

♦♦♦

Nous vivons à une époque de grande aliénation morale et il va de soi que de puissants intérêts économiques nous dirigent. Pour que ceux-ci puissent continuer à croître, ils n’ont besoin que d’une chose : transformer la masse des individus en troupeau, le citoyen devenant une unité docile, ne réagissant qu’en fonction de la volonté et des avantages des bergers. L’avilissement, la destruction de la personnalité sont à l’ordre du jour et la passivité a gagné la plupart des hommes. Qu’en est-il des réactions éventuelles ? Qu’entend-t-on le plus souvent ? “Laisse tomber”“c’est un mauvais moment à passer”“c’est nous qui allons sau­ver le monde ?”“il y a pire”“on est bien comme ça”, etc. Et ceux qui tentent de réagir ? Des mots creux, quelques insultes de­vant l’image du politicien qui apparaît sur le petit écran en attendant le jeu télévisé habituel avec ses cadeaux et ses starlettes.

La voie suivie aujourd’hui par l’humanité est celle du martyr ; celui qui baisse la tête, parce qu’il a été ainsi éduqué par sa reli­gion, ses gouvernants, son école, et ses parents. Mais est-ce que cela a toujours été ainsi et plus particulièrement dans nos contrées ? Celui qui a quelques connaissances historiques et un peu d’esprit critique connaît la réponse. La civilisation qui, à une époque, a régné sur cette terre hellène ne se fondait pas sur l’exemple du martyr et de l’esclave mais sur celle du Héros qui, comme une flamme, se cache dans chacun d’entre nous et ne se transforme que rarement de nos jours en feu pour réchauf­fer, éclairer, brûler et se consumer.

L’hellénisme et la civilisation européenne en général ne se sont pas fondés sur la notion de masse comme d’autres civilisa­tions antiques pour bâtir le monde contemporain mais au contraire sur celle de la personne.

Le culte du héros dans la cité hellène

Nos ancêtres adoraient les Héros comme des Dieux. Pour eux, il n’y avait pas de gouffre entre l’Homme et le Dieu et chaque Cité hellène honorait certains de ses morts comme des Déités. Ainsi, Athènes honorait Thésée et Cécrops, Sparte Castor et Pollux, les frères jumeaux d’Hélène et Clytemnestre, Thèbes Kadmos, la Thessalie Jason, l’Étolie Méléagre, la Crète Minos, Corinthe Bellérophon. Les Héros, mythiques ou historiques représentaient des exemples moraux et chaque Cité-État avait les siens exactement comme les saints patrons par la suite. Les Héros se réveillaient de leur profond sommeil et apparaissaient dans des circonstances de crise pour sauver leur cité chérie d’un danger qui les menaçait. Ainsi, Thésée apparut aux Athéniens avant la bataille de Marathon et la légende dit que les Galates furent mis en déroute à Delphes par le fantôme de Néoptolème, le fils d’Achille. Cet article n’a pas pour but de dresser la liste de tous les Héros du passé mais de mettre en valeur les caractéristiques essentielles de leur comportement qui servait de modèle à nos aïeux et a profondément transformé et re­levé la civilisation hellène. Vivant, comme nous l’avons dit, à une époque de relâchement et de dégénérescence des cons­ciences, la mise en relief de ces particularités pourra sûrement nous fournir des armes qui nous permettraient de lutter contre l’aliénation qui menace de toutes parts.

Ainsi, le premier caractère du Héros est son individualité absolue. Il n’est jamais intégré dans la masse et ne suit ni ses réac­tions ni ses désirs. Sa volonté est exclusivement la sienne et, s’il devait être influencé par une quelconque obligation morale, il le fait sciemment, conscient des limites qu’il s’impose. L’héroïsme ne peut se développer au sein d’une société despotique que celle-ci soit théocratique ou absolutiste.

L’héroïsme s’oppose aux acquis

En second lieu, le Héros aime le changement. Sans évolution, quelque chose dort en nous et ne se réveille que rarement. Bien qu’il contribue à l’instauration de l’ordre au sein d’une société chaotique, lui-même préfère le désordre et l’incertitude. L’héroïsme tel un aiguillon s’oppose aux acquis, refuse le compromis, secoue les fondements pourris d’une collectivité. Tout est en perpé­tuel mouvement, disait le grand philosophe Héraclite, et toute société figée, sans Héros pour la sortir de son marasme est, à plus ou moins long terme, vouée à disparaître. C’est ce qui est arrivé aux anciens Égyptiens. Pendant des millénaires, ils ont bâti une civilisation dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui. Cependant, leur système despotique et théocratique étouffait toute individualité. Qui peut nous citer un grand Héros égyptien ? Quelqu’un — à l’exception des pharaons — qui, dans un éclat d’individualité ait fait évoluer l’Histoire ? … Qu’en est-il advenu de cette brillante civilisation ? Elle est enterrée sous les sables de l’Histoire, faute de Héros.

Les religions étrangères se sont abattues sur un empire romain décadent dont l’absolutisme démentiel s’était attelé à supprimer toute forme d’individualité et à niveler les membres de la société. Dès le début, le modèle du Héros fut remplacé par celui du martyr. Celui de l’individu qui se donne à une collectivité souveraine, un Dieu, un Gouvernement, un Empereur. L’exemple de celui qui vit et meurt sans se poser de questions, ne remet pas en cause les Dogmes qui lui sont imposés, croyant aveuglé­ment et se remettant à d’autres pour son salut, sa protection et sa sécurité.

Certains confondent à tort Héros et martyr. Comme nous l’avons déjà dit, le Héros se bat jusqu’à son dernier souffle, ne rend ja­mais les armes, ne subit pas passivement son destin. Son principal souci consiste à valoriser l’immortalité de son âme, à la perfectionner au fil des luttes afin de gagner sa place parmi les Dieux et ce, sans l’aide de personne.

Il n’ignore pas que le combat est inhérent à la nature humaine, qu’il ne peut y avoir de progrès sans les contraires. Il ne s’avoue jamais vaincu même s’il sait que tout est perdu d’avance. Il place sa dignité et son honneur au-dessus des problèmes quoti­diens. Ainsi, Achille était conscient de son destin funeste s’il devait venger la mort de Patrocle mais cela ne l’a pas empêché de le faire. Cucchulainn, le plus grand des Héros irlandais n’a pas hésité à prendre les armes alors même que son druide-ins­tructeur lui avait prédit qu’il allait connaître la gloire et la grandeur mais qu’il allait en mourir avant que ne lui pousse un seul cheveu blanc sur la tête. Lorsque le dragon Fafnir, agonisant, menace Siegfried de sa malédiction, ce dernier lui répondit que bien que chacun voulut garder ses trésors pour toujours, l’heure de la mort arrivait pour tous. Ils sont tous Héros, c’est-à-dire des Hommes capables de défier leur destin et mêmes les Dieux s’ils pensent avoir raison où si une obligation morale le leur com­mande.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s