Quarante ans de déclin

Les historiens du futur ne retiendront peut-être pas la période de 40 années qui nous séparent de l’élection de Mitterrand le 10 mai 1981, comme nécessairement significative. En effet, à moins d’événements majeurs, toujours imprévisibles, le calendrier constitutionnel nous renvoie en 2022, et rien ne permet de considérer qu’a priori cette échéance soit programmée pour se révéler celle du redressement français.

En revanche, il n’est que trop clair que, même par rapport à l’époque du funeste Giscard, lequel augmenta, par exemple, de 7 points en 7 ans la part des prélèvements obligatoires dans la production nationale, les 14 années de présidence Mitterrand auront été marquées par un règne généralisé du mensonge et du gaspillage, que n’ont su corriger après lui ni Chirac, ni Sarkozy, ni Hollande, ni aujourd’hui Macron. Plus de 25 ans après son départ, la descente aux enfers n’a pas cessé de suivre sa courbe consternante.

Quand ils arrivent au pouvoir les socialistes sortent de 23 ans d’opposition. Leurs alliés communistes comptent 4 ministres, pour la première fois depuis 1947. Les deux premières années du gouvernement Mauroy verront s’accumuler les mesures démagogiques les plus catastrophiques issues des 110 propositions du programme présidentiel.

Dès 1981, les allocations de toute sorte : logement, familiales ou en faveur des adultes handicapés sont augmentées de 20 à 25 % ; en octobre, on tente de bloquer les prix pour 6 mois, la peine de mort est abolie ; et en décembre est institué l’impôt dit sur les grandes fortunes. Cette équipe ne tombera qu’en 1984.

En janvier 1982, est imposée la semaine de 39 heures qui sera aggravée à 35 heures par Martine Aubry, 20 ans plus tard ; en février les grandes entreprises sont étatisées ; en mars, l’âge de la retraite passe de 65 à 60 ans.

Tout cela entraîne un affaiblissement de l’économie française, désormais totalement déséquilibrée par rapport à celle de nos voisins, dans le contexte qui conduira au traité de Maastricht. L’idée absurde de diminuer le temps de travail était conçue comme une façon de diminuer le chômage : il augmenta, très vite etc.

Or, depuis lors, aucun gouvernement n’a eu ni la force ni le courage de corriger vraiment toutes ces erreurs. Et la France n’a cessé de s’enfoncer sur la scène internationale.

Si l’on considère les nationalisations de l’ère Mauroy, si on prend en compte l’instrumentalisation de SOS Racisme, si on observe le nombre d’institutions que les socialistes se sont acharnées à détruire, à salir et à dénigrer, on ne peut que se demander comment le pays a bien pu survivre à ce monopole idéologique de la gauche la plus décadentielle du monde.

Depuis 40 ans, nous avons connu une continuité frappante, marquée par l’impunité des dirigeants, la consanguinité des élites et le développement d’un capitalisme de connivence donnant une dimension, inégalée depuis Thermidor, à ce que Beau de Loménie appelle l’économie accaparée. Remarquons par exemple que le praticien des nationalisations de 1982 sous le gouvernement Mauroy n’était autre que l’homme auquel Sarkozy, une fois élu en 2007, confia la confection de la liste des 316 réformes présentées pour indispensables au gré de la commission Attali. Et quelques années plus tard c’est son jeune secrétaire général, Emmanuel Macron, qui devient ministre des Finances de Hollande puis prend la place de ce dernier.

Certains bons esprits voudraient qu’on ne s’attarde pas à la dimension morale et familiale de tous ces personnages. Le refrain bien connu nous serine : « Nous ne sommes pas aux États-Unis que diable ! Nous entendons respecter la vie privée ! »et nous croyons bien faire en renvoyant aux précédents dynastiques des Valois ou de la cour de Versailles, sans parler de Buonaparte. Le roi le plus moral de l’Histoire de France se trouve être celui auquel les révolutionnaires ont coupé la tête : mais précisément, n’est-ce pas un point faible de ce pays ?

Or, Mitterrand a dépassé tous les excès de ses prédécesseurs, par la pratique du mensonge dans sa propre famille. Ne croyons pas que l’affaire de sa double vie, qui donna naissance à la jeune Mazarine, ne relève que de la chronique mondaine : elle a permis à la présidente, outrageusement trompée, d’imposer ses conditions et de développer sans retenue ses activités gauchistes.

Celles-ci furent tout sauf anecdotiques elles-mêmes, puisque, sympathisante des révolutionnaires marxistes du monde entier elle patronna France Terre d’Asile au bénéfice de tous les guérilleros, castristes et autres barbudos sud-américains, de tous les terroristes Brigades rouges en Italie, 17 novembre en Grèce, zapatistes au MEXIQUE, etc.

On ne peut pas laisser passer cet anniversaire sans rappeler tout cela.

JG Malliarakis 

https://www.insolent.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s