Faillites, chômage et inflation en vue, si l’économie redémarre

Marc Rousset

Les tendances boursières deviennent hésitantes tandis que les Bourses semblent plafonner partout dans le monde. Alors que la France a déjà dépensé plus de 420 milliards d’euros financés par des emprunts, tous les regards se tournent bizarrement vers les 39 petits milliards d’euros de subventions que doit nous attribuer l’Union européenne, moyennant une paperasserie hallucinante pour la bureaucratie bruxelloise : un plan moyen par pays représente 50.000 pages !

La relance pour la France représentera environ 20 % du PIB français, alors que les 5.125 milliards des trois plans Biden (26 % du PIB), auxquels il convient d’ajouter les 900 milliards de Trump à la fin 2020 (4,5 % du PIB), représentent une relance globale de 30,5 % du PIB. Si Biden échoue, il peut déclencher aux États-Unis un choc inflationniste ou une flambée des taux obligataires. Et si Draghi, l’homme de la dernière chance, échoue en Italie, c’est l’effondrement économique pour le pays et l’éclatement assuré de la zone euro.

Les fonds débloqués du « QE » par la BCE pour le financement du programme anti-Covid des États européens atteignent déjà 850 milliards d’euros, alors que l’enveloppe allouée jusqu’à mars 2022 pour l’ensemble des États est de 1.850 milliards d’euros. La BCE et la Banque de France ont acheté, en 2020, 186,1 milliards d’euros de titres français, finançant ainsi 73 % des émissions de la dette publique française. Pour l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne, le même ratio est respectivement de 76 %, 70 % et 66 %. Le problème est de savoir ce qui se passera pour les taux obligataires des différents pays lorsque avec un début de croissance retrouvée, la BCE commencera à acheter moins de titres que les remboursements reçus des précédents titres achetés arrivant à échéance, ce qui entraînera une diminution des liquidités sur les marchés, et donc un début possible d’augmentation différenciée des taux d’intérêt obligataires selon les risques représentés par chaque pays.

Aux États-Unis, les économistes estiment que la Fed devrait commencer à réduire ses achats mensuels d’actifs (QE) de 120 milliards de dollars (80 milliards de dollars pour les bons du Trésor et 40 milliards pour les créances hypothécaires) avant la fin de l’année. Il est peu probable que la première hausse des taux d’intérêt à court terme par la Fed, contrairement à ce qui est annoncé officiellement, n’ait pas lieu avant 2023. Selon un sondage d’Axios, environ 87 % des Américains s’inquiètent déjà de la hausse du coût de la vie et il y a aujourd’hui, aux États-Unis, 8,5 millions d’emplois de moins par rapport à février 2020. De plus, avec un taux de croissance annoncé de 6,4 % du PIB pour 2021, cela représente, pour un PIB de 20.000 milliards de dollars, une augmentation de 1.280 milliards de dollars pour cette année, à comparer au coût global du plan Trump/Biden de 6.025 milliards de dollars sur dix ans, 20 % minimum étant certainement dépensés dès 2021, ce qui aboutirait à un rendement quasi nul, voire négatif des dépenses du plan de relance Trump/Biden pour l’année 2021. Biden espère financer une grande partie de son programme par l’impôt.

La Fed annonce une inflation aux États-Unis de 2 %, pour 2021, mais elle sera certainement de 5 % au minimum lorsqu’on voit les cours du blé, du cuivre, de l’aluminium, de l’acier, du bois s’envoler. En Allemagne, l’inflation a dépassé pour la première fois, en avril, l’objectif de la BCE de 2 % (2,1 %).

La BCE alerte sur un risque « systémique » de faillites à venir. 127.000 entreprises pourraient se retrouver en faillite d’ici à 2022, en France. La BCE recommande aux États d’être vigilants quant au retrait des mesures de soutien au secteur privé. Si une entreprise sur deux faisait faillite, un salarié sur deux serait rapidement au chômage, à un moment malencontreux où l’État français – ce qu’il aurait dû faire depuis très longtemps – se décide enfin à baisser les allocations chômage avec la réforme qui entrera en vigueur le 1er juillet.

Pour le moment, la situation ne tient que par la politique folle de l’hyper-endettement du quoi qu’il en coûte, mais on assistera bientôt malheureusement, même si l’économie repart, suite une victoire des vaccins contre le Covid, à une explosion hallucinante des faillites d’entreprises, à la mise à mort des entreprises « zombies » dans l’Hexagone.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s