Redécouvrez les contes de Grimm 1/4

[Ci-contre : Frères Grimm en 1854, frontispice du Dictionnaire allemand]

L’Allemagne célèbre cette année le 200ème anniversaire de la naissance de Jacob Grimm : juste hommage envers un homme dont l’œuvre, indissociable de celle de son frère Wilhelm, a profondément marqué son temps. Car Jacob et Wilhelm Grimm n’ont pas seulement été les conteurs dont plusieurs générations d’enfants ont appris à connaître le nom. Jacob Grimm, qui, en novembre 1830, qualifiait le patriotisme de « sentiment divin » et qui, en 1846, participant à Francfort à un congrès de germanistes réunis sur le thème Qu’est-ce qu’un peuple ?, disait : « Un peuple est la quintessence (Inbegriff) des hommes qui parlent la même langue », fut aussi, en même temps qu’un savant considéré aujourd’hui comme l’un des pères de la philologie moderne, l’un des auteurs du renouveau de la conscience nationale et populaire en Europe.

Le premier fils de Philipp Wilhelm Grimm et Dorothea Zimmer étant mort en bas âge, Jacob et Wilhelm Grimm furent les aînés des 8 enfants de la fratrie subsistante. La famille remonte à un Johannes Grimm, qui fut maître de poste à Hanau vers 1650. C’est dans cette ville que Jacob naît le 4 janvier 1785, 13 mois avant Wilhelm. On est alors à la frontière de deux mondes. En France, les signes avant-coureurs de la Révolution se multiplient. Le Times est fondé à Londres. En Prusse, fonctionne la première machine à vapeur ; le Grand Frédéric règne à Sanssouci.

Juriste de son état, le père Grimm est nommé fonctionnaire à Steinau en 1791. La famille déménage avec lui pour s’installer dans la Hesse, région située à la frontière de la plaine du Nord et du fossé rhénan, qui fut occupée dès le VIIIe siècle par les Francs. Cinq ans plus tard, Philipp Wilhelm Grimm disparaît ; sa femme ne lui survivra que quelques années (le fils aîné se retrouvera chef de famille à 23 ans). Jacob et Wilhelm sont envoyés chez leur tante, à Kassel, où ils fréquentent le célèbre Lyceum Friedricianum.

Au printemps de 1802, Jacob Grimm s’inscrit à l’université de Marburg pour y faire des études de droit. Âgé de 17 ans, c’est alors un adolescent grave, mélancolique, au caractère réservé, qui passe déjà pour un travailleur opiniâtre. À Marburg, il se lie rapidement avec le juriste Friedrich Carl von Savigny, le fondateur de l’école du droit historique, et cette relation va exercer sur lui une empreinte déterminante. En 1803, tandis que Savigny lui fait connaître la littérature médiévale, il entre aussi en contact avec Clemens Brentano et lit avec enthousiasme les Minnelieder aus dem schwäbischen Zeitalter de Ludwig Tieck.

En 1805, c’est l’expérience décisive. De février à septembre, Jacob Grimm accompagne Savigny à Paris — ville qu’il trouve bruyante et fort sale ! Par contre, à la Bibliothèque impériale, il découvre toute une série de manuscrits littéraires allemands du Moyen Age qui lui emplissent le cœur d’une singulière exaltation. À dater de ce jour, sa vocation est faite : il se consacrera à l’étude des monuments culturels du passé national. Tout l’y pousse, et d’abord la triste situation dans laquelle se trouve son pays.

La Prusse, en effet, depuis la défaite de Valmy (1792), connaît des jours sombres. En 1805, Jacob Grimm s’afflige de voir « l’Allemagne enserrée en des liens indignes, le pays natal bouleversé et son nom même anéanti ». L’année suivante, ce sera la catastrophe. Inquiet de la formation de la Confédération du Rhin, Frédéric-Guillaume III s’allie à la Russie. Las ! En quelques mois, la coalition s’effondre. Après les défaites d’Iéna et d’Auerstedt, les troupes napoléoniennes occupent Berlin. En 1807, au traité de Tilsit, la Prusse, dépossédée de la moitié de son territoire, se voit en outre condamnée à payer des indemnités de guerre considérables. Brême, en 18l0, deviendra sous l’occupation française le chef-lieu du département des Bouches-du-Weser ! L’identité allemande, dès lors, est menacée.

Aussi bien, pour J. Grimm, l’étude de la littérature nationale n’est-elle pas qu’une simple démarche universitaire. C’est un acte de foi politique, qui participe d’une véritable réforme intellectuelle et morale. Celle-ci trouve son point d’appui dans la première réaction romantique, centrée autour de l’école de Heidelberg qui, avec Arnim et Brentano, s’emploie notamment à définir les éléments constitutifs de la nationalité. « Ces écrivains — souligne Jacques Droz— ont admis qu’il ne pouvait pas y avoir de réveil du peuple si celui-ci ne prenait pas conscience qu’il recelait en son sein, s’il ne substituait pas à une culture réservée à une élite une culture véritablement populaire, si l’individu ne cherchait pas à se rattacher spirituellement à la nation tout entière » (Le romantisme politique en Allemagne, 1963, p. 23).

À l’heure de l’éveil des nationalités, l’entreprise des frères Grimm vise donc à faire prendre conscience aux Allemands de la richesse du patrimoine culturel qui leur est commun et à leur montrer que ce patrimoine, qui représente « l’âme germanique » dans son essence, en même temps que la « conscience nationale courbée sous l’occupation », peut servir aussi de base à leur unité politique.

Dans ses Souvenirs, Grimm raconte dans quel esprit il entreprit à Paris ces études auxquelles il allait consacrer toute sa vie : « Je remarquai d’abord que presque tous mes efforts ou bien étaient consacrés à l’étude de notre langue ancienne, de notre poésie ancienne, de notre droit ancien, ou bien s’y rapportaient directement. Certains peuvent avoir considéré ou considèrent encore que ces études sont sans aucun profit ; pour moi, elles me sont apparues de tout temps comme une tâche noble, sérieuse, qui se rapporte de façon précise et forte à notre patrie commune et fortifie l’amour qu’on lui porte » (Kleinere Schriften, Berlin, 1864, vol. I, p. 64).

C’est dans la même intention qu’Achim von Arnim et C. Brentano collectent les vieilles poésies populaires. En septembre 1806, Arnim écrit à Brentano : « Celui qui oublie la détresse de la patrie sera oublié de Dieu en sa détresse ». Quelques jours plus tard, à la veille de la bataille d’Iéna, il distribue aux soldats de Blücher des chants guerriers de sa composition. Parallèlement, il jette les bases de la théorie de l’État populaire (Volksstaat). Systématiquement, le groupe de Heidelberg s’emploie ainsi à mettre au jour les relations qui existent entre la culture populaire et les traditions historiques. Influencé par Schelling, Carl von Savigny oppose sa conception historique du droit aux tenants du jusnaturalisme [droit naturel]. Il affirme qu’aucune institution ne peut être imposée du dehors à une nation et que le droit civil est avant tout le produit d’une tradition spécifique mise en forme par la conscience populaire au cours de l’histoire. Le droit, dit-il, est comme la langue : « Il grandit avec le peuple, se développe et meurt avec lui lorsque celui-ci vient à perdre ses particularités profondes » (De la vocation de notre temps pour la législation et la science du droit).

Avec les romantiques, J. Grimm proteste lui aussi contre le rationalisme des Lumières. Il exalte le peuple contre la culture des « élites ». Il célèbre l’excellence des institutions du passé. Revenu à Kassel, où Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie, s’installe en 1807 au Château de Wilhelmshöhe (construit au pied d’une colline dominant la ville par le prince-électeur Guillaume Ier), il occupe avec son frère diverses fonctions dans l’administration et à la bibliothèque. À partir de 1808, ils collaborent tous deux à la Zeitung für Einsiedler, où l’on retrouve les signatures de Brentano, Arnim, Josef Görres, etc. En 1813, ils lanceront leur propre publication, les Altdeutsche Wälder.

Le premier livre de J. Grimm, Über den altdeutschen Meistergesang, paraît à Göttingen en 1811. Contestant les rapports établis habituellement entre la poésie raffinée du Moyen Age (Meistergesang) et le chant populaire (Minnegesang), l’auteur y défend l’idée que la « poésie naturelle » (Naturpoesie) est absolument supérieure à la « poésie artistique » (Kunstpoesie), tout comme la source jaillissante de l’âme populaire est supérieure aux œuvres des élites cultivées. La « poésie naturelle », disait déjà Herder, fait comprendre le sens de l’univers ; elle maintient vivant le lien entre l’homme et la nature. Étant l’expression même des croyances instinctives et des sentiments du peuple, elle apparaît dès que les hommes font advenir en eux à la présence ce qui les apparente au monde. La Kunstpoesie, au contraire, si belle qu’elle puisse être, est inévitablement affectée d’individualisme et d’artificialité. Au-delà de ses qualités mêmes, elle traduit une coupure « intellectuelle » qui est un germe de déclin (on retrouve ici l’idée que le raffinement équivaut déjà à une perte de puissance, à un début d’épuisement).

Contrairement à Görres, J. Grimm va jusqu’à éliminer toute activité particulière ou individuelle dans la production poétique populaire ! Celle-ci, selon lui, se manifestespontanément, de façon divine au sens propre. La vérité légendaire ou mythique, d’essence divine elle aussi, s’oppose de la même façon à la vérité historique humaine. De façon plus générale, tout ce qui se perd dans la nuit des temps, tout ce qui relève de l’ancestralité originelle, est divin. Résumant ses idées sur ce point, J. Grimm déclare vouloir montrer qu’« une grande poésie épique a vécu et régné sur toute la surface de la terre, puis a peu à peu été oubliée et abandonnée par les hommes, ou plutôt, car elle n’a pas été abandonnée tout à fait, comment les hommes s’y alimentent encore ». Il ajoute : « De même que le paradis a été perdu, le jardin de l’ancienne poésie nous a été fermé ». Et plus loin : « Je ne regarde pas le merveilleux comme une rêverie, une illusion, un mensonge, mais bien comme une vérité parfaitement divine ; si nous nous rapprochons de lui, il ne s’évanouit nullement à la façon d’un brouillard, mais prend toujours un caractère plus sacré et nous contraint à la prière. (…) C’est pourquoi l’épopée n’est pas simplement une histoire humaine, comme celle que nous écrivons maintenant, mais contient aussi une histoire divine, une mythologie ». Cette thèse quelque peu extrême ne convainc pas Arnim, pas plus que Schlegel ou Görres, et moins encore Brentano. Des discussions passionnées s’ensuivent…

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s