Le courage des généraux en retraite, La peur de Florence Parly

Eric Zemmour

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. » On ne pouvait s’empêcher de songer à cette phrase de Chamfort au vu des réactions outragées à la tribune d’une vingtaine de généraux à la retraite publié e la semaine dernière dans Valeurs actuelles. Cette formule de « généraux à la retraite » rappelait irrésistiblement l’apostrophe du général de Gaulle en réponse au putsch d’Alger de 1961, d’autant plus que – hasard ou nécessité inconsciente ? – la parution dans le journal datait du 21 avril, jour anniversaire de ce putsch.

Même si les intentions des auteurs sont pures et que leur texte a été déposé auprès de l’hebdomadaire une semaine avant, on pourrait poursuivre cette comparaison que fait notre inconscient collectif. il y a soixante ans, les putschistes voulaient conserver l’Algérie française tandis que le général de Gaulle prônait l’indépendance de l’Algérie pour que, disait-il à Alain Peyrefitte, « mon village ne s’appelle pas Colombey les deux mosquées ». Il y a trois mosquées aujourd’hui autour de Colombey. Et une guérilla permanente enflamme les banlieues françaises islamisées. Ces généraux à la retraite dénoncent le « laxisme » des politiques dans la lutte contre « l’islamisme » et « les hordes de banlieues », pointant « un certain antiracisme » dont les représentants, « partisans haineux et fanatiques », veulent « la guerre raciale ». Qui peut sérieusement leur donner tort ? Qui peut nier leur légitime inquiétude, nourrie par un patriotisme sincère ? Quand ils appellent leurs camarades d’active à intervenir « dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national », Jean-Luc Mélenchon veut y voir un appel de « factieux ». Quant à Florence Parly, ministre des Armées, elle promet des sanctions tandis que ses services épluchent la liste de noms espérant y trouver un officier qui ne soit pas à la retraite. ses collègues du gouvernement en profitent pour ranimer le jeu de rôle usé avec Marine Le Pen en épouvantail à moineaux.

Tout cela n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Des milliers de civils souhaitent signer cet appel. L’armée n’a jamais été aussi populaire dans le pays. La guérilla dans les banlieues et les crimes du djihadisme font qu’une part croissante de l’opinion considère qu’on ne pourra pas échapper à une intervention de l’armée pour rétablir l’ordre dans ces banlieues islamisées.

Chaque jour, des policiers y sont agressés, caillassés, pris pour cible par des tirs de mortier. Des pompiers, des médecins, des professeurs y sont également attaqués, tandis que des é coles brûlent. L’Etat ne maıt̂rise plus le territoire national et ne fait plus régner l’ordre – ce qui est quand même à l’origine de sa légitimité. Nous revenons lentement mais inexorablement à une situation dé crite par Hobbes : « La guerre de tous contre tous. »

Figaro Magazine 2 mai 2024

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/05/01/le-courage-des-generaux-en-retraite-la-peur-de-florence-parl-6313175.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s