Les vraies causes de la délocalisation

Dans sa chronique du Monde, en date du 12 avril, Philippe Escande éditorialiste économique du journal se trompe.[1] Ce n’est pas un « signal destructeur », comme il le qualifie, mais au contraire une alerte parfaitement nécessaire et, à de nombreux égards, éclairante, quoique désagréable, que Stellantis adresse, sans doute sans le vouloir, au public français et à l’opinion européenne.

Créé officiellement en janvier 2021, le groupe Stellantis est en effet une réalité multinationale de droit néerlandais. Son siège est à Amsterdam. Ceci résulte de la décision, annoncée dès 2019, de fusionner les groupes PSA et Fiat Chrysler.

De sorte que Stellantis commercialise désormais les 14 marques suivantes : Citroën, ainsi que son ancienne série DS, et Peugeot, certes, que nous considérons traditionnellement comme françaises ; mais aussi Opel, Vauxhall, Barth, Alfa Romeo, Chrysler, Doge, Fiat, Jeep, Lancia, Maserati et RAM.

Pourquoi M. Escande imagine-t-il qu’une telle structure doive poursuivre particulièrement l’objectif rassurant de gagner ce que notre éditorialiste du Monde appelle « la bataille de la réindustrialisation française » ?

Quel que soit l’actionnariat, passé, présent ou futur du groupe actuel et de ses composantes, tout investisseur industriel est confronté aussi bien à une règle de concurrence, en même temps qu’à une situation internationale de libre circulation des capitaux et à un marché européen caractérisé par l’absence de droits de douanes.

Dans de telles conditions, il est parfaitement clair que la France empêtrée dans son « modèle social », entre gréviculture, enfer fiscal et bureaucratie n’est pas un lieu concurrentiel du point de vue des industriels.

Sans doute, du point de vue européen, il vaudrait mieux que les investissements industriels restent dans notre Vieux Continent. Mais le manque d’imagination des décideurs au sein des grands groupes les a amenés, depuis quelque 30 ans, à choisir un pays comme la Chine plutôt que la Roumanie ou la Slovaquie.

La force des industriels et sous-traitants chinois résulte, évidemment aussi, de salaires particulièrement faibles et d’autres conditions sociales inacceptables. La concurrence est largement faussée avec ce pays : non seulement du fait de son « nouveau mode de production asiatique », – pour reprendre une expression de Karl Marx… mode de production supposant une situation de quasi-esclavage, que permet la dictature du Parti communiste ; mais aussi du fait d’un déséquilibre monétaire contraire aux règles initiales de l’OMC, la monnaie chinoise étant sous-évaluée et non convertible, etc.

Dans un tel contexte, il est devenu clair que la délocalisation ou la sous-traitance mises en place par de grands groupes industriels méritent d’être dénoncées ne serait-ce qu’en informant correctement le consommateur des conditions de production et en obligeant les distributeurs à indiquer la provenance réelle, etc.

Mais on doit aussi se persuader que le déséquilibre commercial et le décrochage de la France ne sont pas seulement imputables à la concurrence chinoise et à la délocalisation : c’est plutôt le déclin d’une France de plus en plus étatisée, de plus en plus anesthésiée par le politiquement correct, de plus en plus tiers-mondisée qui entraîne la fuite des investissements.

JG Malliarakis  

Apostilles

[1] cf. son article du Monde « En décidant de produire sa future berline Citroën en Chine, Stellantis envoie un signal destructeur »

https://www.insolent.fr/2021/04/les-vraies-causes-de-la-delocalisation.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s