La dernière reddition: le 30 juin 1951, un groupe de soldats japonais dépose les armes sur l’île d’Anatahan

Ex : https://www.barbadillo.it/

Un portrait des Zanryū nipponhei, les résistants japonais, les retardataires, les stragglers, les Ghost Soldiers ou simplement les Resistors.

Ils les appelaient Zanryū nipponhei, les ultimes résistants japonais, les Stragglers, les Retarders, les Ghost Soldiers ou simplement les Résistants. De nombreux noms pour désigner un seul phénomène: celui des soldats japonais qui ont refusé de déposer les armes à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le représentant le plus connu d’un groupe qui était tout sauf petit est sans doute Hiro Onoda, le lieutenant qui s’est rendu le 5 mars 1974 sur l’île philippine de Lubang. L’histoire de l’officier qui est resté « en service », malgré la fin de la guerre, n’est pas un cas isolé.

Les précédents sont nombreux, mais l’un d’eux, en particulier, mérite d’être raconté pour au moins trois raisons. Premièrement, parce qu’il ne s’agit pas d’un seul soldat, mais d’un groupe; deuxièmement, parce que c’est la seule occasion où les Zanryū japonais incluent également une femme; troisièmement, parce qu’il représente la dernière reddition de la Seconde Guerre mondiale. Le cadre de l’histoire que nous allons raconter est Anatahan, une île de l’archipel des Mariannes passée sous contrôle japonais à la fin de la Première Guerre mondiale.

Vue aérienne de l’île d’Anatahan.

C’est sur cette bande de terre, perdue dans l’immensité de l’océan, que se réfugie, en juin 1944, un groupe de soldats du Soleil Levant qui ont survécu au naufrage de trois navires à destination de Truk, en Micronésie, où se trouve la principale base navale de l’empire du Tenno dans le Pacifique Sud. Touchant terre, leurs vêtements déchirés et leurs âmes en émoi, la poignée de survivants se rend compte qu’ils ont atterri dans un endroit plutôt inhospitalier. Situé à 75 miles nautiques au nord de Saipan, en raison de la forte activité volcanique, Anatahan était et est toujours inhabité. Légèrement plus petite qu’Ischia, caractérisée par des plages escarpées et des pentes raides sillonnées de gorges profondes couvertes de végétation, l’île ne possède qu’une petite plage dans sa partie sud. À leur arrivée, les naufragés ont trouvé une femme, Hika Kazuko, originaire d’Okinawa, et un compatriote travaillant pour une entreprise qui récolte du coprah pour la production de beurre de coco. La femme était prisonnière sur l’île depuis quelques jours, ainsi que le collègue de son mari, qui, avec l’avancée des troupes américaines, n’avait pas pu revenir de Saipan, où il s’était rendu dans l’espoir de sauver sa sœur. Une fois débarqués sur ce petit bout de terre, les naufragés ont fait une reconnaissance et se sont rassemblés non loin de l’unique plage, confiants qu’ils seraient secourus quelques jours plus tard. Cet espoir fut déçu lorsque leurs compatriotes furent vaincus lors de la bataille des îles Mariannes. Cependant, la petite communauté ne se découragea pas et, comme elle ne vit pas arriver d’aide, elle commença à s’organiser du mieux qu’elle put: elle construisit des huttes avec des feuilles de palmier et se nourrit de noix de coco, de taro, de canne à sucre sauvage, de poissons et de lézards.

Ayant compris que leur séjour sur l’île ne serait pas bref, les soldats japonais ont décidé de s’offrir une sorte de réconfort. Ils ont donc commencé à produire du tuba, un distillat de noix de coco typique des Mariannes, semblable au Lambanóg des Philippines. Tout était nécessairement autosuffisant, du moins jusqu’au 3 janvier 1945, lorsqu’un B29 américain s’est écrasé sur l’île au retour d’un raid de bombardement sur Nagoya, au Japon. Le crash n’a laissé aucune chance aux 11 membres de l’équipage, mais s’est avéré être une véritable bénédiction pour les Japonais. L’épave devient une mine inattendue: les tôles sont moulées pour fabriquer des outils ou des couvertures de cabanes, les parachutes sont transformés en vêtements, les fils du système électrique deviennent des lignes de pêche.

Après avoir récupéré les armes de l’équipage et retiré les mitrailleuses et les canons de l’avion, les Japonais, menés par leur officier, construisent des positions défensives rudimentaires. L’existence de ces Robinson Crusoë serait restée inconnue si, en février 1945, une expédition de chamorros (indigènes des Mariannes) n’était pas arrivée sur l’île, envoyée par le commandement américain stationné à Saipan pour récupérer les corps des aviateurs qui s’étaient écrasés avec le B-29. De retour à la base, les chamorros font un rapport détaillé et communiquent qu’ils ont repéré un groupe de soldats ennemis. Les commandants américains qui, avec la tactique dite « jumping the frog », s’occupent, île par île, de se rapprocher du territoire métropolitain de l’ancien Yamato, n’accordent pas beaucoup d’importance à cette poignée d’hommes qui, comme beaucoup d’autres, ont été piégés sur une île lointaine. Entre-temps, la vie de la communauté se déroule parmi de nombreuses vicissitudes.

Aux inconvénients compréhensibles causés par une situation limite, s’ajoute un élément exceptionnel: la présence d’Hika. Le fait qu’il n’y ait qu’une femme, sur une île habitée uniquement par des hommes, souvent en proie à l’euphorie provoquée par le tuba, génère d’inévitables frictions; à tel point que cinq des onze décès enregistrés au cours des sept années de séjour des naufragés sur Anatahan sont des maris d’Hika, dont quatre sont officiellement morts à la suite d’accidents de pêche. Évidemment, cette circonstance n’a pas échappé aux journaux qui, au retour de la femme dans son pays, ne se sont pas contentés de dépeindre la femme « Robinson » chargée de fabriquer des vêtements avec des parachutes, tandis que les hommes fournissaient la nourriture. La plupart de la presse, en fait, se concentrera sur les décès survenus dans des « circonstances mystérieuses »..

Pour certains magazines, l’île était même un « foyer de passion et de meurtre ». Cependant, la version des faits fournie par la protagoniste est tout autre. Hika, en effet, tout en affirmant avoir été contrainte au mariage par le supérieur du groupe, qui s’inquiétait de sa discipline et de celle des hommes, a toujours prétendu avec force que ses maris n’avaient pas été assassinés, mais étaient morts de maladie ou d’accident. Quoi qu’il en soit, tandis que se joue sur l’île une dynamique qui, pour la presse à sensation, allie héroïsme et érotisme, le temps passe et, avec une certaine régularité, les autorités américaines envoient des navires pour tenter de convaincre les Japonais de quitter l’île.

Fidèles au précepte du Bushidō, qui considère la reddition comme un déshonneur, les soldats japonais refusent de déposer les armes, persuadés que la guerre n’est pas encore terminée. La situation se prolonge jusqu’en juillet 1950, lorsque Hika elle-même brise le mur obstiné érigé par ses compatriotes: elle repère un navire américain – le Miss Susie – et demande à être évacuée de l’île. À son arrivée à Saipan, la femme informe les commandants américains que tout le monde à Anatahan croit que le Japon et les États-Unis se battent toujours. Les Américains signalent alors l’affaire aux autorités de Tokyo, qui retrouvent les membres des familles des Zanryū japonais, les invitant à écrire à leurs proches pour les convaincre de se rendre. Les lettres sont larguées sur l’île, mais les naufragés pensent qu’il s’agit d’une supercherie orchestrée par la propagande de l’Oncle Sam.

Ainsi, en janvier 1951, le gouverneur de la préfecture de Kanagawa s’adresse aux survivants, et dans un autre message encore, il les informe de la défaite du Japon et des bonnes relations établies entre-temps avec les États-Unis. Le gouverneur écrit également que tous les soldats ont été rapatriés et conclut: « Maintenant, il n’y a plus d’autres soldats japonais dans le Pacifique, sauf vous’’. Évidemment, toutes les lettres ne sont pas parvenues à leurs destinataires, si bien que la distribution a été répétée plusieurs fois, jusqu’au 26 juin 1951, date à laquelle les naufragés d’Anatahan ont décidé de se rendre. Quelques jours plus tard, le 30 juin, l’opération « Déménagement » a commencé. De Saipan part le remorqueur océanique USS Cocopa.

Une fois arrivé à destination, un canot pneumatique est descendu du navire, amenant sur l’île l’interprète Ken Akatani et le lieutenant commandant James B. Johnson, devant lesquels les 19 soldats survivants déposent les armes. Ils montent à bord du navire et, avec leurs quelques affaires rangées dans un pandanus tressé, ils sont emmenés à Guam où, en une semaine, un avion de la marine américaine les emmène à Tokyo. Il est étrange que la dernière garnison japonaise ait quitté les Mariannes le jour même où la gestion de l’administration américaine des îles du Pacifique est passée des militaires aux civils. C’est le signe que la Seconde Guerre mondiale est définitivement terminée, même si des Zanryū nippons isolés continueront à se battre jusqu’au début des années 1980.

Mirko Tassone.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/04/09/la-derniere-reddition-le-30-juin-1951-un-groupe-de-soldats-japonais-depose.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s