Aspects économiques de la Révolution Française 1/8

«La Révolution fut provoquée par les abus d’une classe revenue de tout, même de ses privilèges, auxquels elle s’agrippait par automatisme, sans passion ni acharnement, car elle avait un faible ostensible pour les idées de ceux qui allaient l’anéantir. La complaisance pour l’adversaire est le signe distinctif de la débilité, c’est à dire de la tolérance, laquelle n’est en dernier ressort qu’une coquetterie d’agonisants».

Cioran, Ecartèlement, Gallimard, 1979, p. 30.

Tout découpage dans le déroulement continu du temps global peut paraître arbitraire, et plus arbi­traire encore celui qui se désintéresse des dates « historiques ». Le mouvement de la pensée nous offre l’ensemble du XVIIIième siècle pour com­prendre la formation économique des révolu­tionnaires.

La périodisation des faits ne peut s’appuyer sur le commencement de la Révo­lu­tion, mais plutôt sur 1778, date à laquelle in­ter­viennent d’une part la guerre d’Amérique et les dépenses qu’elle occasionne, d’autre part la fer­me­ture de certains marchés (surtout pour les vins), l’ouverture de la plupart des ports es­pa­gnols au commerce d’Amérique, ce qui vivifie l’activité économique de la péninsule ibérique. Tout cela contribue à expliquer la gêne écono­mique française à la veille de 1789. De plus, les figures de proue disparaissent dans ce laps de temps: Rousseau (1712-1778), Voltaire (1694-1778), Diderot (1884). Après que la pièce eut été écrite, le spectacle pouvait commencer. On est aussi tenté de se référer à une trinité solide. Avant la Révolution, l’agriculture périclite: c’est une période de stagnation et de baisse des prix qui dure jusqu’en 1787. Le marasme unit les difficultés des rentiers et des entrepreneurs, des bourgeois et des petits propriétaires, aux mi­sères de la masse (1). Ensuite, la Révolution qui perturbe les conditions générales de l’activité économique. Enfin, les lendemains qui chan­tent ou déchantent: ruine du grand commerce, stagnation du secteur agricole et… première pha­se de la révolution industrielle. La Révo­lu­tion crée aussi un lien entre ceux qui ont tra­ver­sé la même tourmente et rapproche la pen­sée d’hom­mes assez différents. La distance semble très gran­de entre les scolastiques, les mer­canti­listes, la « secte » physiocra­ti­que. Or, ce triple sceau marquera les consensus et dissen­sus éco­nomiques des révolution­naires.

Le modèle newtonien

La Révolution, au sens le plus large, est d’abord dans l’esprit: elle est dans l’intelligibilité du monde à partir du mo­dèle Newtonien et dans la méthode d’analyse des faits socio-économiques. Elle est aussi l’irruption et l’éruption de forces souterraines obscurément en travail, rassem­blées dans la formule du « double corps » de l’E­tat. Enfin, de près comme de loin, car c’est la même chose, le bilan matériel s’inscrira tout en nuance. Comme Fabrice del Dongo, nous n’y ver­rons ni victoire, ni défaite, mais, contraire­ment à lui, des laissés pour compte et des profi­teurs.

I. Les principes de la pensée économique

Au milieu du XVIIIième siècle a été atteint un seuil critique: des idées qui flottaient dans l’espace mental atterrissent et s’imposent. La pensée théorique s’incarne de plus en plus dans la réalité concrète des hommes. L’originalité du siècle tient à cette tentative de faire déboucher la réflexion dans l’action, sous la direction de mo­narques « éclairés » par la lumière philoso­phi­que. Louis XVI en était lorsqu’il confia le pou­voir à Turgot, imbibé d’encyclopédie et de phy­siocratie. Les essais de réforme se heurtent aux privilégiés qui évoluent cependant au sein du même univers mental, le paradigme newto­nien: les divergences ne s’étaleront qu’au mo­ment d’ar­ticuler contenu politique et fonction­nement économique.

L’Europe des Lumières rassemble sans distinc­tion de frontières un grand nombre d’esprits au­tour d’idées communes: l’invocation de Newton. G. Gusdorf insiste sur l’absence de Des­cartes qui ne compte que « quelques défen­seurs au XVIIIiè­me siècle, le plus souvent en dehors de monde scien­tifique » (2). Le développement du savoir privilégie la physique et la biologie car les mathématiques sont en retrait pour deux rai­sons: elles ne paraissent pas ouvrir la voie à la connaissance expérimentale et détournent des recherches sur l’origine de nos idées, traitées comme des évidences intrinsèques. Sur ce socle physico-biologique germera une nouvelle ap­proche de la société, accordant à l’économie un grand rôle. Les intérêts sont rehaussés au ni­veau des passions et, ensemble, préoccupent le siècle, puis partagent les révolutionnaires selon une ligne inspirée de Quesnay d’un côté et de Rousseau et Necker d’autre part.

Consensus newtonien

La science newtonienne a été diffusée en France par Voltaire. L’Anglais John Locke, dont l’œu­vre a si fortement influencé les révolution­nai­res, était un ami de Newton. L’Ecossais David Hume, en 1739, dans son Traité de la na­ture hu­maine, affirmait que la science de l’homme se­rait une science au sens newtonien du terme. Or, Hume a eu un ascendant sur Condillac, Adam Smith, les « Idéologues » (ceux-ci traduiront l’œu­vre d’Adam Smith excellem­ment résumée par Condorcet) (3). James Bentham (1748-1832) se proposait de devenir le Newton du monde moral. Tout ce petit monde, essentiel pour com­prendre la formation intellec­tuelle des révolu­tion­naires, est donc newtonien. Il semble que ce dernier ait ouvert la voie au pro­grès de la con­naissance en dégageant la phy­sique de la simple imagination. Surtout, il a af­firmé l’existence d’un monde composé de ma­tière et de mouve­ment. Par l’attraction, une in­telligibilité unique embrasse l’ensemble de réel. L’autorité de cette synthèse lui vaudra d’être uti­lisée à tout propos. Bon nombre d’auteurs en re­tiennent la distinc­tion entre causes et lois, et la possibilité d’une expression mathématique sans fondements mé­ta­physico-théologiques. Newton rend possible la recherche de formes d’intelligibilité hors de la transcendance et permet de fonder les sciences de l’homme sur le modèle de la science des cho­ses. De manière très générale, la compré­hen­sion doit passer par les stades successifs de l’ob­servation, de l’expérimentation, et de la théorie mathéma­tique. La science expérimentale trouve ici droit de cité, jusqu’à devenir un véritable phénomène d’époque et à servir d’amusement à la veille de la Révolution. Le désir d’enseigner la physique expérimentale une fois les jésuites expulsés (1762), sera décisif dans la création des écoles techniques, où se formera une élite de la compé­tence, qui trouvera dans la Révolution un moyen d’exprimer ses capacités. Saint-Simon, prophète de l’aristocratie scientifique, fut un grand ad­mirateur de Newton. En cette seconde partie du XVIIIième siècle, la cause est enten­due: les règles de la vraie méthode ont été for­mu­lées une fois pour toutes. La question est alors de savoir s’il faut interpréter cette certitude au seul niveau de la connaissance du monde ou si elle s’étend à la réalité elle-même. Y-a-t-il dualité ou unité des causes physiques et des causes mo­rales? Si Turgot admet la dualité, c’est parce que le do­maine humain est soumis au progrès. Mais les physiocrates cherchent à déduire toute l’or­ga­nisation économique et sociale d’un prin­cipe unique et A. Smith étudie et enseigne la « phi­lo­sophie morale », véritable science des mœurs con­çue sur le modèle de celle de la na­ture. Il n’est pas jusqu’à la franc-maçonnerie qui, pour se donner l’illusion de penser, publie sous la plume de son réformateur le plus illustre, Dé­sa­guliers (1683-1742), un dithyrambe newto­nien en 1728. La philosophie de la nature (qui dé­signe alors la science) s’infiltrera aussi dans le rêve d’une « philosophie » de l’histoire, connais­sance susceptible de permettre aux hommes la maîtrise de leur destinée. Les têtes pensantes de la Ré­vo­lution en étaient imbibées.

Priorité des faits sur les idées

La conversion générale à la science incite, en tous domaines, à donner priorité aux faits sur les idées. La conséquence en est un découragement spéculatif et une priorité reconnue à l’analyse sur la synthèse. La notion de système doit donc subir une reformulation pour ne pas se discrédi­ter. Turgot fournira les moyens lors de l’éloge de V. de Gournay, précurseur des physiocrates. Il existe un mauvais sens du mot système, « sup­po­sitions arbitraires par lesquelles on s’efforce d’expliquer tous les phénomènes, et qui, effecti­ve­ment, les explique tous également, parce qu’ils n’en expliquent aucun » (4). Il y op­pose un sens plus favorable, où « un système si­gnifie une opinion adoptée mûrement, appuyée sur des preu­ves et suivie de ses conséquences ». De contem­pla­tive, la science se fait opérative et technique: elle doit servir les utilités de l’homme et re­grou­per, pour être effective, les énergies. Peu à peu, la civilisation tradition­nelle incarnée par la pen­sée scolastique et l’autorité royale tournée vers la puissance et la gloire se disloque, le para­dig­me newtonien œu­vrant pour transformer le mi­lieu. Pendant des siècles, l’univers mental a­vait reposé sur la su­bordination de l’Eglise à Dieu, du fidèle à l’Eglise, du citoyen au service de l’Etat. A la fin du XVIIIième siècle, cette pers­pective se trouve inversée. Les ré­vo­lu­tion­nai­res légitimeront en droit un ordre social qui s’ins­talle au cours du siècle, et dont la dimension éco­nomique ne prend de relief que dans le contexte global d’une nouvelle morale, d’une autre spi­ri­tualité, d’une anthropologie différente.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s