Que veulent les royalistes ?, par Jean-Philippe Chauvin.

De récents événements ont mis en lumière des royalistes contestataires intervenant lors d’une assemblée du Conseil régional siégeant à Toulouse et, souvent, évoqués par les médias de manière peu sympathique, avec cris d’orfraies et fantasmes, croyant apercevoir derrière les quelques militants de l’Action Française perturbateurs un vaste complot extrémiste…

Comme si deux manifestants tenant une banderole et lançant quelques slogans représentaient un « péril » pour la République. Si tel devait être le cas, avouons que cela serait fort peu rassurant pour… la République ! Nous, royalistes sociaux, trouvons singulier ce grand effroi des médias et des politiciens (« le pays légal » évoqué par Maurras) qui ressemble à ce que l’écrivain éminemment royaliste Georges Bernanos traitait de « grande peur des bien-pensants »… Il ne nous appartient pas de défendre l’Action Française et ses manifestations, mais nous ne hurlerons pas avec les loups, fidèles à la devise capétienne : « Savoir raison garder ».
En revanche, c’est l’occasion de dresser un petit tableau, très succinct, des principales idées dans lesquelles la plupart des royalistes (mais pas tous, soyons modestes et lucides, et ce n’est pas forcément une mauvaise chose), qu’ils se disent d’Action Française ou qu’ils soient proches de la Nouvelle Action Royaliste ou de l’Alliance Royale, se reconnaissent et pour lesquelles ils militent, chacun à leur façon.
1. L’attachement à la nation française, à sa longue histoire et à son indépendance diplomatique, c’est-à-dire au refus de l’alignement systématique sur les États-Unis, alignement qui caractérise trop fréquemment les autres États d’Europe. Cela entraîne une certaine méfiance à l’égard de l’Union Européenne, du moins telle qu’elle se construit actuellement. Les royalistes sont, avec des nuances diverses, pour une Europe qui prenne en compte les nations, soit dans le cadre d’une Confédération (refus du « fédéralisme européen » ou de « l’Europe fédérale ») des États d’Europe, soit dans le cadre d’une Europe des cercles concentriques (un noyau dur constitué par quelques États-moteurs et une organisation de l’UE organisée en cercles concentriques selon le degré d’intégration des États dans les politiques communes de l’UE).
2. L’attachement à la France, c’est aussi une prise en compte de son histoire, de toute son histoire, y compris les tragédies qui l’ont parsemée. La France n’est pas née en 1789, mais en 987 avec l’élection d’Hugues Capet (l’État) et en 1214 avec la victoire de Bouvines (la nation française), et elle est le fruit d’une action politique de long terme des rois capétiens, jusqu’à la dynastie des Bourbons, une action qui s’est poursuivie au-delà de la Révolution mais dont l’efficacité et la visibilité ont été largement affaiblies durant les Républiques et les Empires. Quand la Monarchie royale a su unir les Français après les grandes discordes (guerre de Cent ans, guerres de religion, Révolution française), la République n’a jamais su, en général, que raviver les plaies, vivant de cette division des Français qui lui permet, encore, de régner, de présidentielle en présidentielle…
3. La volonté d’une instauration royale pour rendre à la France sa « tête » et sa « liberté d’État », sa souveraineté : c’est le cœur même de l’idéal royaliste, la monarchie royale « à la française » n’étant que le moyen institutionnel politique pour permettre au pays et à ses citoyens (et non-citoyens, ou citoyens en devenir) « d’être et de durer au monde ». L’instauration d’une Nouvelle Monarchie doit être, dans les années qui suivent l’acte d’instauration, légitimée par trois principes majeurs : 1 : unité française sur le plan intérieur comme en diplomatie, et fédératrice des « provinces unies de France »; 2 : souci environnemental ; 3 : justice sociale.
4. Une large décentralisation pour permettre une meilleure « respiration des communautés » (famille, commune, région, entreprise, etc.) et rendre leurs « pouvoirs » (libertés concrètes d’agir sur leur environnement social et politique proche) aux corps sociaux et aux personnes : c’est l’une des bases du combat royaliste qui peut se résumer selon la vieille formule : « L’autorité au sommet, les libertés à la base » ou « Sub rege, rei publicae » (Sous le roi, les libertés publiques). C’est aussi l’application politique du principe de subsidiarité. Le roi est juste le trait d’union entre les provinces, il est l’incarnation de l’unité nationale par delà les différences communautaires, provinciales ou religieuses : Louis XVI, d’ailleurs, s’adressait aux peuples de France (au pluriel)…
5. Une politique ambitieuse sur le long terme qui n’est possible que par l’existence d’un « État durable », c’est-à-dire inscrit dans la durée et la permanence, la continuité, État qui ne peut être que la Monarchie à transmission héréditaire : « le roi est mort, vive le roi ! », est la formule la plus simple et la plus humainement naturelle pour transmettre la magistrature suprême de l’État à travers les âges et les générations.
Les royalistes ne sont pas des « doux dingues » ou des « extrémistes farouches » : ils n’ont qu’une ambition, servir au mieux la France et, pour cela, lui redonner le meilleur outil qui soit : la Monarchie royale. Non pour « se servir » et chercher querelle aux concurrents politiciens. Mais, juste pour servir la France et ceux qui vivent et croient en elle, sur ses territoires comme au-delà de ses frontières, pour le souvenir d’hier et les générations d’aujourd’hui et de demain !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s