Ce que disent les « violences des jeunes »

Alain Sanders

Verdun, Aulnay, Bobigny, Argenteuil, Dijon, Nîmes, Reims, Nantes, Rennes, Tours, Montargis, Blois, Lyon et ses zones de non-droit, Marseille et ses zones de non-France, déjà certains arrondissements de Paris, etc.: il n’est désormais guère de villes de France qui ne soient le théâtre – et parfois quotidiennement – de ce que les médias, qui pratiquent la langue de B(l)ois, appellent des « violences de jeunes ».

Récemment, et à propos de Blois justement, Présent titrait plus précisément sur les « violences ethniques ». C’est exactement de cela qu’il s’agit. A une écrasante majorité – et les policiers, et les médias, et les politiques le savent parfaitement, mais se taisent (par crainte d’être montrés du doigt ou par idéologie complice) – ces violences de plus en plus violentes (on tue désormais) sont le fait de « jeunes » issus de l’immigration. Et pas de l’immigration finlandaise, uruguayenne, népalaise,mais maghrébine et subsa­ harienne. Si on ne dit pas ça, on ne dit rien.

Les chaînes d’info continue, qui traitent de ces « incidents » dans les « quartiers sensibles », ne soulignent bien sûr jamais cette surreprésentation extra-européenne. Ce qui ne trompe personne : les images des reportages parlent d’elles-mêmes.

Dernièrement je regardais, sur l’une ou l’autre de ces chaînes, un reportage énamouré sur – je cite – « la brigade des daronnes » de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). A savoir un petit groupe de six ou sept femmes, d’origine maghrébine et africaine, certaines vêtues « comme là-bas, dis », patrouillant pour inviter les « jeunes » du quartier à ne pas traîner, notamment après le couvre-feu. On les verra croiser quatre ou cinq de ces « jeunes » évidemment respectueux des « daronnes » et sages comme des images… Bref, un foutage de gueule à usage de bobos cathodiques… Il n’empêche que l’animateur et ses invités vont s’extasier sur ces «daronnes» (où sont leurs maris ? Mystère…), ne trouvant pas de mots assez forts pour dire leur admiration et patin et couffin…

Naguère, on nous a fait le coup des « GrandsFrères » (et des associations gavées de subventions) qui allaient, wallah, canaliser les « minots ». Non seulement ces « Grands Frères » n’ont rien canalisé, et tout au contraire, mais certains d’entre eux ont utilisé la piétaille des plus jeunes comme choufs, mulets, exécuteurs de basse œuvre.

On interroge un responsable d’association à Garges-lès-Gonesse ? Il est d’origine maghrébine. On interroge un autre responsable d’association à Trappes ? Il est d’origine maghrébine. Un responsable d’association dans les quartiers Nord de Marseille ? Il est d’origine maghrébine. On interroge un travailleur social dans l’Essonne ? Il est d’origine maghrébine. Et celui-là impute sans hésiter les violences au virus : « Il faut comprendre, on interrompt les clips de rap qu’ils tournent d’habitude…».

Sur les plateaux des chaînes d’info continue, les présentateurs, les consultants, les consultés, les experts autoproclamés, la ribambelle de médecins (qu’on préférerait voir à leurs postes et qui squattent les plateaux, donnant péremptoirement leur avis sur tout et le reste), les Bilger, les Dassier, les Zeribi, les Béglé, les Dartigolles, les Philippe Guibert (roi des faux derches), les Barbier, les Duhamel, les Laurence Saillet (la pire de tous), les Domenach, les Douste-Blazy, les Jeudy, etc., se lamentent (« Quel drame cette jeunesse à la dérive », « Ah, c’est bien triste», « Le couvre-feu exacerbe les passions », «Mais quelle solution ? », etc.). Sans jamais nommer le  mal. Et en préconisant des trucs vieux comme Hérode (et qui ont sombré dans le ridicule), comme le déploiement de médiateurs et d’éducateurs sociaux (là, va savoir pourquoi, ils n’emploient pas le féminin: médiatrices et éducatrices)…

Ils répètent aussi à l’envi que lorsque les « jeunes » ne s’en prennent pas à la police (et à tout ce qui représente la France et ses institutions), ils tapent la misère aux populations des zones de non-droit, pourtant leurs coreligionnaires et congénères. Ce n’est pas faux. Et ça va désormais plus loin que des voitures incendiées. A Bondy (Seine-Saint-Denis), le 26 février dernier, dans la maison de quartier Nelson-Mandela (tout un programme…), Aymen, 15 ans, est tué par balles. On a arrêté Walid, 17 ans, et son frère, Mohammed, 27 ans. Ce dernier, dealer notoire, a un lourd passé judiciaire, mais si vous interrogez ses voisins, sa sœur, Fatiha, Karim, son oncle, ils vous disent qu’il était « gentil, tranquille, sans histoire»…

Vous n’en avez pas marre de ces « incidents » qui encombrent nos infos et de ces violences qui sont étrangères à notre civilisation et à nos mœurs ? Moi, si.

Source : Présent 25/03/2021

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/03/27/ce-que-disent-les-violences-des-jeunes-6306023.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s