Cette liberté dont on se gargarise

Le 18 mars, le glorieux Conseil supérieur de l’audiovisuel, que le monde nous envie, communiquait à la presse et au monde à propos de la décision qu’il venait de prendre, de sanctionner la chaîne CNews.

Voici le texte de ce document qui n’a peut-être pas reçu la publicité qu’il mérite et que ses rédacteurs attendaient :

« Au terme de la procédure engagée à la suite de propos tenus au cours de l’émission Face à l’info du 29 septembre 2020, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a prononcé ce jour une sanction d’un montant de 200 000 € à l’encontre de la chaîne CNews.

Le Conseil a considéré que la chaîne avait manqué à ses obligations, tant au regard de la loi du 30 septembre 1986 que de sa convention. Quand bien même ces propos ont été tenus dans le cadre d’un débat en lui-même légitime sur la politique d’accueil des mineurs étrangers isolés en France et sur la politique d’immigration, ils ont été de nature à inciter à la haine envers les mineurs étrangers isolés, et ont véhiculé de nombreux stéréotypes particulièrement infamants à leur égard, de nature à encourager des comportements discriminatoires. Par ailleurs, le Conseil a estimé que la maîtrise de l’antenne n’avait pas été assurée, d’autant plus que l’émission a été diffusée en différé et sans modification, ainsi que l’a souligné le comité d’éthique du Groupe Canal + dans son avis rendu le 22 octobre 2020.

De manière générale, la loi du 30 septembre 1986, loi de liberté, affirme et protège la liberté de communication et la liberté éditoriale des médias audiovisuels. Garant de ce principe reconnu par la Constitution, le Conseil supérieur de l’audiovisuel veille scrupuleusement au respect de cette liberté consubstantielle à la démocratie. À cet égard, il est naturel que les débats qui traversent la société trouvent toute leur place dans les médias audiovisuels, y compris sous une forme polémique.

Néanmoins, la loi fixe des limites à l’exercice de cette liberté. Elle exige, en particulier, que les programmes mis à la disposition du public ne contiennent ni incitation à la haine ou à la violence fondée notamment sur les origines, la religion ou la nationalité. Conformément à ses missions, le Conseil ne manquera pas d’intervenir chaque fois que ces limites seront franchies. »

Fermez le ban. Fin de citation…

Il s’agissait d’une émission d’Éric Zemmour, l’une des têtes de Turc de l’islamo-gauchisme, ce qui n’apparaît pas dans le texte du communiqué.

S’agit-il d’une décision de « justice », décision que, dans ce cas, on n’aurait pas le droit de commenter, et que le CSA, institution créée par Mitterrand et que Jean Ferré appelait le Contrôle socialiste sur l’audiovisuel, serait habilité à prendre ? Ou faut-il ne voir qu’une décision d’injustice ayant vocation à être effacée en appel ?

L’avenir le dira. Mais ce que l’on doit retenir c’est la volonté de frapper à la caisse, à hauteur de 200 000 euros, le prix d’une gentille maison, une chaîne dont le journaliste vedette déplaît au politiquement correct.

Un tel message parfaitement clair confirme un travail auquel s’est récemment livré votre chroniqueur pour la revue Lectures françaises, à paraître prochainement sur le thème Feue la liberté d’expression.

Peut-être faudra-t-il bientôt défiler en scandant « Nous sommes tous Zemmour », que nous approuvions ou non toutes les déclarations de l’intéressé. Sans doute faudra-t-il se battre pour abolir les lois scélérates qui permettent à des aréopages opaques de quadriller les médias et de tétaniser les journalistes.

En tout cas nous devrons de plus en plus nous méfier de la trilogie républicaine de Liberté, Égalité, Fraternité qui, comme chacun sait est aussi la devise du grand orient de France, taguée sur toutes les prisons.

JG Malliarakis  

Mieux connaître la révolution fondatrice de notre démocratie

« Les Sociétés de pensée » maître livre d’Augustin Cochin

http://www.editions-du-trident.fr/catalogue#cochin

Si l’on veut connaître un pouvoir démocratique comme il est, et non plus comme il veut qu’on le voie, ce n’est évidemment pas à lui qu’il faudra le demander. (…)
La société de pensée ignore sa loi, et c’est justement ce qui lui permet de se proclamer libre : elle est orientée à son insu, non dirigée de son aveu. Tel est le sens du nom que prend dès 1775 la plus accomplie des sociétés philosophiques, la capitale du monde des nuées : le Grand Orient. (…)

Les sociétés de pensée ne sont pas le socialisme, mais le milieu où le socialisme est sûr de poindre, de croître et de régner, quand rien ne l’annoncerait, comme dans les loges de 1750. La société réelle n’est pas la révolution, mais le terrain où la révolution perdra, où l’autorité, les hiérarchies gagneront, quand tout serait révolutionnaire, hommes et lois, comme dans la France de thermidor an II, sitôt brisé le joug social des Jacobins. (…)
→ En savoir plus sur ce livre ? L’Insolent du 22 novembre 2011 : « Complot ou pas complot ?« 
→ D’autres livres sur la révolution française

→ ••• Commander ce livre de 222 pages au prix de 20 euros sur le site de l’éditeur

http://www.editions-du-trident.fr/catalogue#cochin

https://www.insolent.fr/2021/03/la-liberte-principe-constitutionnel.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s