Si les populistes ne disparaissent pas, ils sont condamnés à se transformer en conservateurs ou en progressistes « modérés »

Source : https://www.lintellettualedissidente.it/

Sur le thème du populisme, nous présentons aujourd’hui un interview du professeur Franco Cardini, historien de renommée internationale. Déjà en 2017, il était intervenu sur le sujet (avec une interview publiée sur vita.it que nous reproduisons ici sous une forme actualisée) « prophétisant » le reflux des mouvements populistes et soulignant les différences avec les mouvements populaires. Aujourd’hui, à la lumière du nouvel ordre politique, social et géopolitique, également déterminé par l’avènement de la pandémie de la Covid-19, Cardini exclut une « résurrection à court terme » du phénomène populiste désormais « englouti par la politique » et, surtout, ne voit pas d’opportunités pour l’Europe subordonnée au dessein hégémonique des États-Unis. Édité par Filippo Romeo en 2017.

Ces derniers temps, nous assistons à une croissance exponentielle du populisme. Pourriez-vous nous aider à cadrer le phénomène d’un point de vue historique en expliquant ce qu’il est, où il est apparu et comment il s’est développé ?

Je crois que l’on a déjà répondu cette question de manière exhaustive : mon ami et collègue Marco Tarchi, avec lequel je suis entièrement d’accord, y a précisément répondu et je reconnais son extraordinaire compétence en la matière.

Quelle a été son évolution en Italie ?

Je ne remonterai pas trop loin, et en particulier je n’aborderai pas la question de savoir si le fascisme était un populisme ou s’il avait un quelconque caractère y afférant. Il va sans dire qu’en Italie les grands mouvements « populaires » (y compris le communisme, qui se présentait comme classiste mais ne l’était pas en réalité) n’étaient pas populistes dans la mesure où du populisme ils n’avaient pas un caractère fondamental: la méfiance et/ou la lassitude et/ou le mépris de la politique. Le fascisme lui-même, qui avait en commun avec le populisme classique (boulangisme, par exemple) le mépris de la politique comme praxis ou comme revendication « démocratique », résolvait ce mépris en termes de hiérarchie et de discipline dans le militantisme ; de même, étant anti-classe et inter-classe, il résolvait cette position en termes corporatifs, s’inspirant de théoriciens très proches de la doctrine sociale de l’Église (Toniolo).

Quant aux mouvements « populistes » actuels, leur parabole a déjà été parcourue au cours des vingt dernières années par la « Lega » et est en train d’être parcourue par le « M5S » : succès initial soudain, dû à la nouveauté, insistance sur quelques thèmes de propagande facilement déclinés avec quelques variables (anti-islamisme, xénophobie, anti-européanisme, « anti-politique », moralisme, etc.), lassitude vis-à-vis de la politique politicienne démocratique habituelle, due à la routine d’une politique professionnelle et incompétente, puis impasse et crise dues à une détérioration rapide – à un vieillissement. L’absence de véritables programmes et surtout d’une authentique tension civique conduit fatalement à un échec cyclique mais peut-être aussi à une résurrection rapide sur des modules récurrents (le berlusconisme et le recyclage des thèmes et sympathies de l’ex-Ligue dans le grillisme en sont la preuve).

En Europe, outre l’avancée du populisme, nous assistons à une croissance exponentielle des partis et mouvements nationalistes. Quelles sont les implications de ces phénomènes ?

Je n’ai aucune estime ni confiance dans les mouvements néo-micro-nationalistes: la seule issue possible pour un mouvement nationaliste sérieux dans un pays européen, dans les décennies entre les années 1950 et aujourd’hui, aurait été de viser, avec des mouvements nationalistes similaires, une identité européenne sérieuse, la construction d’un patriotisme européen et d’une conscience civique européenne. Sur ce sujet, il y avait eu quelques tâtonnements dans les années 1960 (le mouvement de Jean Thiriart, héritier en grande partie du « socialisme européen » de Pierre Drieu La Rochelle). La constellation de groupes et de personnalités du petit monde de la culture – je ne veux pas les appeler « intellectuels » parce que je n’aime pas ce terme – qui, depuis les années 70, a trouvé un catalyseur en Alain de Benoist, aurait pu reprendre ces thèmes: elle a choisi une autre voie, très intéressante cependant. Je n’attends rien du développement et peut-être du succès électoral des groupes néo-micro-nationalistes, sinon une utilisation hystérique et en même temps instrumentale de la xénophobie. Si et quand certains de ces groupes prendront comme objectif principal la nécessité d’une sérieuse reprise en mains de la souveraineté nationale, ce qui implique avant tout la sortie de l’OTAN, alors nous pourrons relancer le débat sur une base plus sérieuse et concrète. Jusque-là, je ne vois que des vœux pieux et une chasse aux sièges.

Le populisme peut-il être lu comme la énième désintégration d’une pensée européenne construite sur des cathédrales, des monastères et des universités ?

La pensée « européenne » de la chrétienté occidentale – celle qui est chantée dans un célèbre essai de Novalis – est celle qui s’est exprimée précisément dans les cathédrales, les monastères et les universités. C’est une pensée fondée sur la métaphysique, sur les distinctions hiérarchiques et sur le communautarisme. La modernité, qui est essentiellement l’individualisme et le primat de l’économique et du technologique, l’a détruit. Le monde moderne, celui de l’économie-monde, de « l’échange symétrique » et de l’exploitation généralisée de l’homme par l’homme (c’est ce qu’est la mondialisation) n’est pas né d’un développement harmonieux de ce qui existait auparavant, mais d’une révolution: la Révolution individualiste et matérialiste. Il faudra une autre Révolution pour le détruire. Sur le plan social et anthropologique, le mot grec qui exprime le mieux le caractère de ce type de Révolution est Metanoia.

La définition de « populiste » a été adoptée, par des spécialistes faisant autorité, également par le pontificat du pape Bergoglio. A votre avis, peut-on parler d’un moment populiste dans l’Eglise catholique ?

Mario Jorge Bergoglio a été péroniste dans sa jeunesse : il a donc connu un mouvement aux caractéristiques populistes-charismatiques assez explicites et avancées. Lorsqu’il est entré dans la Compagnie de Jésus, il a certainement gardé intacte cette tension vers la justice qui avait très probablement caractérisé son expérience péroniste, mais il l’a métabolisée, précisément, en termes de Metanoia. Je ne vois aucune trace de populisme dans la pensée de Bergoglio : j’y vois une profonde vocation eschatologique et une vocation prophétique-apocalyptique. Je ne sais pas si Bergoglio est le « dernier pape » prophétisé par Malachie : je sais qu’il est un pape des derniers temps, qui invite à vivre l’Eschata.

Propos complémentaires de 2021

Dans votre interview de 2017, vous avez prédit de manière prophétique le flux et le reflux des mouvements populistes. Face à la situation socio-politique actuelle, quelle direction le phénomène prendra-t-il ? Et sous quelle forme pourrait-elle ressusciter ?

Il n’y avait pas de prophétie: c’est la tendance, parfaitement observable, des mouvements populistes qui soit échouent en tant que tels, soit sont réabsorbés par la politique (politicienne établie). Max Weber dirait que, puisqu’ils sont à leur manière du côté du « charisme », tôt ou tard, l' »institution » a raison d’eux. D’autre part, comme les révolutionnaires et les extrémistes, les populistes, s’ils ne disparaissent pas, sont condamnés à se transformer en conservateurs ou en progressistes « modérés ». Maintenant, à part les boutades de Grillo qui – au moins aujourd’hui – est le premier à ne pas y croire, le gros du M5S prendra la voie des mécontents vaguement de gauche, à part une certaine frange de droite qui reviendra à sa position initiale. Sans aucun doute, le choix de Giorgia Meloni, outre le fait qu’il était obligatoire si elle voulait éviter de faire partie de l’inutile charrette de queue du nouveau gouvernement, était politiquement intelligent : Lorsque la « lune de miel » entre Draghi et la majeure partie de la politique italienne (ne parlons pas de la « vraie » société civile, qui ne se distingue même plus, submergée par les clameurs des médias) sera terminée, c’est-à-dire dans quelques semaines ou quelques mois, l’ancien M5S réapparaîtra fragmenté ou du moins redimensionné, à l’exception des politiciens les plus compétents qui le composent et qui font déjà la queue pour s’engager dans un PD, qui, à son tour, entre également en crise. Une « résurrection populiste » à court terme n’est pas prévisible : la métabolisation du mouvement « pentastellé » (Cinq Etoiles) devenu un semi-parti sera lente.

Peut-on considérer l’institutionnalisation comme un facteur de déclin des mouvements populistes ?

C’est généralement la règle: soit ils réussissent et se transforment en forces politiques, soit ils disparaissent. Le fait est qu’ils ont raison de se méfier de la politique, qui est injuste et malhonnête. C’est pour cette raison qu’elle a toujours raison d’eux: elle les engloutit, aussi parce qu’en général, à leur tête, il y a des gens qui meurent d’envie de faire de la politique, en se transformant d’outsiders en leaders.

La pandémie de la Covid 19 a accéléré certains processus qui ont affecté l’architecture géopolitique, et révélé, s’il en était encore besoin, la limite des modèles actuels d’organisation économique et sociale. À votre avis, à quoi ressemblera la prochaine mondialisation ? Les nouveaux changements pourraient-ils être une opportunité pour l’Europe ?

Franchement, je ne vois pas de changement qui pourrait constituer une opportunité. Draghi a été très explicite: volontairement ou non, il a énoncé un programme et un projet très clairs, parlant d’atlantisme et d’européanisme. Par « atlantisme », Draghi entend la fidélité aux pactes constitutifs de l’OTAN, qui sanctionnent la subordination politique et militaire, et donc diplomatique, de l’Union européenne au dessein néo-hégémonique américain, une caricature du « multilatéralisme » auquel Obama croyait peut-être sérieusement, caractérisée par un retour au programme « classique » du parti démocrate américain: le « gendarme démocratique » américain qui surveille et sanctionne le monde entier, au nom du principe axiomatique selon lequel la paix et la prospérité du monde (c’est-à-dire de 10% de la population mondiale, qui possède et gère 90% des richesses de la planète entière), donc la stabilité du statu quo, coïncident avec les intérêts des États-Unis. Par « européanisme » Draghi entend précisément le statu quo, c’est-à-dire une « Union » économico-financière/technologique qui doit considérer l’OTAN comme son bras militaire (dont la politique est dictée à Washington) et ne jamais rêver d’atteindre l’indépendance et la souveraineté politique en se transformant en une Fédération ou une Confédération souveraine capable de développer une position internationale propre, ce qui serait très utile et louable, soit une position de médiation entre les deux blocs de la nouvelle « guerre froide » qui se prépare entre les États-Unis d’un côté, la Russie et la Chine de l’autre.

Pour autant que je sache, le lancement d’une véritable Fédération européenne – maintenant que le projet de constitution, lancé il y a des années, a lamentablement échoué sur le faux obstacle du préambule relatif aux « racines chrétiennes » – n’est plus à l’ordre du jour ni à Bruxelles ni à Strasbourg; aucun signe de mouvement politique européiste à l’horizon; la seule personne qui a eu l’intelligence concrète de relancer un discours politique pro-européen unitaire, en écartant explicitement la formule fédéraliste, inadaptée à l’histoire européenne, et en parlant plutôt d’un possible projet confédéré, a été Giorgia Meloni. Il s’agissait d’un appel nouveau et intelligent, lancé une seule fois à ma connaissance et qui n’a été repris par personne. En revanche, Meloni ne peut rien faire: elle est « sous la claque » et le sait très bien. Si, dans quelque compétition électorale future, elle parvenait à dépasser les 15%, aussitôt quelque part exploseraient quelques bombes sous un monument à la Résistance, contre les murs de quelque synagogue, apparaîtraient quelques croix gammées, l’ANPI se mettrait aussitôt en branle, la « question morale antifasciste » renaîtrait et elle serait à nouveau formellement isolée. D’autre part, avec un « Parlement européen » comme celui-ci, expression des parlements des différents pays et marionnette de la volonté des Etats-Unis, on fait peut-être une politique des « fonds de relance », mais on ne va pas aller au-delà de l’euro. C’est la fin du projet européiste inauguré il y a des décennies par De Gasperi, Adenauer et Schuman.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/03/16/si-les-populistes-ne-disparaissent-pas-ils-sont-condamnes-a-6303863.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s