Qui suis-je ? Fiodor Ungern-Sternberg

 Erik Sablé, Pardès, coll. Qui suis-je ?, 128 p.

• Présentation éditeur : Le baron Ungern est un personnage exceptionnel qui libéra la Mongolie occupée par les troupes chinoises en 1921. Ataman cosaque, le baron Ungern vécut une vie d’aventures. Il fut un héros de la Première Guerre mondiale. Il habitera en Transbaïkalie, puis en Mongolie. Il parcourra la Mandchourie, la Chine, et se mariera avec une princesse chinoise. Sa Division Asiatique de Cavalerie sera la dernière armée à se battre contre les troupes communistes.

Passionné par le bouddhisme, il s’entourait de lamas. Il rêvait de créer une Asie unifiée qui serait en mesure de lutter contre une Europe qu’il jugeait décadente. Après la prise d’Ourga, il s’empressa de remettre sur le trône le Koutouktou, l’équivalent mongol du Dalaï-Lama. Cependant, en ce qui concerne la personnalité du baron Ungern, la légende a souvent remplacé la vérité historique. On a affirmé que le baron était un être cruel, un fou paranoïaque et sanglant, on lui a attribué une pensée proche du paganisme. Maintenant, avec l’analyse de documents récemment sortis des archives ou de témoignages, comme celui de Perchine, nous pouvons avoir une idée beaucoup plus juste de ce qu’il était réellement. En fait, ce n’était pas le baron Ungern qui était fou et sanglant, mais l’époque dans laquelle il vivait. Le baron apparaît, au contraire, comme un individu d’une rare droiture, dénué d’ambitions personnelles, sincère, modéré dans ses actions, cultivé et beaucoup plus humain qu’il ne semble, malgré ses discours enflammés. Avec ce « Qui suis je ? », Ungern, pour la première fois en français, nous pouvons avoir une vision plus juste du caractère et des buts du baron von Ungern Sternberg.

[Autre monographie : Le Baron Ungern, khan des steppes, Léonid Youzéfovitch, éd. des Syrtes, 2001, 352 p.]

Vers la fin du mythe russe : Essais sur la culture russe de Gogol à nos jours

◊ Georges Nivat, L’Âge d’Homme, Lausanne, 1988.

Oblitéré par une soviétologie généralement insuffisante, le savoir sur la Russie, en Occident, est réduit à des cli­chés inopérants. Le grand souffle de l’histoire russe ne trouve aucun écho dans nos médias, si ce n’est pour le dé­nigrer et le criminaliser. Cette lacune du savoir historique a des conséquences très graves aujourd’hui : les Eu­ropéens de l’Ouest ne se rendent absolument pas compte que toutes les attaques concentrées contre le ter­ri­toi­re russe aujourd’hui sont des attaques contre l’Europe dans son ensemble. Des notions géographiques aussi es­sentielles que les Balkans, le Caucase, l’Asie centrale, la Mer Noire ne font rien vibrer chez nos concitoyens. Geor­ges Nivat, philologue slave de nationalité française, comble évidemment cette lacune, du moins po­ten­tiel­le­ment, car les médias n’évoquent guère son œuvre titanesque. Vers la fin du mythe russe est un ouvrage de 403 pages, très dense, mais dans lequel nous conseillons plus particulièrement le chapitre 9, intitulé « ‘Du pan­mon­golisme au mouvement eurasien », afin de bien connaître les tentatives russes de théoriser cet espace no­yau, que le géographe britannique Mackinder nommait le « Heartland ». L’idéal du « mobilisme » mongol a effec­ti­ve­ment hanté les esprits, et pas seulement celui de ce baron germano-balte, Fiodor von Ungern-Sternberg, Com­man­deur d’une « division de cavalerie asiatique », lancée aux trousses des bolcheviques de Trotski dans les im­men­sités sibériennes. À signaler également, les chapitres 16 et 17, où Nivat évoque 2 figures importantes, Pierre Pascal, traducteur d’Evola, auteur d’un ouvrage sublime sur les martyres japonais après 1945, qui est un rus­­sophile, mais un russophile réprouvé, auquel on ne donnait aucun accès aux grands médias. Ensuite, il nous parle d’Alain Besançon, ponte de la lourdeur « sovié­to­lo­gique » aux temps de la Guerre Froide, qui a oblitéré par des vérités propagandistes, made in USA, la dy­na­mi­que de l’histoire russe, si bien que nous ne sommes plus en me­sure de comprendre l’actualité tragique qui se dé­roule aujourd’hui sous nos yeux. Le chapitre 21 traite de la notion de « fratrie russo-européenne », chère à Vla­dimir Volkoff. Le chapitre 29 analyse le fondement de la pen­sée de Soljénitsyne : les fortifications du moi, qu’il s’agit pour nous d’intégrer en nos fors intérieurs, pour lutter con­tre la dictature médiatique, exactement com­me les « chevaliers du Goulag » avaient lutté contre leurs tour­menteurs. Enfin, à lire éga­le­ment, le chapitre 35, con­sacré à Zinoviev, féroce analyste d’un réel, devenu irréel sous les coups répétés d’une idéologie sché­ma­tique, qui réduit tout à ses tristes dimensions. S’abstraire de ce mon­de inique passe par la satire la plus féroce, une satire bien perceptible dans l’histoire littéraire russe.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/62

Un commentaire sur “Qui suis-je ? Fiodor Ungern-Sternberg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s