Pourquoi la gauche européenne veut un super-État financier européen (Mises Institute)

Dans une lettre ouverte à la Commission européenne intitulée “Lettre commune : Remodeler le cadre fiscal européen“, le 17 février 2021, une coalition d’hommes politiques, de groupes de réflexion et de syndicats de gauche et verts, dirigée sans surprise par George Soros, a lancé un appel en faveur d’un budget commun permanent de l’UE avec la possibilité d’emprunter pour soutenir les investissements qui font avancer le Green Deal et d’autres projets pharaoniques.

En plus du budget permanent de l’UE, la lettre demande que les règles budgétaires de l’UE soient renforcées et assouplies et que la politique budgétaire soit soutenue par d’autres mesures de politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Que dire de ces propositions ?

Le budget permanent de l’UE et la possibilité pour l’UE d’émettre des dettes ont toujours été le rêve chimérique des politiciens socialistes qui veulent un super-État européen. Cette proposition serait un pas important vers cet objectif, car à partir de ce moment, l’État central européen émergent pourrait assumer plus de pouvoirs et se développer davantage. Les freins seraient desserrés. Les socialistes ont essayé à maintes reprises de profiter des crises pour se rapprocher de l’objectif d’un État central européen en créant de nouvelles institutions européennes et en augmentant le pouvoir des institutions existantes. Aujourd’hui, la crise du covid-19 est l’excuse parfaite pour faire un nouvel effort et créer des faits.

Les signataires estiment que seul l’État peut faire sortir l’économie de la crise du corona et qu’il doit gérer le changement climatique de manière socialement juste. Dans leur vision, non seulement le budget de l’UE devrait contribuer à cette fin, mais les règles fiscales devraient être abrogées dans sa poursuite, en particulier le pacte de stabilité et de croissance et le pacte fiscal européen. Ces derniers ont été introduits pour limiter les déficits et les dettes des États de la zone euro, principalement sous la pression de l’Allemagne. Ces règles budgétaires sont une épine dans le pied des signataires et des gouvernements. Dans la crise du corona, les socialistes veulent utiliser la politique fiscale pour la gestion macroéconomique. Bien sûr, cela nécessite l’aide de la politique monétaire, car les déficits et les dettes doivent être monétisés, bien sûr, avec la nouvelle impression de monnaie par la BCE. Pour les signataires à l’esprit keynésien, il est évident que c’est l’État qui doit reconstruire l’économie après la crise du corona et sortir des millions de personnes de la pauvreté. Ce faisant, des règles fiscales strictes ne devraient pas entraver l’État.

L’analphabétisme économique qui ressort de ces exigences est épouvantable. En fin de compte, la proposition se résume à ce que la BCE imprime autant d’argent frais que possible, qui sera dépensé avec sagesse par l’UE et les États membres. Cependant, imprimer de l’argent ne rend pas une société plus riche : c’est une idée fausse très répandue. L’impression d’argent frais ne crée pas de nouvelles richesses, car elle n’augmente pas la capacité de production de l’économie. De la même manière que le fait d’ajouter un zéro à tous les billets et comptes bancaires existants n’ajoute pas un iota à la richesse de la société, imprimer de la nouvelle monnaie et la remettre à l’État ne le fait pas non plus. Cependant, et contrairement à l’ajout de zéros aux titres monétaires existants, l’impression de monnaie par la banque centrale redistribue la richesse en faveur de l’État et des parties qui lui sont liées, et au détriment de la société civile. Une autre différence par rapport à l’augmentation de la masse monétaire par l’ajout de zéros est l’inefficacité et le gaspillage des ressources rendus possibles par la monétisation des déficits et l’augmentation des dépenses publiques.

Une autre idée fausse est à la base de la proposition présentée dans la lettre commune appelant l’État à “sortir des millions de personnes de la pauvreté”.

C’est une grave erreur de croire que c’est l’État qui sort les gens de la pauvreté et qu’il suffirait pour cela de le libérer de toute contrainte en abrogeant toutes les règles fiscales et en imprimant de l’argent. Si cela était vrai, l’Union soviétique aurait été l’un des pays les plus riches du monde. Ce sont toujours les entrepreneurs privés qui créent la richesse, en essayant de satisfaire les besoins de leurs semblables mieux et à moindre coût que leurs concurrents. C’est précisément cette initiative privée qui crée la richesse et qui permettrait également à l’économie de sortir rapidement de la récession du corona.

Cependant, les entrepreneurs privés ont besoin de liberté pour le faire, c’est-à-dire de réglementations et d’impôts peu élevés, ainsi que d’une monnaie saine.

Les entrepreneurs privés ont donc besoin exactement du contraire de ce que les partisans du super-État européen demandent dans leur lettre.

Traduction de The Mises Institute par Aube Digitale

https://www.aubedigitale.com/pourquoi-la-gauche-europeenne-veut-un-super-etat-financier-europeen/

via https://leblogalupus.com/2021/03/15/article-du-jour-pourquoi-la-gauche-europeenne-veut-un-super-etat-financier-europeen-mises-institute/

Un commentaire sur “Pourquoi la gauche européenne veut un super-État financier européen (Mises Institute)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s