États-Unis : dans les écoles pour élites, des parents terrorisés s’organisent face à la domination d’une idéologie antiraciste devenu folle 2/2

Brentwood, une école qui coûte 45 630 dollars par an, a fait les gros titres il y a quelques semaines lorsqu’elle a organisé des “sessions de dialogue et de renforcement de la communauté” ségréguées sur le plan racial. Mais lorsque je parle avec un parent d’un élève de collège de cette école, c’est du programme d’anglais de leur enfant qu’ils veulent parler. “Ils ont remplacé tous les livres sans rien dire et sans même en informer les parents.” Le programme ne comporte plus de classiques du style “The Scarlet Letter”, “Little Women”, “To Kill a Mockingbird” et “Lord of the Flies”. Parmi les nouveaux livres : “Stamped: Racism, Antiracism, and You”, “Cher Martin”, “Chère Justice”, et “Yaqui Delgado veut vous botter le cul”.

“Le doyen m’a dit, en gros, qu’il était important d’évoluer avec son temps”, a déclaré le parent de Brentwood. Dans une déclaration, le directeur de la communication de Brentwood a dit : “La diversité, l’équité et l’inclusion sont des composantes essentielles de notre éducation et de notre communauté à l’école Brentwood. Les événements de l’été dernier ont créé un appel à l’action pour nous tous, dans notre communauté scolaire et au-delà.” L’école Brentwood a annoncé un début de journée retardé le 10 mars pour l’école primaire “en raison de l’étude du livre de notre faculté sur la fragilité blanche”.

À Fieldston, un cours facultatif est proposé aux lycéens de première et de terminale, intitulé “Historiser la blancheur”. Dans l’école Grace Church, les élèves de terminale peuvent suivre un cours intitulé “S’allier : Pourquoi ? Qui ? et comment ? Le programme comprend un livre auto-édité intitulé “Complices, Pas Alliés” qui déclare que “le rôle d’un complice dans la lutte anticoloniale est d’attaquer les structures et les idées coloniales”, illustré de la photographie d’une voiture de police en feu. Harvard-Westlake, dans son vaste plan antiraciste annoncé cet été, a inclus “la refonte du cours d’histoire des États-Unis de première dans une perspective de théorie critique des races”, parmi de nombreux autres objectifs similaires.

Selon les parents, remettre en question l’un ou l’autre de ces changements de programme, c’est se rendre suspect : “Chaque fois que je participe à une discussion de groupe avec des parents de l’école, à l’exception de mon groupe de parents inquiets, ils ont l’habitude d’humilier/culpabiliser [to shame] toute personne qui partage quoi que ce soit de vaguement politique ou qui s’écarte du discours du groupe”, m’a écrit une mère de Brentwood. “Une fois que quelqu’un humilie/fait culpabiliser [to shame] une personne, beaucoup d’autres sont d’accord. Chaque fois que je prends la parole pour défendre ceux visés, ils essaient de me faire la même chose.”

Dans cette vision du monde, la complexité des choses est elle-même une forme de racisme, la nuance est une phobie, et le scepticisme est seulement une façon de feindre d’être sérieux et responsable. Ibram Kendi, auteur de How to Be an Antiracist, a récemment exposé clairement cette logique sur Twitter : “Le cœur du racisme bat au rythme du déni. Et trop souvent, plus le racisme est puissant, plus le déni l’est aussi.”

Un enseignant m’a raconté qu’on lui avait demandé d’enseigner un programme antiraciste qui comprenait une “pyramide” de la suprématie blanche. Au sommet se trouvait le génocide. En bas, il y avait les “deux côtés pour chaque histoire”.

“‘Deux côtés pour chaque histoire’, a-t-il dit. “C’était sur la pyramide raciste.”

Mais la conséquence la plus importante de l’idéologie woke n’est pas un programme d’enseignement moins anglais. C’est que cette idéologie, qui semble toucher tous les aspects de l’éducation, a changé la perception que les enfants ont d’eux-mêmes.

Considérez cette histoire, de Chapin, l’école huppée pour filles de l’Upper East Side, impliquant une fille blanche dans les petites classes qui est rentrée à la maison un jour et a dit à son père : “Toutes les personnes à la peau claire n’aiment pas les personnes à la peau foncée et sont méchantes avec elles.” Le père fut horrifié lorsqu’elle expliqua que c’était ce que ses professeurs lui avaient appris. “Je lui ai dit : ce n’est pas ce que nous pensons dans cette famille”. Il faut jeter un coup d’œil aux différents groupes d’affinité de Chapin, qui sont devenus de rigueur dans toutes ces écoles. (Chapin n’a pas répondu à une demande de commentaire).

Pour les lycéens, le message est plus explicite. Un élève de Fieldston raconte qu’on dit souvent aux étudiants que “si vous êtes blanc et de sexe masculin, vous passez après pour parler”. Cela est considéré comme une redistribution normale et nécessaire du pouvoir.

À Harvard-Westlake, l’école a récemment fait passer un test de préjugés implicites aux élèves de dixième année. Officiellement c’était facultatif, mais plusieurs parents avec lesquels j’ai parlés m’ont dit que leurs enfants se sentaient obligés de le passer. Une mère m’a confié que son fils lui avait dit : “Maman, je viens de découvrir que j’étais raciste et que je préférais les Européens blancs”. Son enfant est métis. “Entendre mon enfant rentrer à la maison et s’être faire dire par son école qu’il était un raciste… j’étais effarée. J’étais tellement, tellement en colère.”

Un parent de Brentwood dit qu’elle a essayé, à petites touches, de s’opposer à cela. “Ils disent que je ne peux pas comprendre parce que ma peau est blanche”. On apprend à des enfants comme le sien à renoncer à l’ambition et à céder des postes qu’ils pourraient gagner en travaillant dur à d’autres plus marginalisés. “Mon enfant me pose des questions évidentes comme : Si je travaille vraiment dur, ne devrais-je pas être récompensé ?”

Tout cela “m’a fait réfléchir davantage sur la race”, a déclaré un adolescent de Manhattan. Le programme scolaire, a-t-il expliqué, essayait de lui apprendre à être obsédé par sa blancheur, à l’opposé de ce que ses parents lui avaient appris à faire. Faire en sorte que les élèves se séparent par race dans des groupes d’affinité est raciste, a-t-il dit. “Martin Luther King condamnerait mon école.”

Certains élèves se rebellent, ce qui, dans ce cas, est le présage d’un futur républicain. Mais d’autres adhèrent à cette idéologie, ce qui a créé des conflits avec les parents qui n’y adhèrent pas. “L’école a pris le rôle de guide moral, et je suis la personne irritante en arrière-plan qui ne comprend pas vraiment les choses”, déclare une mère de Harvard-Westlake.

Les enfants apprennent donc comment fonctionnent les nouvelles règles de l’apprentissage woke. L’idée de mentir pour faire plaisir à un professeur semble être un phénomène venu d’Union soviétique. Mais les lycéens avec lesquels j’ai parlés m’ont dit qu’ils vivaient des versions de cela, y compris en reprenant des points de vue auxquels ils ne croient pas dans les devoirs afin que leurs notes ne soient pas affectées.

À Brooklyn, un professeur de STEM connu pour être sympathique auprès des élèves sceptiques a ri en me racontant la dernière absurdité : des élèves lui ont dit que leur cours d’histoire avait une unité sur Beyoncé, et ils se sont sentis obligés de dire qu’ils aimaient sa musique, même s’ils ne l’aimaient pas. “J’ai pensé : ils n’ont même pas le droit d’avoir leurs propres préférences musicales”, a-t-il dit. “Qu’est-ce que cela signifie quand vous ne pouvez même pas dire la vérité sur la façon dont la musique vous affecte ?”. Une professeur d’anglais de Los Angeles reconnaît tacitement le problème : elle demande à la classe de couper l’image du logiciel Zoom et demande à chaque élève de rendre son nom anonyme afin qu’ils puissent avoir des discussions désinhibées.

Il n’existe pas de données d’enquête fiables sur la liberté d’expression parmi les lycéens, mais la semaine dernière, l’Heterodox Academy a publié son rapport annuel d’enquête sur l’expression dans les campus, qui a révélé qu’en 2020, 62 % des étudiants universitaires interrogés “sont d’accord pour dire que l’ambiance du campus empêche les étudiants de dire ce en quoi ils croient.”

Avec le bouche-à-oreille, les parents essaient de savoir quelles sont les écoles privées de leur ville à l’écart de cette idéologie, si elles existent. Ils me demandent si j’en connais. “Je ne sais pas où le mettre. Je le change d’école et à chaque fois, c’est la même chose. Mais j’ai un nœud à l’estomac à l’idée de le renvoyer en troisième année”, déclare une mère de la Riverdale Country Day School dans le Bronx, une préoccupation partagée par de nombreux parents. (Riverdale a refusé de commenter).

Lorsque j’ai commencé à travailler sur cette histoire, je n’avais pas beaucoup de sympathie pour ces parents. Quelques 18 millions d’élèves de l’enseignement public n’ont pas mis les pieds à l’école l’année dernière. Une étude publiée début décembre par McKinsey and Co. a révélé que l’apprentissage virtuel nuisait à tous les élèves, mais surtout aux élèves de couleur : l’école à distance les faisait reculer de trois à cinq mois en mathématiques, par exemple. Ces chiffres ne rendent pas compte des effets dévastateurs, dont les idées suicidaires, que l’an dernier a eus sur ce que les experts appellent déjà une génération perdue.

Les parents dont il est question dans cette histoire ne sont pas des parents sans autre choix. La plupart ont le capital – social et matériel – pour retirer leurs enfants de l’école et engager des tuteurs privés. Le fait qu’ils ne s’expriment pas me semble être de la lâcheté, voire pire.

La réponse cynique à leur silence : une inquiétude quant à la viabilité de l’Ivy League [universités prestigieuses du Nord-Est] et d’autres écoles d’élite. “Il y a définitivement des rumeurs selon lesquelles l’école a, disons, trois choix pour Duke et que si vous vous opposez à cela, votre enfant sera évincé”, dit une mère.

Une autre explication est la pensée de groupe et la pression sociale. “Parfois, les personnes les plus intelligentes sont les plus faciles à tromper”, déclare un père qui a récemment transféré son fils d’une école à une autre qu’il juge marginalement meilleure. “Si vous avez pris la décision d’entrer au conseil d’administration de Dalton en ayant épousé toutes ces opinions gauchistes depuis toujours et que vous voulez que votre enfant entre à Harvard, vous n’allez pas vous lever et dire ‘attendez une seconde, les gars’. Vous n’allez juste pas le faire. La plupart des gens veulent être membres du club.”

Je pense qu’il est vrai que beaucoup de gens préfèrent violer leurs principes déclarés plutôt que d’être exclus de leur réseau social. Mais cette situation va au-delà du fait d’être relégué à une mauvaise table au gala de Robin des Bois. Résister à cette idéologie, c’est aller à l’encontre de l’ensemble du monde institutionnel.

Il ne s’agit pas seulement de Dalton, une école qui s’est engagée à être “visiblement, vocalement et structurellement antiraciste”. Bain & Company [cabinet international de conseil en stratégie et management] tweete sur le “Womxn’s History Month”. La chaîne Cartoon Network implore les enfants de “voir la couleur”. Les employés de Coca-Cola ont récemment reçu l’instruction d’”être moins blancs”. Vous ne pouvez pas acheter ou vendre les livres devenus récemment problématiques du Dr. Seuss sur eBay. Cette idéologie ne dit pas ses vérités au pouvoir. Elle est le pouvoir.

Le plus alarmant est que cette idéologie est de plus en plus répandue dans les écoles publiques locales. Le nouveau chancelier des écoles de la ville de New York est un partisan convaincu de la théorie critique de la race. À Burbank, le district scolaire vient de dire aux enseignants des collèges et lycées d’arrêter d’enseigner “To Kill a Mockingbird” et “Of Mice and Men”. Le district scolaire de Sacramento encourage la ségrégation raciale par le biais de “groupes par affinité raciale”, où les élèves peuvent “cultiver la solidarité raciale et la compassion et se soutenir mutuellement pour faire face à l’inconfort, au désarroi et à l’insensibilité qui accompagnent souvent le processus de réveil des Blancs sur la race”. Le district scolaire de San Diego a récemment organisé une formation au cours de laquelle on a dit aux enseignants blancs qu’ils “assassinent l’esprit” des enfants noirs.

“Je ne veux pas être émotive, je me sens juste impuissante”, a déclaré une mère en larmes. “Je regarde l’école publique et je suis tout aussi mortifiée. Je n’arrive pas à croire ce qu’ils font à tout le monde. J’ai trop peur. J’ai trop peur de parler trop fort. Je me sens lâche. Je fais juste des petites vagues.” Un autre me dit : “C’est la peur du châtiment. Notre fille serait-elle mise au ban de la société ? Est-ce que les gens nous ostraciseraient ? C’est déjà arrivé.”

J’ai une amie à New York qui est la mère d’un enfant de quatre ans. Elle semble être exactement le genre de parents que ces écoles voudraient attirer : une entrepreneuse prospère, une féministe et une Manhattanienne convaincue. Elle avait rêvé d’envoyer sa fille dans une école comme Dalton. Un jour, à la maison, en plein milieu du processus d’inscription, elle dessinait avec sa fille, qui lui a dit avec désinvolture : “J’ai besoin de dessiner dans ma propre couleur de peau.” La couleur de la peau, a-t-elle dit à sa mère, est “vraiment importante”. Elle a dit que c’était ce qu’elle avait appris à l’école.

City-Journal

https://www.fdesouche.com/2021/03/12/etats-unis-dans-les-ecoles-pour-elites-des-parents-terrorises-sorganisent-face-a-la-domination-dune-ideologie-antiraciste-devenu-folle/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s