Immigration : à la source de l’aveuglement

Yvan Rioufol

L’éléphant est là, dans le salon. Pourtant, il reste inconvenant de s’en étonner. Ainsi en est-il de l’immigration  de masse : elle emplit les débats par ses effets, sans être nommée ni remise en question. Les cités de la «diversité» sont en insurrection permanente ? C’est à cause du confinement, de la crise économique, des insuffisances de l’État, etc. Le système scolaire explose ? C’est à cause d’un manque de moyens, de la rigidité de la carte scolaire, d’une incompréhension de l’attente des familles, etc.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est le premier à s’interdire de remonter à la source des désastres. Ils peuvent pourtant conduire au terrorisme, ou à la barbarie. Le 27 février à Reims, un journaliste de L’Union, Christian Lantenois, a été laissé pour mort par un Algérien multirécidiviste, dans le « quartier prioritaire » de la Croix-Rouge. Que faisait ce délinquant en France ? Silence.

Les historiens auront besoin de l’expertise de psychiatres et d’hypnotiseurs, s’ils veulent un jour lever l’énigme de cet envoûtement. Ces spécialistes ne seront pas de trop pour expliquer l’hébétude des dirigeants et des médias : le nouveau peuplement tumultueux les laisse les bras ballants. Or la sacralisation du phénomène est une aberration intellectuelle, pour qui raisonne en termes de bénéfices- risques : les désordres dépassent largement les bienfaits survendus de la « société ouverte ». L’éclatement du pays n’est pas le résultat du seul individualisme né de la société de consommation. La rupture dans la cohésion sociale s’accélère sous le poids d’une contre-société importée. Bien qu’encore minoritaire, celle-ci déséquilibre déjà l’ordre social par son refus, parfois violent, de s’intégrer. Les citoyens financent leur dissolution programmée. Situation absurde.

Le « populisme », épouvantail des élites déracinées, n’est autre que le refus des gens de devenir étrangers dans leur pays. Certains territoires sont gagnés par l’ordre islamique, dans l’indifférence des puissants. Cependant, la sourde résistance populaire n’est pas suffisante pour affronter l’idéologie migratoire. Celle-ci est au cœur de l’aveuglement de tous les gouvernements. Parce qu’ils ne veulent pas suivre Marine Le Pen, ils ne font pas obstacle à cette mer qui monte. « La migration est un droit humain », a même renchéri le pape, lors de sa visite en Irak. En cinq ans, la France a accueilli deux millions d’immigrés supplémentaires. La crise sanitaire a ralenti les flux en 2020. Reste que les entrées régulières ont été de 300 000 personnes, contre plus de 400 000 en 2019. « Tout semble fait aujourd’hui pour que le caractère “exceptionnel” et étonnant de l’immigration comme phénomène social soit banalisé, naturalisé », constate Vincent Coussedière (1).

Évacuer l’éléphant du salon revient donc, préalablement, à libérer le discours officiel de l’emprise subversive des immigrationnistes. Ils ont rendu naturel un phénomène dévastateur par son ampleur. La honte de soi, la déconsidération du passé national, la fascination pour les minorités quérulentes sont autant de poisons lents. Ils ont été inoculés durant des décennies par les destructeurs de l’assimilation, vue comme un nouveau racisme. Ce sont eux et leurs héritiers qu’il s’agit d’identifier afin de combattre leurs idées fausses, avalisées par l’Union européenne et son droit à l’immigration. Ceux qui ont œuvré depuis l’après- guerre à culpabiliser la France, dans le sillage de Jean-Paul Sartre, sont les fossoyeurs de la nation et les attiseurs de possibles guerres civiles. Ils sont responsables du multiculturalisme, cheval de Troie de l’islamisme et de l’effacement des indigènes. C’est au prix de leur dénonciation que la France retrouvera la maîtrise de ses frontières.

Monde à l’envers

L’État pusillanime s’est laissé bercer par les slogans avantageux sur l’accueil de l’Autre et son respect. Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, applique cette paresse quand, dans son opposition au RN, il fait le lien, mardi, entre le « localisme » et la xénophobie. D’autres avant lui fustigeaient « la France moisie », dans ce même mépris pour le « plouc » et sa terre familière. Quand l’ancien président, Nicolas Sarkozy, déclare dans Le Figaro : « Les civilisations disparaissent sous l’effet de la consanguinité, pas sous celui de la diversité », il oublie que le métissage peut mener au détissage : si l’entre-soi peut certes devenir asphyxiant, l’ouverture impensée peut conduire à la disparition d’un peuple.

Beaucoup de Français vivent ce moment angoissant, moqués par ceux d’en haut. Or, comme le remarque Coussedière, les gouvernements successifs,  au prétexte de respecter la neutralité en matière de religion, en sont venus à être neutres en matière de mœurs et de culture, abandonnant l’assimilation au profit d’une intégration molle, puis d’une inclusion invitant le « migrant » à exiger de son hôte qu’il se plie à ses différences! Le monde à l’envers.

Il suffit de regarder l’état de certaines universités pour se convaincre du dérèglement des esprits, contaminés par le « diversitisme ». Car la loi des séries ne s’applique pas seulement aux intifadas des cités ; les insurrections s’y multiplient à mesure que les faussaires nient le lien entre l’insécurité et l’immigration. Depuis que la réalité de l’islamo-gauchisme a été contestée par une partie du monde universitaire, elle éclate dans de nombreux secteurs. À l’Institut d’études politiques de Grenoble, deux professeurs ont été traités de « fascistes » par l’Unef locale, au prétexte qu’ils contestaient la pertinence de l’accusation en islamophobie. Désavoués par leurs collègues, ils ont été placés sous protection policière. Mardi, sur CNews chez Pascal Praud, l’un des enseignants, Klaus Kinzler, a crevé l’écran en se présentant comme « un citoyen et un guerrier », décidé à résister à la démolition de la démocratie (voir mon nouveau blog : blogrioufol.com). Qu’attend l’État pour donner l’exemple ?

Résistance

La résistance : le mot que les Français doivent s’approprier. Ils n’ont plus à suivre ceux qui les ont trahis. L’idéologie migratoire, conjuguée à la culpabilisation unilatérale, peut vite conduire au naufrage de la nation. Stefan Zweig : « Aucune vie, aucune brutalité sur terre n’a fait verser autant de sang que la lâcheté humaine. » Le temps presse.

(1)Éloge de l’assimilation, Le Rocher.

Source : Le Figaro 12/03/2021

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/03/12/immigration-a%CC%80-la-source-de-l-aveuglement-6302994.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s