Anne Hidalgo croit-elle que les villes de province sont encore éclairées au bec de gaz ?

hidalgo_brouillard_480

En plein décalage horaire, Anne Hidalgo avait mis son réveil à sonner pour être sûre de ne pas rater l’heure de son interview sur France Inter. Sept heures du matin ! En pleine nuit ! Est-ce une heure pour inviter les gens à la radio ? Non, décidément, ce couvre-feu si tôt dans la journée ne pouvait plus durer et elle allait profiter de cette invitation pour le faire savoir.

Encore en chemise de nuit, le maire de Paris l’affirme dès son arrivée au micro de la matinale : « À 18 heures, on est en milieu d’après-midi, à Paris. » Selon la noctambule, l’horaire n’est pas en adéquation avec la vie parisienne. Le gouvernement doit adapter la mesure aux particularités locales. Si le provincial est au lit dès 19 h 00, il n’en est rien dans la grande capitale. Le soir, le Parisien ne va pas restaurant, enchaîne avec un cinéma fermé et ne finit pas la soirée dans une discothèque ; bref, il a une vie autrement plus trépidante que l’habitant de Poitiers ou Strasbourg.

« Quand on regarde les horaires dans notre grande métropole, on voit bien qu’à 18 heures, c’est quand même pas le moment où, en général, on a complètement fini sa journée de travail et beaucoup de gens ont des transports et des transports nombreux. » Le décalage est plus important qu’on ne le pensait. Anne Hidalgo parle d’un temps que les moins de 120 ans ne peuvent pas connaître. Compare Paris avec une vie rurale calquée sur le rythme du soleil. L’atelier de couture situé à deux pas du domicile. Paris ne peut se calquer sur les villes de province encore éclairées aux becs de gaz. D’où le terme couvre-feu qui ne correspond en rien à la réalité de la Ville lumière.

Madame le maire poursuit : « Ça me paraît beaucoup trop tôt, vous voyez bien les parents qui ont des enfants à récupérer, à l’école, en crèche… Les difficultés que ça pose. » Dans des provinces reculées telles que Lyon ou , les gens les récupèrent rarement le soir. Il les laissent un matin et ne viennent les rechercher que lorsqu’ils sont adultes. La vie est plus rude, que voulez-vous..

« Je pense qu’il faudrait adapter. Je n’ai pas un horaire à indiquer. » Le maire de Paris ne veut pas se montrer directif sur la question. Pas avant 22 heures serait une bonne base de discussion… « Mais que vois-je, il est à peine huit heures ! » Entre deux bâillements, Anne Hidalgo salue les journalistes présents, remet son bonnet de nuit et s’en retourne à l’hôtel de ville. Plus que 10 heures avant le couvre-feu. À peine le temps de récupérer de ce réveil précoce…

Jany Leroy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s