NAISSANCE D’UN IMPERIALISME : LA GUERRE HISPANO-AMERICAINE DE 1898

[Ci-dessus : couverture de l’étude de JD Avenel, Économica, 2007].

Le déclenchement de la guerre hispano-américaine de 1898 marqua les débuts des États-Unis comme puissance impérialiste

Présentation éditeur : La guerre de 1898 qui opposa les États-Unis et l’Espagne pour la possession des dernières bribes de l’empire espagnol présente un caractère particulier. C’est à la fois un conflit mineur de courte durée, quelques semaines, et assez peu meurtrier, mais aussi – et surtout – un conflit qui va modifier la géopolitique mondiale. L’Espagne retombe au rang de nation européenne dépouillée de ses possessions et en proie à une crise morale qui durera jusqu’en 1940 ; les États-Unis accèdent au rang de puissance mondiale grâce en particulier à l’action remarquable du président Théodore Roosevelt. Dotés d’une base théorique que constitue la “doctrine de la Destinée manifeste”, d’une puissance économique et démographique déjà mûre et en train de constituer une marine qui feront d’eux la troisième puissance maritime mondiale, les États-Unis commencent cette ascension au terme de laquelle ils deviendront, moins d’un siècle plus tard, la principale puissance mondiale. L’auteur décrit, au moyen de sources manuscrites et d’une bibliographie dépouillées pour l’essentiel aux États-Unis, cette évolution peu analysée dans notre pays. Il laisse entrevoir les limites à la domination américaine. En effet, si les États-Unis ont conquis à peu de frais les anciennes colonies espagnoles, ils n’ont jamais été capables d’y installer un régime politique stable et démocratique conformément à l’idéal des Pères fondateurs : les Philippines connaissent depuis 1898 la guerre, localisée géographiquement certes, mais toujours présente et, à Cuba, le régime actuel n’est que l’aboutissement d’une suite de régimes forts qui se sont succédé durant le XXe siècle. Cf. aussi sur ce sujet : Le débat français sur “l’impérialisme” américain, 1898-1908, thèse d’Inès Bengadha Boufarès soutenue en 2007, Lille – Atelier national de reproduction des thèses, 2009

Avant de narrer les faits, interrogeons-nous sur les motivations de cette guerre méconnue, mais ô combien pleine d’enseignements. Quelles raisons poussèrent les États-Unis à sortir de leur isolement et à renoncer à la doctrine Monroe ?

D’aucuns privilégient l’explication économique, réduisant ainsi le phénomène impérialiste à la perpétuelle recherche de nouveaux marchés, seule denrée capable d’apaiser temporairement l’appétit insatiable du Moloch Baal capitaliste. À la fin du XIXe siècle, l’Amérique avait oublié les horreurs de la Guerre de Sécession et elle prospérait. En 1876, la balance commerciale américaine montrait pour la première fois un excédent, mais la crise de 1893 rendit les investissements aux USA peu attrayants, les hommes d’affaires exportèrent leurs capitaux vers le Mexique (500 millions de $), l’Amérique latine, les Caraïbes et Cuba (150 millions de $). De ce fait, les USA consommaient les trois quarts de la production de sucre de Cuba qui en retour absorbait 25% des exportations américaines. Certes, aux abords de 1900, ces pays offraient un marché substantiel et une source de matières premières. Oui, le commerce extérieur passa de 404 millions de $ en 1865 à 1.635 millions de $ en 1890. Néanmoins il ne représentait toujours que 3 à 4% du PNB des USA. En réalité, les États-Unis n’avaient pas besoin de chercher des débouchés extérieurs, son énorme marché intérieur suffisait amplement pour absorber sa production. Quant aux surplus agricoles, comme ils ne pouvaient être vendus aux pays sous-développés de la région, ils étaient écoulés en Europe, à bas prix, au grand dam de nos paysans.

Les causes profondes du conflit

La volonté impérialiste ne résultait pas uniquement d’une nécessité inhérente au système capitaliste. En réalité, un faisceau de causes concouraient à la guerre. Les Américains ne voulaient plus que les Européens possédassent une tête de pont à 90 milles de leurs côtes. Ils souhaitaient également garantir leurs investissements dans l’île. La population américaine ressentait de la sympathie pour les Cubains qui luttaient pour leur indépendance. Pour justifier l’intervention, ils invoquaient des raisons humanitaires et les vertus de la démocratie. Pour les dirigeants, le conflit avec l’Espagne permettrait de distraire l’opinion de la crise économique qui avait débuté en 1893. Il offrait l’occasion d’acquérir, au détriment du moribond empire espagnol, les ports et les marchés nécessaires pour concurrencer des grandes puissances européennes. L’immense marché chinois avait été ouvert par les Japonais, mais pour l’exploiter, il fallait posséder des ports dans la région. Surtout, vers 1890, les États-Unis avaient achevé la conquête du continent de l’Atlantique au Pacifique. Certains Américains commencèrent à penser que la “destinée manifeste” ne s’arrêtait pas nécessairement aux rivages des océans. Les Anglo-saxons protestants, les Wasps avaient confiance dans la destin de leur nation, ils se sentaient investis d’une mission civilisatrice et ils avaient le sentiment de défendre une juste cause. La doctrine de la suprématie blanche avait engendré le système des réserves indiennes, la ségrégation des noirs, l’exclusion des immigrés chinois, maintenant elle justifiait l’impérialisme.

Quelques ténors entonnaient l’antienne nationaliste et une partie de la presse répandaient leurs thèses. Le capitaine de vaisseau Mahan, commentateur politique et militaire fort écouté, contestait la politique de non-intervention. Il affirmait que les États-Unis avaient besoin de bases dans le Pacifique comme dans les autres océans et qu’ils devaient construire une puissante flotte pour protéger le pays. Pour le sénateur Henry Cabot, il fallait ouvrir un canal qui rejoignît les océans. Pour le protéger, il fallait contrôler les Iles Hawaï et Cuba et posséder au moins une base dans les Antilles. Le futur-président Théodore Roosevelt prônait également l’impérialisme, car il était convaincu que les races supérieures devaient dominer les inférieures pour le progrès de la civilisation.

L’insurrection cubaine

Il ne manquait plus que l’occasion. La colonie cubaine avait déjà été secouée par plusieurs soulèvements. En 1895, le prix du sucre s’effondra. Au même moment, les États-Unis instaurèrent un tarif douanier protectionniste qui ruinait les planteurs et provoquait la chute des salaires. Une nouvelle fois, les Cubains, las de la misère et de l’impéritie du régime colonial espagnol, reprirent les armes. Les insurgés proclamèrent un gouvernement provisoire qui envoya des délégués à New York et Washington.

En réaction, la régente Marie Christine ordonna la répression de la révolte. Mais très vite il devint évident que l’insurrection ne serait pas facilement matée. En effet, les soldats espagnols n’étaient pas formés pour ce genre de conflit, ils étaient décontenancés par la tactique de la guérilla qui, même si elle était mal commandée, jouissait du soutien sans faille de la population. L’Espagne entretenait pourtant à Cuba une armée de 200.000 hommes, mais ils étaient aussi mal équipés que nourris et ils ne s’adaptaient pas au climat ; en 3 ans, 96.000 Espagnols succombèrent, pour la plupart de dysenterie, de la malaria ou de la fièvre jaune.

Afin de briser la résistance de la population, le général Weylen fit construire des camps de concentration dans lesquels s’entassaient hommes, femmes et enfants dans des conditions d’hygiène et de promiscuité atroces. En réponse, les insurgés attaquèrent et pillèrent les propriétés, y compris celles des planteurs américains, espérant ainsi susciter l’intervention américaine. En Amérique, la propagande cubaine organisait des meetings, des conférences, des manifestations et inondait le pays de brochures. La presse à scandales prit le relais. La concurrence entre journaux créa une inflation de nouvelles sensationnelles : maisons brûlées, prisonniers torturés, viols collectifs par les soudards ibères etc.

La marche martiale

Certes, les États-Unis avaient investi des capitaux considérables à Cuba, mais les milieux d’affaires restaient hostiles à une aventureuse intervention, or ils avaient soutenu l’élection du président Mc Kinley qui tenta de négocier avec le gouvernement espagnol, mais il n’avait pas l’appui du Congrès et de l’opinion publique surchauffée. De son côté, le gouvernement espagnol tenta d’éviter la guerre en faisant appel au Pape et en proposant l’autonomie à Cuba.

Malheureusement, le Ministre d’Espagne à Washington, le Senor Duprey de Lôme, eut la maladresse d’adresser, à un ami, une lettre dans laquelle il décrivait Mc Kinley comme un politicien hésitant et opportuniste. De surcroît, le diplomate insinuait que le gouvernement espagnol avait formulé les propositions conciliantes d’autonomie et de réforme à Cuba pour gagner du temps en attendant l’écrasement de la guérilla. Le document, volé, s’égara dans les bureaux de la rédaction du New York Journal qui s’empressa de l’éditer. Dupuy de Lôme dut remettre sa démission, mais l’opinion publique était indignée qu’on insultât ainsi son président. L’affaire mettait Mc Kinley dans une position délicate pour négocier un arrangement pacifique.

Un nouveau scandale allait mettre le feu aux poudres, au propre comme au figuré. Le 15 février 1898, le croiseur de bataille « Maine », que le président Mc Kinley avait envoyé pour protéger les ressortissants et les intérêts américains, explosa dans la rade de La Havane, entraînant la mort de 260 hommes d’équipage. L’opinion américaine s’enflamma comme les soutes à poudre du navire. Dans son rapport provisoire, la commission d’enquête instituée pour déterminer les causes de l’explosion n’excluait ni une cause interne (l’instabilité de la cordite, un incendie dans les soutes à charbon) ni une cause externe (mine ou torpille). Sans attendre les conclusions définitives, la presse se déchaîna contre les Espagnols. Aujourd’hui encore, la cause de l’explosion demeure un mystère, mais en tout cas on peut écarter l’hypothèse d’une attaque.

Le 8 avril, l’amiral Pasquale Cervera appareilla de Cadix, il avait reçu pour mission de détruire la base navale de Key West en Floride, puis de tenir le blocus des côtes. Pour ce faire, il ne disposait que d’un cuirassé et 5 croiseurs et, de surcroît, l’Espagne ne possédait pas de base convenable dans les Antilles. Assez anxieux, il s’arrêta dans les Îles du Cap Vert, espérant un règlement pacifique du conflit. La nouvelle de son départ provoqua une vague de panique aux États-Unis ! Chacun craignait de voir apparaître la flotte ibérique sur ses côtes. Le secrétariat à la défense était inondé de courriers affolés. Toutes les villes portuaires réclamaient l’envoi d’un cuirassé pour les protéger. Si les autorités avaient cédé à l’opinion publique, la flotte américaine aurait été dispersée le long des côtes. Pour calmer l’inquiétude des foules, l’armée ressortit quelques canons démodés qui rouillaient dans les arsenaux depuis la fin de la guerre civile. Ils finirent de s’oxyder en une vaine faction devant une mer où ne parut jamais la moindre fumée espagnole.

Le 11 avril, Mc Kinley demanda l’autorisation de mettre en action les forces armées ; le 21, l’Espagne rompit les relations diplomatiques ; le 25, les États-Unis déclarèrent la guerre à l’Espagne. Comme l’armée de terre ne comptait que 28.000 hommes, le gouvernement ordonna la levée de 200.000 volontaires. Soulignons que, depuis l’Indépendance, les États-Unis n’avaient jamais entretenu une forte armée de terre permanente, en dehors des périodes de guerre. Ce n’est qu’après 1945, qu’ils se doteront d’une armée de terre aux effectifs imposants. En revanche, sous l’impulsion des adeptes de Mac Mahan, ils avaient construit une puissante flotte durant les Années ’90, devenant ainsi la troisième marine de guerre du monde.

Une guerre rondement expédiée

Avant l’ouverture des hostilités, le Département de la Marine avait nommé le commodore Dewey à la tête de la division de marine d’Extrême Orient, avec mission de menacer les Philippines. Dès son arrivée, il soumit ses hommes à un entraînement intensif, puis il concentra ses 4 croiseurs et ses 2 canonnières à Hong Kong. Déjà, le 30 avril, il se présentait devant les Philippines avec ses vaisseaux. Après quelques reconnaissances, le 1er mai, il trouva devant Manille, au mouillage de Cavite, une petite flottille espagnole composée de navires incapables de se battre en haute mer. Grâce à leur écrasante supériorité de feu, les Américains envoyèrent par le fonds les barcasses ibériques. Le bilan de la bataille était sans appel : 8 bateaux coulés, 167 morts, 214 blessés contre… 8 blessés américains ! Dewey n’avait plus qu’à attendre l’arrivée du corps expéditionnaire en provenance des États-Unis. Ce dernier débarqua le 13 août, le lendemain, la garnison espagnole se rendait.

De son côté, l’amiral Cervera reprit la mer le 29 avril, sur les injonctions de son gouvernement. Prudent et conscient de son infériorité, il ne croisa pas directement sur Porto Rico afin d’éviter la flotte américaine. Celle-ci avait été renforcée par le cuirassé Oregon qui avait contourné l’Amérique du sud, ce qui constituait une performance pour l’époque. De cette manière, l’amiral Simpson pouvait compter sur 5 cuirassés, 2 croiseurs cuirassés et quelques navires plus petits. Pendant que la flotte américaine sillonnait la côte nord de Cuba, dans les parages de La Havane, Cervera fit route par les petites Antilles, puis mit le cap sur Santiago. Le 19 mai, il jetait l’ancre dans le port. Des champs de mines et des batteries côtières disposées le long de l’étroit chenal interdisait l’accès au mouillage.

De son côté, l’armée de terre rassembla ses troupes à Tempa. Dans le camp, on trouvait un certain Théodore Roosevelt à la tête de ses volontaires, pour la plupart d’anciens cow boy et joueurs de cricket. Une bonne part resteront à terre ou devront abandonner leurs chevaux, faute de transports. Malgré le côté burlesque de l’affaire, Roosevelt acquit une réputation héroïque en participant à la campagne. Le 26 juin, le corps de 16.000 hommes débarqua à Daikiri, à 25 kilomètres à l’est de Santiago. Le 1er juillet, les Américains s’emparaient d’un fortin et des collines qui ceignaient Santiago, au prix de 1.500 morts. Mais l’expédition avait été improvisée, la logistique ne suivait pas, si bien que l’offensive s’enlisa.

Le 3, Cervera tenta une sortie avec ses 4 croiseurs et 2 torpilleurs. Il s’agissait de passer en force, à toute vitesse avant que les Américains ne réagissent. Les équipes des machines avaient reçu une bonne dose de rhum pour leur donner du cœur à l’ouvrage, ils remplirent les chaudières au risque de les faire exploser. Mais rien n’y fit. Les puissants vaisseaux américains détruisirent tous les navires espagnols. Ironie du sort, un seul vaisseau réussit à forcer le barrage, le Cristobal Colon, mais l’Oregon et le Brooklyn le rattrapèrent quelques heures plus tard et ils exécutèrent le découvreur de l’Amérique. Les Espagnols avaient perdu 160 morts et 1.800 prisonniers, dont l’amiral Cervera. Du côté américain, on ne comptait que quelques victimes. En revanche, les troupes terrestres avaient plus souffert, en 4 mois elles avaient perdu 5.700 morts dont 460 au combat, le reste de maladie. Le 17 juillet, Santiago capitulait.

Un colonialisme qui n’ose pas dire son nom

Par le Traité de Paris du 10 décembre 1898, l’Espagne céda Porto Rico, l’île de Guam, l’archipel des Mariannes et les Philippines contre 20 millions de $ d’“indemnités”.Dans une euphorique foulée, les Américains officialisèrent également l’annexion d’Hawaï qu’ils occupaient depuis quelques années. Vers 1893, la reine hawaïenne avait tenté d’instaurer une monarchie absolue. Les planteurs américains avaient fomenté une insurrection qui servit à justifier l’intervention de leur gouvernement.

Cuba acquit soi-disant l’indépendance. En réalité, elle passait sous la tutelle de l’Oncle Sam. En effet, elle dut signer une convention par laquelle elle s’engageait à ne jamais passer d’accord mettant en question sa souveraineté sans l’autorisation du gouvernement américain. Elle devait accepter l’intervention américaine en cas d' »agression » par une puissance étrangère et elle ne pouvait pas contracter de dettes trop importantes. La convention fut inscrite dans la constitution et en vertu de celle-ci, les Américains occupèrent Cuba en 1906-1909, 1912 et de 1917 à 1922.

À partir de 1900, Porto Rico posséda une Chambre des Représentants, mais le conseil et le gouverneur étaient nommés par le président des États-Unis.

Quant aux Philippines, allait-on lui offrir l’indépendance ? Manille était la clé du commerce avec le Moyen Orient, on ne pouvait laisser la France, l’Allemagne ou l’Angleterre s’en emparer… Et les diverses églises protestantes rêvaient de convertir les autochtones. Ces indigènes étaient incapables de se gouverner, il fallait les prendre en charge, élever leur niveau de vie et pourvoir au salut de leurs âmes ! Le 4 février 1899, la population philippine se souleva, car elle ne voulait ni des nouveaux maîtres ni de leur religion. Les États-Unis devront envoyer 70.000 hommes qui vinrent à bout de la révolte, au bout de 3 années de guerre.

Cet épisode de l’histoire présente plusieurs aspects intéressants pour le spectateurs contemporains de l’impérialisme américain. Dans cette affaire, les médias de l’époque et les lobbies jouèrent un rôle déterminant dans le processus de décision du gouvernement. La presse manipula l’opinion publique en accusant les Espagnols de la destruction du Maine et en dénonçant les exactions de leurs troupes. En grossissant démesurément l’adversaire, elle provoqua la panique de la population. Hier le Maine, aujourd’hui, les armes de destruction massive

Quant aux lobbies, ils ne travaillaient plus pour la prospérité de l’Amérique, ils partaient à la conquête économique du monde pour leur seul profit, sous couvert d’un vent de libération. Hier la canne à sucre, aujourd’hui, le pétrole… D’un point de vue militaire, nous reconnaissons la manière américaine de faire la guerre : préférence pour le feu plutôt que le choc, avance technologique et supériorité navale. Hier les cuirassés, aujourd’hui, les porte-avions…

Surtout, une idéologie produisait ses premiers effets. Convaincus d’être investis d’une mission supérieure, les Américains tinrent un discours moraliste, recourant sans cesse à Dieu, la démocratie et la liberté, qui induisait le dédain des populations secourues et la haine de l’ennemi. Avec aplomb, ils affirmèrent qu’ils intervenaient pour libérer les opprimés, leur offrir la démocratie et l’opulence. Cent ans plus tard, Mister Bush, qu’en pensent les Cubains ?

Frédéric Kisters.

Liens :

  • De la postmodernité en Amérique (G. Feltin-Tracol)
  • Choix d’articles sur l’impérialisme américain (Mécanoblog)
  • “Un goût de sang dans la jungle” : l’empire américain revisité (P. S. Golub)
  • Deux siècles de politique étrangère américaine (La plume & le rouleau, 2003)
  • « La Guerre hispano-américaine de 1898 : une hypothèse de géostratégie comparée » (I. Loucas)
  • L’Empire en question : origines et développement d’un débat américain contemporain (C. Letemplé)
  • Un roman : Balintawak, le cri de la liberté, E. Martinez, disponible en livre numérique chez Syllabaire, 2012 :  « Lord Robert Salisbury, celui-là même qui allait infliger à la France la cinglante humiliation de Fachoda, affirmait, stigmatisant l’immobilisme des nations, qu’elles ne connaissent pas d’état transitoire entre la gloire et le déclin. (…) Mais l’équilibre du monde changeait et la vieille Europe ne le savait pas encore. Au moment même où le Tsar [Nicolas II] arrivait à Paris [en 1896], le premier paquebot chargé de volontaires espagnols mettait le cap sur Manille où venait d’éclater une sanglante insurrection. L’Espagne ? Une nation agonisante aurait dit Lord Salisbury. Chez les intellectuels de ce pays qui avait été grand, la remise en question des anciens dogmes teintée de méfiance à l’égard des idées nouvelles, le mépris de la politique, le refuge dans certaines formes de mysticisme, bref, tout ce que l’un d’entre eux appela le “patriotisme de la douleur” avait sapé les fondements de la société sans lui donner d’horizon. “La patrie est une comédie” disait l’un, il n’y a plus d’“homme véritable” répondait l’autre, plus de “courage” s’exclamait un troisième, plus de “volonté” plus d’“idéal”, plus de “religion”, plus d’“héroïsme”, plus d’“argent”. Quant au bon peuple, s’il n’émigrait pas en Afrique du Nord ou aux Amériques fuyant les famines et la guerre civile, il attendait que Saint Jacques revienne sur son destrier blanc sauver l’Espagne. Depuis longtemps déjà, les restes de l’empire espagnol en déclin excitaient les convoitises d’une nouvelle puissance, les États-Unis d’Amérique, qui achevaient de sortir des divisions et des blessures de la guerre civile. Les temps de la reconstruction, de la conquête de l’ouest avec ses diligences et son chemin de fer, du développement agricole et industriel, de l’immigration massive et des gratte-ciel avaient commencé. Convaincu de sa supériorité raciale et de son “destin manifeste”, ce peuple avait bonne conscience. “Les vieilles nations vont à la vitesse de l’escargot, nous roulons à celle du train express” — affirmait le grand capitaine d’industrie Andrew Carnegie, en écho à un chroniqueur de l’époque qui écrivait : “nous sommes un grand peuple, oui, c’est ce que nous sommes et le mieux, c’est que nous le savons”. Sur le chemin de la gloire, il ne manquait à ce peuple que ce qu’un homme politique appela a little splendid war pour entrer dans l’histoire ».

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/54

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s