La grande peur avant la grande réinitialisation

Roland Hélie 

Editorial du n°56 de la revue Synthèse nationale

Depuis un an, à longueur de journées, dans les médias ou ailleurs, on nous rebat les oreilles avec ce que d’aucuns appellent, de manière péremptoire, « la pandémie »…

Avant que l’on nous accuse d’un quelconque « complotisme » (mot désormais très à la mode), soyons clairs, de façon à être bien compris. Nous ne nions pas qu’un coronavirus, encore inconnu il y a treize mois et potentiellement dangereux, est apparu. Nous reconnaissons bien volontiers (et comment pourrait-il en être autrement ?) que ce nouveau pathogène est responsable de nombreuses souffrances et du décès de centaines de milliers de personnes à travers le monde. Mais nous n’oublions pas que, dans un passé pas si lointain, d’autres virus, bien plus virulents et destructeurs, ont sévi, sans susciter pour autant la même « émotion » ni entraîner les mêmes décisions lourdes de conséquences pour l’avenir de notre pays et de sa jeunesse… Aussi nous estimons-nous fondés à nous interroger sur les raisons pour lesquelles ce micro-organisme infectieux de 125 nanomètres de diamètre est devenu, au niveau mondial, l’alpha et l’oméga de l’actualité surveillée…

En fait, le SARS-CoV-2 et sa maladie, la Covid-19, ont le dos large et tombent à pic pour la camarilla mondialiste presque partout aux affaires…

En effet, ceux qui, actuellement, dirigent la plupart des États – en particulier les « démocraties occidentales » – ont pour objectif d’instaurer à terme une gouvernance mondiale, seule capable, à leurs yeux, d’en finir avec les « imperfections », les « errances » de l’« ancien monde », et de faire face aux défis de demain.

Mais pour atteindre ce but, un obstacle incontournable demeure : la méfiance des vieilles nations attachées à leurs particularismes, à leurs libertés. Dès lors, pour le faire disparaître, les mondialistes favorisent, accompagnent, soutiennent tout ce qui permet de détruire les identités, de fondre les peuples en un grand melting-pot, de les réduire à un magma de consommateurs sans racines, manipulables à merci, voués à l’enrichissement des firmes transnationales – à commencer par les GAFAM -. Et tous les moyens leur sont bons, y compris l’instillation d’une « grande peur » propre à mener le plus grand nombre à l’acceptation, à l’obéissance, voire à la soumission (une recette qui, dans l’histoire, a fait ses preuves en de multiples occasions). En 2006, déjà, la fameuse grippe H1N1 a bien failli donner naissance à une telle psychose réorganisatrice mais, finalement, la mayonnaise n’a pas pris car les esprits n’étaient pas prêts. Quant à la menace du « réchauffement climatique dû aux activités humaines » constamment agitée depuis la fin des années 1980, elle n’a pas vraiment débouché, jusqu’à présent, sur les résultats attendus…

Certains peuvent nous rétorquer que nous crions au loup un peu trop facilement, que cette analyse ne tient pas la route… Dans une récente livraison de notre excellent confrère Lectures françaises (n°764, décembre 2020), Jacques Boisard explique avec talent les étapes qui ont mené à la situation actuelle. Il rappelle ainsi que Jacques Attali, l’un des hommes qui parlent à l’oreille d’Emmanuel Macron, clamait en 2009 : « L’His-toire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que quand elle a vraiment peur ». Or ce qu’Attali entend par « évolution de l’humanité » n’est rien d’autre que la « marche forcée vers la globalité ». Il ne s’en est jamais caché. Pour s’en convaincre, il suffit de relire le rapport que lui a commandé Nicolas Sarkozy, alors qu’il était président de la République, et qu’il a rédigé avec la collaboration de toutes les élites mondialisées du moment (souvent les mêmes qu’aujourd’hui). Un rapport qui, déjà, indiquait la voie à suivre…

Attali n’est pas seul

Les conclusions de Jacques Attali sont les mêmes que celles de Klaus Schwab, l’homme qui, chaque année, préside à Davos, en Suisse, le Forum économique mondial, réunion de décideurs, chefs d’entreprise, dirigeants politiques, intellectuels ou journalistes, acquis à la globalisation, et au sein de laquelle se décide en quelque sorte l’avenir du monde, notre avenir…

Cet ingénieur et économiste allemand vient de publier, avec Thierry Malleret, « Covid-19 : The Great Reset » (1) (c’est-à-dire La Grande Réinitialisation), dans lequel il précise sa pensée. Pour lui, la « pandémie » a mis en évidence les disfonctionnements de la société d’avant. Elle doit conduire les peuples à prendre conscience de la nécessité d’accélérer l’instauration d’une véritable gouvernance mondiale permettant la mise en œuvre d’ « une réponse valable (…) aux dangers préexistants, (…) aux tendances inquiétantes qui se sont développées sur une longue période (entendez  le « populisme » – NDLR) » . Et de préciser : « Nous devons sans tarder mettre en route la Grande Réinitialisation. Ce n’est pas un « bonus », mais une nécessité absolue… Il nous incombe de prendre le taureau par les cornes. » Difficile d’être plus clair.

Les mots ont un sens. Selon le Larousse, la « Réinitialisation » est « l’action de rétablir un système, une application dans son état initial ». Or, ce que veulent les Schwab, les Attali, les Soros, ce n’est pas réinitialiser le monde, c’est le réorganiser, le refaçonner, le transformer. Exit les valeurs ancestrales, les civilisations, les nations millénaires, les différences d’ethnie, de culture ou de sexe ; finis tous les réflexes identitaires, nationalistes, « rétrogrades et belliqueux », de ceux qui dénoncent leur vision du futur.

L’enfer est pavé de bonnes intentions

Cette année, « Pandémie » oblige, le Forum économique mondial se déroulera du 13 au 16 mai, à Singapour. Les participants devraient plancher sur « l’évolution de l’économie mondiale vers un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ; la construction d’économies plus égales, plus inclusives et plus durables ; la définition d’un nouveau contrat social centré sur l’égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature… ». À première vue, ce programme peut sembler reposer sur de bons sentiments, mais il convient de rappeler ce que cachent ce discours et cette posture en apparence compassionnels.

En réalité, derrière le désir de justice, l’empathie, la bienveillance de façade, c’est la dictature du capital mondial qui se dessine. Une dictature qui entend reposer sur l’assentiment du plus grand nombre, d’où la nécessité de tester le degré de résistance des peuples face aux décisions les plus liberticides qui seront prises (et, avec les mesures sanitaires actuelles, nous y sommes en plein)…

Non pas « survivre », mais « revivre »

Nous l’avons dit et écrit à maintes reprises : désormais, la véritable ligne de fracture se situe entre ceux qui acceptent le projet mondialiste voulu par l’hyperclasse et ceux qui, de plus en plus nombreux, le refusent. Un peu partout, sous de multiples formes, les mouvements de résistance nationale et identitaire se multiplient. Partout, les peuples manifestent leur détermination, non pas à « survivre », mais à « revivre ». Ils ne veulent plus subir les diktats des oligarques apatrides, nouveaux « despotes éclairés » qui confondent leur volonté et leurs intérêts avec ceux des populations.

Pour nous, à Synthèse nationale, la voie est toute tracée. Notre devoir, au côté de toutes les forces qui partagent notre attachement à la nation française et à l’identité européenne, est de redonner à chacun la volonté de se battre. Nous sommes engagés dans une lutte sans retour contre le mondialisme. Pour notre nation, ce combat se terminera par sa résurrection ou son entrée dans le néant. 

(1) « Covid-19, the Great Reset » (entendez : « Covid-19, la Grande Réinitialisation »), Forum publishing, septembre 2020, 316 pages, avec Thierry Maleret.

Commandez ce n°56 cliquez ici

Abonnez-vous à la revue Synthèse nationale cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/03/05/la-grande-peur-avant-la-grande-reinitialisation.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s