La diplomatie de Staline 1/2

[Ci-contre : Churchill, Roosevelt, Staline à la conférence de Yalta, fév. 1945]

L’histoire de notre siècle est enseignée du point de vue américain. Il en va ainsi de la Seconde Guerre mondiale, de la Guerre Froide et de la Guerre du Golfe. Dans l’optique américaine, le XXe siècle est le “siècle américain”, où doit s’instaurer et se maintenir un ordre mondial conforme aux intérêts américains, qui est simultanément la “fin de l’histoire”, le terminus de l’aventure humaine, la synthèse définitive de la dialectique de l’histoire. Francis Fukuyama, à la veille de la guerre du Golfe, affirmait qu’avec la chute du Rideau de fer et la fin de “l’hégélianisme de gauche” que représentait l’URSS, un seul modèle, celui du libéralisme américain, allait subsister pour les siècles des siècles. Sans que plus un seul challengeur ne se pointe à l’horizon. D’où la mission américaine était de réagir rapidement, en mobilisant le maximum de moyens, contre toute velleité de construire un ordre politique alternatif.

Quelques années avant Fukuyama, un auteur germano-américain, Theodore H. von Laue, prétendait que la seule véritable révolution dans le monde et dans l’histoire était celle de l’occidentalisation et que toutes les révolutions politiques non occidentalistes, tous les régimes basés sur d’autres principes que ceux en vogue en Amérique, étaient des reliquats du passé, que seuls pouvaient aduler des réactionnaires pervers que la puissance américaine, économique et militaire, allait allègrement balayer pour faire place nette à un hyper-libéralisme de mouture anglo-saxonne, débarrassé de tout concurrent.

Si l’hitlérisme est généralement considéré comme une force réactionnaire perverse que l’Amérique a contribué à éliminer d’Europe, on connaît moins les raisons qui ont poussé Truman et les protagonistes atlantistes de la Guerre Froide à lutter contre le stalinisme et à en faire également un croquemitaine idéologique, considéré explicitement par von Laue comme “réactionnaire” en dépit de son étiquette “progressiste”. Cette ambiguïté envers Staline s’explique par l’alliance américano-soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, où Staline était sympathiquement surnommé Uncle Joe. Pourtant, depuis quelques années, de nombreux historiens révisent intelligemment les poncifs que 45 ans d’atlantisme forcené ont véhiculé dans nos médias et nos livres d’histoire.

L’Allemand Dirk Bavendamm a démontré dans deux ouvrages méticuleux et précis quelles étaient les responsabilités de Roosevelt dans le déclenchement des conflits américano-japonais et américano-allemand et aussi quelle était la duplicité du Président américain à l’égard de ses alliés russes. Valentin Faline, ancien ambassadeur d’URSS à Bonn, vient de sortir en Allemagne un ouvrage de souvenirs historiques et de réflexions historiographiques, où ce brillant diplomate russe affirme que la Guerre Froide a commencé dès le débarquement anglo-américain de juin 1944 sur les plages de Normandie : en déployant leur armada naval et aérien, les puissances occidentales menaient déjà une guerre contre l’Union Soviétique et non plus contre la seule Allemagne moribonde.

Staline, diplomate traditionnel

Une lecture attentive de plusieurs ouvrages récents consacrés aux multiples aspects de la résistance allemande contre le régime hitlérien nous oblige à renoncer définitivement à interpréter l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’alliance anglo-américano-soviétique selon le mode devenu conventionnel. L’hostilité à Staline après 1945 provient surtout du fait que Staline entendait pratiquer une diplomatie générale basée sur les relations bilatérales entre les nations, sans que celles-ci ne soient chapeautées par une instance universelle comme l’ONU. Ensuite, après avoir appris que les deux puissances anglo-saxonnes avaient décidé seules à Casablanca de faire la guerre à outrance au Reich, de déclencher la guerre totale et d’exiger la capitulation sans condition de l’Allemagne nationale-socialiste, Staline s’est senti exclu par ses alliés. Furieux, il a concentré sa colère dans cette phrase bien ciselée, en apparence anodine, mais très significative : « Les Hitlers vont et viennent, le peuple et l’État allemands demeurent ».

Staline ne concevait pas le national-socialisme hitlérien comme le mal absolu ou même comme une essence impassable, mais comme un accident de l’histoire, une vicissitude contrariante pour la Russie éternelle, que les armes soviétiques allaient tout simplement s’efforcer d’éliminer. Mais, dans la logique diplomatique traditionnelle, qui est restée celle de Staline en dépit de l’idéologie messianique marxiste, les nations ne périssent pas : on ne peut donc pas exiger de capitulation inconditionnelle et il faut toujours laisser la porte ouverte à des négociations. En pleine guerre, les alliances peuvent changer du tout au tout, comme le montre à l’envi l’histoire européenne. Staline se borne à réclamer l’ouverture d’un second front, pour soulager les armées soviétiques et épargner le sang russe : mais ce front n’arrive que très tard, ce qui permet à Valentin Faline d’expliquer ce retard comme le premier acte de la Guerre Froide entre les puissances maritimes anglo-saxonnes et la puissance continentale soviétique.

Cette réticence stalinienne s’explique aussi par le contexte qui précéda immédiatement l’épilogue de la longue bataille de Stalingrad et le débarquement des Anglo-Saxons en Normandie. Quand les armées de Hitler et de ses alliés slovaques, finlandais, roumains et hongrois entrent en URSS le 22 juin 1941, les Soviétiques, officiellement, estiment que les clauses du Pacte Molotov / Ribbentrop ont été trahies et, en automne 1942, après la gigantesque offensive victorieuse des armées allemandes en direction du Caucase, Moscou est contrainte de sonder son adversaire en vue d’une éventuelle paix séparée : Staline veut en revenir aux termes du Pacte et compte sur l’appui des Japonais pour reconstituer, sur la masse continentale eurasiatique, ce “char à quatres chevaux” que lui avait proposé Ribbentrop en septembre 1940 (ou Pacte Quadripartite entre le Reich, l’Italie, l’URSS et le Japon). Staline veut une paix nulle : la Wehrmacht se retire au-delà de la frontière fixée de commun accord en 1939 et l’URSS panse ses plaies.

Plusieurs agents participent à ces négociations, demeurées largement secrètes. Parmi eux, Peter Kleist [auteur de Zwischen Hitler und Stalin, 1939-1945], attaché à la fois au Cabinet de Ribbentrop et au Bureau Rosenberg. Kleist, nationaliste allemand de tradition russophile en souvenir des amitiés entre la Prusse et les Tsars, va négocier à Stockholm, où le jeu diplomatique sera serré et complexe. Dans la capitale suédoise, les Russes sont ouverts à toutes les suggestions ; parmi eux, l’ambassadrice Kollontaï et le diplomate Semionov. Kleist agit au nom du Cabinet Ribbentrop et de l’Abwehr de Canaris (et non pas du Bureau Rosenberg qui envisageait une balkanisation de l’URSS et la création d’un puissant État ukrainien pour faire pièce à la “Moscovie”). Le deuxième protagoniste dans le camp allemand fut Edgar Klaus, un Israëlite de Riga qui fait la liaison entre les Soviétiques et l’Abwehr (il n’a pas de relations directes avec les instances proprement nationales-socialistes).

Aux origines de l’attentat du 20 juillet 1944

Dans ce jeu plus ou moins triangulaire, les Soviétiques veulent le retour au statu quo ante de 1939. Hitler refuse toutes les suggestions de Kleist et croit pouvoir gagner définitivement la bataille en prenant Stalingrad, clef de la Volga, du Caucase et de la Caspienne. Kleist, qui sait qu’une cessation des hostilités avec la Russie permettrait à l’Allemagne de rester dominante en Europe et de diriger toutes ses forces contre les Britanniques et les Américains, prend alors langue avec les éléments moteurs de la résistance anti-hitlérienne, alors qu’il est personnellement inféodé aux instances nationales-socialistes ! Kleist contacte donc Adam von Trott zu Solz et l’ex-ambassadeur du Reich à Moscou, von der Schulenburg.

Il ne s’adresse pas aux communistes et estime, sans doute avec Canaris, que les négociations avec Staline permettront de réaliser l’Europe de Coudenhove-Kalergi (sans l’Angleterre et sans la Russie), dont rêvaient aussi les Catholiques. Mais les Soviétiques ne s’adressent pas non plus à leurs alliés théoriques et privilégiés, les communistes allemands : ils parient sur la vieille garde aristocratique, où demeure le souvenir de l’alliance des Prussiens et des Russes contre Napoléon, de même que celui de la neutralité tacite des Allemands lors de la guerre de Crimée. Comme Hitler refuse toute négociation, Staline, la résistance aristocratique, l’Abwehr et même une partie de sa garde prétorienne, la SS, décident qu’il doit disparaître. C’est là qu’il faut voir l’origine du complot qui allait conduire à l’attentat du 20 juillet 1944.

Mais après l’hiver 42-43, les Soviétiques reprennent pied à Stalingrad et détruisent le fer de lance de la Wehrmacht, la VIe Armée qui encerclait la métropole de la Volga. La carte allemande des Soviétiques sera alors constituée par le Comité Allemagne Libre, avec le maréchal von Paulus et des officiers comme von Seydlitz-Kurzbach, tous prisonniers de guerre. Staline n’a toujours pas confiance dans les communistes allemands, dont il a fait éliminer les idéologues irréalistes et les maximalistes révolutionnaires trotskistes, qui ont toujours ignoré délibérément, par aveuglement idéologique, la notion de patrie et les continuités historiques pluriséculaires.

Finalement, le dictateur géorgien ne garde en réserve, à toutes fins utiles, que Pieck, un militant qui ne s’est jamais trop posé de questions. Pieck fera carrière dans la future RDA. Staline n’envisage même pas un régime communiste pour l’Allemagne post-hitlérienne : il veut un “ordre démocratique fort”, avec un pouvoir exécutif plus prépondérant que sous la République de Weimar. Ce vœu politique de Staline correspond parfaitement à son premier choix : parier sur les élites militaires, diplomatiques et politiques conservatrices, issues en majorité de l’aristocratie et de l’Obrigkeitsstaat prussien. La démocratie allemande, qui devait venir après Hitler selon Staline, serait d’idéologie conservatrice, avec une fluidité démocratique contrôlée, canalisée et encadrée par un système d’éducation politique strict.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s