1941 : les Soviétiques préparaient la guerre !

Pendant des décennies, l’attaque allemande contre l’Union Soviétique, commencée le 22 juin 1941, a été considérée comme l’exemple par excellence d’une guerre d’extermination, préparée depuis longtemps et justifiée par des arguments raciaux. L’historiographie soviétique qualifiait en outre cette guerre de “guerre de pillage” et ajoutait que l’Allemagne avait trahi ses promesses, avait rompu la parole donnée. Jusqu’en 1989, le Pacte Hitler/Staline des 23 et 24 août 1939 avait été interprété de cette façon dans l’apologétique soviétique. L’observateur des événements était littéralement noyé sous un flot d’arguments qui visaient à étayer au moins 2 thèses :

  • 1) La signature du traité a empêché Moscou d’être impliqué dans les premiers événements de la guerre européenne, qui aura ultérieurement comme victime principale l’URSS ;
  • 2) Le pouvoir soviétique a vu d’avance le plan des “impérialistes” et l’a contrecarré ; il visait à détourner l’armée allemande vers l’Est. L’Union Soviétique aurait ainsi été la victime, à l’été 1941, de sa fidélité à la lettre du pacte et de sa volonté de paix. Cette loyauté, l’URSS l’a payée cher et a failli être complètement détruite sur le plan militaire.

Des experts soviétiques réfutent l’interprétation officielle

Depuis 1989, cette vision de l’histoire contemporaine a été largement réfutée. Des experts soviétiques, dont V. Dachitchev, estiment désormais que le Pacte des 23 et 24 août 1939 a constitué une lourde erreur de la politique étrangère soviétique (cf. Hans-Henning Schröder, Der Zweite Weltkrieg, Piper, München, 1989). Bien sûr, on parle encore et toujours de la guerre germano-russe comme d’une “guerre d’anéantissement justifiée par une idéologie racialiste”, notamment dans les écrits, y compris les derniers, de l’historien Andreas Hillgruber (cf. Zweifacher Untergang, 1986). Mais les préoccupations qui dominent, actuellement, chez les spécialistes de l’histoire contemporaine, sont celles qui concernent les multiples facettes du processus de décision : outre la volonté d’expansion de Hitler, on examine désormais la logique, certes subjective, qui a fait que l’Allemagne a choisi la solution militaire pour régler le problème que constituait l’URSS dans le contexte stratégique du printemps 1941. On étudie ensuite ce qui opposait de façon irréconciliable les idéologies au pouvoir en URSS et dans le Troisième Reich, tout en essayant de comprendre quelles étaient les arrière-pensées de Staline en ce qui concerne l’Europe. Résultat de ces investigations : on se demande si l’attaque allemande n’a pas été finalement une attaque préventive, vu ce qui s’annonçait à moyen ou long terme. Ernst Topitsch est de cet avis depuis longtemps et a étayé solidement sa thèse dans Stalins Krieg (2ème éd., 1986). Quant à Viktor Souvorov, dans Le brise-glace (Olivier Orban, Paris, 1990), il a illustré cette thèse à grand renfort de preuves.

Staline avait le temps pour lui

Cela n’aurait guère de sens de revenir sur la vieille querelle quant à savoir si l’attaque de la Wehrmacht a été dictée essentiellement par des considérations d’ordre stratégique et politique ou par des motivations d’ordre idéologique. Il me semble plus utile, d’un point de vue historique, de chercher à cerner la raison première et fondamentale qui a fait que l’état-major allemand s’est décidé à passer à l’attaque. Cet état-major s’est dit, me semble-t-il, qu’attendre passivement rendait jour après jour le Reich plus dépendant de la politique de Staline ; une telle dépendance aurait finalement créé des conditions défavorables pour l’Allemagne dans sa guerre à l’Ouest et en Afrique. Hitler était bien conscient du risque énorme qu’il y avait à ouvrir un second front, à parier pour l’offensive : il l’a clairement fait savoir à ses généraux, dont la plupart étaient trop optimistes.

Les papiers de Joukov

Les historiens qui affirment que les motivations idéologiques à connotations racistes ont été les plus déterminantes, sous-estiment trop souvent les préoccupations stratégiques ; en effet, dès le début de l’automne 1940, la situation, pour l’Allemagne, était alarmante ; l’état-major devait le reconnaître, si bien que son chef, le Général Halder craignait, dès avril 1941, une attaque préventive des Soviétiques. Aujourd’hui, après qu’on ait publié les papiers du Maréchal Georgy Joukov et qu’on y ait découvert des documents d’une importance capitale, non seulement on sait que l’Armée Rouge s’était mise en branle, que ses manœuvres avaient un caractère offensif, surtout dans les 4 districts militaires de l’Ouest mais on sait également, d’après des sources attestées, que les autorités militaires soviétiques prévoyaient dès la mi-mai 1941 une attaque préventive limitée, au moins contre la Pologne centrale et la Haute-Silésie.

Staline a certes refusé ce plan, mais son existence explique néanmoins pourquoi les Soviétiques ont massé 6 corps mécanisés sur des positions en saillie du front (le premier échelon opérationnel soviétique comptait en tout et pour tout 13 corps mécanisés), ont aligné 5 corps aéroportés, ont réaménagé les installations d’un grand nombre de terrains d’aviation pour bombardiers et pour chasseurs à proximité de la frontière et ont renoncé à renforcer la Ligne Staline, alors qu’elle aurait été excellente pour une bonne défense stratégique du territoire soviétique. Les papiers de Joukov nous permettent de comprendre pourquoi les grandes unités stationnées dans les régions frontalières n’ont pas reçu l’ordre de construire un système défensif en profondeur mais, au contraire, ont été utilisées pour améliorer les réseaux routiers menant à la frontière. Ces indices, ainsi que bien d’autres, ont été mis en exergue récemment par des historiens ou des publicistes soviétiques, dont Vladimir Karpov. Sur base de ces plans d’opération, le chef de l’état-major général soviétique, Joukov, en accord avec le Ministre de la Défense, Timochenko, voulait atteindre en 30 jours la ligne Ostrolenka, Rive de la Narev, Lowicz, Lodz, Oppeln, Olmütz. Ensuite, Joukov prévoyait de re-tourner ses forces vers le Nord et d’attaquer et de défaire le centre des forces allemandes, ainsi que le groupe Nord des armées du Reich, massé en Prusse Orientale.

Je souligne ici que ce plan d’opérations ne signifie pas que les Soviétiques avaient définitivement décidé de passer à l’offensive. L’existence de ce plan ne constitue donc pas une preuve irréfutable des intentions offensives de Staline à l’été 1941. Mais ce plan nous permet d’expliquer bon nombre de petits événements annexes : on sait, par ex., que Staline a refusé de prendre en considération les informations sérieuses qu’on lui communiquait quant à l’imminence d’une attaque de la Wehrmacht au printemps 1941. Or il y a eu au moins 84 avertissements en ce sens (cf. Gordievski/Andrew, KGB, 1990). Comme le prouvent les événements de la nuit du 22 juin, Staline voulait éviter toute provocation ; peu de temps avant que le feu des canons allemands ne se mette à tonner au-dessus de la frontière soviétique, il a donné instruction à l’ambassadeur d’URSS à Berlin, de s’enquérir des conditions qu’il fallait respecter pour que les Allemands se tiennent tranquilles (cf. Erich E. Sommer, Das Memorandum, 1981).

Staline estime que l’Armée Rouge n’est pas prête

Ce qui nous autorise à conclure que Staline cherchait à gagner du temps, du moins jusqu’au moment où le deuxième échelon stratégique, composé de 6 armées (77 divisions), puisse quitter l’intérieur des terres russes. Ce qui étaye également la thèse qui veut que Staline estimait que ses préparatifs offensifs, destinés à réaliser ses projets, n’étaient pas encore suffisants. Quoi qu’il en soit, au début de la campagne, les Soviétiques alignaient à l’Ouest, réserves comprises, 177 divisions, renforcées par au moins 14.000 chars de combat, environ 34.000 canons et obusiers et à peu prés 5.450 avions d’attaque (61 divisions aériennes). Face à ces forces impressionnantes, la Wehrmacht n’alignait que 148 divisions, 3 brigades, 3.580 chars de combat, 7.150 canons et environ 2.700 avions d’attaque.

Cette faiblesse des forces allemandes et l’improvisation dans l’équipement et l’organisation, permettent de soutenir la thèse que la décision d’ouvrir un front à l’Est ne découlait pas d’un “programme” concocté depuis longtemps (cf. Hartmut Schustereit, Vabanque, 1988). Beaucoup d’indices semblent prouver que Staline estimait que le conflit ouvert avec l’Allemagne était inéluctable. En effet, les avantages incontestables que le Pacte germano-soviétique offrait à Berlin (cf. Rolf Ahmann, Hitler-Stalin-Pakt 1939, 1989) n’avaient de valeur qu’aussi longtemps qu’ils facilitaient les opérations allemandes à l’Ouest.

C’est alors qu’un facteur a commencé à prendre du poids : en l’occurrence le fait que les 2 camps percevaient une menace qui ne pouvait être éliminée que par des moyens militaires. Les ordres qui lancent déploiements ou opérations ne reflètent – c’est connu – que des jugements d’ordre politique. C’est pourquoi l’observateur se trouve face à une situation historique où les 2 protagonistes ne réfléchissent plus qu’au moment opportun qui se présentera à eux pour déclencher l’attaque. Mais comme dans l’histoire, il n’existe pas d’“inéluctabilité en soi”, la clef pour comprendre le déclenchement de l’Opération Barbarossa se trouve dans une bonne connaissance de la façon dont les adversaires ont perçu et évalué la situation. De cette façon seulement, l’historien peut « vivre rétrospectivement et comprendre » (comme le disait Max Weber), le processus de décision. On peut ainsi acquérir un instrument pour évaluer et juger les options politiques et stratégiques qui se sont présentées à Berlin et à Moscou au cours des années 1940 et 1941. L’Allemagne tentait, en prestant un effort immense qu’elle voulait unique et définitif, de créer un imperium continental inattaquable ; l’URSS tentait de défendre à tout prix le rôle d’arbitre qu’elle jouait secrètement, officieusement, en Europe.

► Dr. Heinz Magenheimer, Vouloir n°83/86, 1991. 

(texte issu de Junge Freiheit, juin 1991)

• L’auteur : Professeur à l’Université de Salzbourg, Membre de l’Académie de Défense de Vienne.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/52

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s