Force & Honneur

Force & Honneur : Ces Batailles qui ont fait la grandeur de la France et de l’Europe (ouvr. coll.)

Présentation éditeur : Parce qu’ils ont accepté de mourir quand d’autres se contentaient de vivre, c’est de leurs glaives que sont nés la France et l’Europe. Ce sont ces hommes de guerre qui ont écrit Notre Histoire pluri-millénaires. Par leurs larmes et leur sang, ils ont donné à notre vieille nation et à notre continent ses lettres de noblesse. En portant haut et fier leur Honneur, la Fidélité, le Courage, ils ont créé l’aristocratie des valeurs européennes. En faisant preuve de Discipline, d’Héroïsme, de Patriotisme, ils ont vertébré l’Européen. Du défilé des Thermopyles à la plaine brumeuse de Poitiers, des Croisades aux remparts de Vienne, du plateau d’Austerlitz aux tranchées de Verdun, de la neige de Russie aux pitons de Dien Bien Phû, ils ont tout sacrifié pour sauver notre trésor le plus magnifique : la civilisation helléno-chrétienne, la liberté, notre identité. Dans cet ouvrage, ce sont plus de deux mille ans d’histoire qui se déroulent et viennent opportunément nous rappeler que la guerre est notre mère à tous, Européens qui entendons demeurer dignes et souhaitons nous souvenir. Ce livre se veut un appel vibrant à la jeunesse d’Europe qui, à défaut de repères solides, travestit en modèles quelques idoles médiocres et frelatées. Dans les pages de cet ouvrage, ils trouveront des modèles, des attitudes pour renouer avec eux-mêmes, mais aussi pour tirer les conclusions qui s’imposent : on ne se dérobe pas au combat parce que le combat, c’est la loi de la vie. Trente batailles symboliques inscrites au plus profond de nous-mêmes, toutes illustrées par le trait sûr de Guy Sajer. Sept entretiens avec des hommes de guerre exceptionnels : un livre majeur pour tous ceux pour qui, envers et contre tout, l’Honneur s’appelle toujours Fidélité !

Caractéristiques : Ce livre de 352 pages, édité dans un format A4 et illustré par l’auteur de bandes dessinées Dimitri, alias Guy Sajer (auteur du célèbre Soldat Oublié), retrace l’histoire de la France et de l’Europe au travers de 30 batailles symboliques et représentatives de la geste européenne. 30 contributeurs issus d’horizons différents, jeunes et moins jeunes, connus et moins connus vous feront donc vivre au travers de ce livre plus de 2.000 ans d’histoire européenne ! Le livre se conclut par une série de 7 entretiens avec des hommes de guerre ayant participé aux conflits des 60 dernières années.

Plan détaillé :

1ère partie : des batailles

  • Préface : Jean-Pierre Papadacci
  • Les Thermopyles (– 480) : Christian Segré
  • Marathon (– 490) : Romain Lecap
  • Issos (– 331) : Quentin Hélène
  • Gergovie (– 52) : Joseph Maie Joly
  • Zama (– 202) : André Lama
  • Teutoburger Wald (– 9) : Pascal Lassalle
  • Tolbiac (496) : Hubert Kohler
  • Les champs catalauniques (541) : Arnaud Derville
  • La bataille de Toulouse et la bataille de Poitiers (732) : Gilbert Sincyr
  • Hastings (1066) : Erik Fuchs
  • La prise de Jérusalem (1099) : Pierre Vial
  • Las Navas de Tolosa (16 juillet 1212) : Jean Kapel
  • La bataille de Bouvines (1215) : Jean-Christophe Hartmann
  • Tannenberg (1242) : Arthur Lorc’h
  • Azincourt ou la mort de la chevalerie française (1415) : Jean Denègre
  • La prise d’Orléans (1429) : Thierry Bouzard
  • Le siège de Vienne (1529) : Philippe Conrad
  • La bataille de Lépante (1571) : Robert Steuckers
  • La bataille de Torfou (1793) : Arthur de Lascaux
  • Austerlitz, la bataille des trois empereurs (1805) : Louis Samagne
  • Camerone (1863) : Alain Sanders
  • Mourir pour Verdun (1916) : Philippe Fraimbois
  • Le siège de l’Alcazar de Tolède (1936) : Olivier Grimaldi
  • Stalingrad (1943) : Pierre Gilieth
  • Le débarquement du commando Kieffer (1944) : Jean André
  • La bataille de Berlin (1945) : Chris Chatelet
  • Dien Bien Phu (1954) : Éric Fornal
  • L’insurrection de Budapest (1956) : Lajos Marton
  • La bataille d’Alger (1957) : François-Xavier Sidos
  • Le siège de Sarajevo (1992) : Pierre-Henri Bunel

2ème partie : et des hommes de guerre

Le général Yves Derville, qui participa à la première guerre du Golfe ; le colonel Jean Luciani, ancien des FFI et vétéran de Dien Bien Phu ; le capitaine Dominique Bonelli ancien du 1er BEP puis du 1er REP en Indochine et en Algérie ; l’adjudant-chef Jean Laraque, les sergents Alexis Arette et Roger Holeindre, le caporal-chef Aimé Trocmé, autres “sentinelles de l’Empire”.

Préface :

« C’est la guerre qui a fait des hommes et des temps ce qu’ils sont… Et toujours, si longtemps que la roue de la vie danse en nous sa ronde puissante, cette guerre sera l’essieu autour duquel elle vrombit. » Ernst Jünger, La guerre notre mère

« On ne se dérobe pas à la loi du combat, parce que c’est la loi de la vie. » Pierre Drieu la Rochelle

« L’avenir appartient à qui recueille et sème l’éternelle fleur du passé. » Charles Maurras

« La vie d’une grande nation n’est qu’un combat. Elle a ses jours d’épreuve. Mais comme l’a dit Montaigne : l’adversité est une fournaise à recuire l’âme. » Maxime Weygand

Le calendrier mémoriel de nos pères était, autrefois, parsemé de noms de saints, de soldats héroïques et aussi de grandes batailles. Ces noms, gravés dans l’histoire des peuples, étaient toujours évocateurs : Ils constituaient une mémoire collective et forgeaient les identités nationales. Chaque nation vénérait ses saints, exaltait ses héros et communiait dans le souvenir de ses grandes batailles. Le souvenir de celles-ci, gagnées ou perdues, était perpétué par des cérémonies patriotiques, véritables liturgies, qui cimentaient les peuples en reliant les vivants et les morts.

Aujourd’hui, ce culte de la mémoire, propre aux vieilles nations historiques, est contrôlé, contesté pour ne pas dire condamné car il dérange les tenants du nouvel ordre mondial. L’idéologie universaliste règne désormais en maîtresse, elle déforme, révise, détourne le passé en attendant de le faire disparaître. C’est dans cet esprit que le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz a été effacé, ignoré et que la commémoration du 90ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale a été transformée en promotion de l’Union européenne et de son prétendu “avenir radieux”. On n’évoque plus les guerres que pour les condamner ou pour jeter l’opprobre sur les combattants. On réhabilite les mutins, on glorifie les déserteurs, les traîtres, les objecteurs de conscience et on les offre en modèle. Les combats futurs ne se dérouleront plus que dans les stades ou dans les temples de la Bourse et les héros ne seront plus que des sportifs ou des traders. On nous promet un univers de paix et de prospérité qui implique l’oubli de notre identité et l’abandon de notre nationalité : le monde n’est plus qu’un marché soumis à la religion du Veau d’Or et notre avenir est assuré à jamais à condition d’en devenir les consommateurs.

Beaucoup de ceux qui confondent rêves et réalités peuvent se convertir aux utopies mondialistes mais nous, qui fûmes les enfants de Dien-Bien-Phu et de Budapest, nous refusons d’entrer dans ce marché de dupes. Nous savons que la vie ne sera jamais un long fleuve tranquille. Nous savons que nous sommes les héritiers de générations qui ont œuvré, souffert et parfois sacrifié leur vie pour nous transmettre une patrie. Nous savons que notre nationalité est un titre de propriété sur notre terre, sur nos biens et sur notre culture. Nous savons que nous sommes des débiteurs et que nous avons le devoir de faire fructifier et de transmettre le patrimoine que nous avons reçu. Nous savons qu’il ne serait pas digne d’oublier les sacrifices de nos anciens et encore moins de les stigmatiser ou de les renier. Enfin nous sommes convaincus que la nation reste la clef de voûte de l’ordre mondial. C’est pourquoi nous avons décidé de relater les grandes batailles qui ont marqué l’histoire des nations. Elles rappelleront à ceux qui l’oublient que la vie est avant tout un combat et que notre premier devoir est de rester fidèles à tous nos compatriotes qui, au cours des siècles, n’ont pas hésité à donner leur vie pour assurer la pérennité de leur nation.

Jean-Pierre Papadacci, Français d’Empire

♦ Recension : émission Méridien-Zéro.

♦ Éditions : Les Amis du Livre Européen, 2010, 352 p., 45 €, 1.000 exemplaires seulement.

♦ Commandes : Les Amis du Livre Européen, 1 place Paul Verlaine, 92100 Boulogne-Billancourt.

♦ Libre Journal des Lycéens du 15/01/11 consacré à la sortie de l’ouvrage collectif Force & Honneur avec pour invités : les éditeurs Eugène Krampon et Gérard Vaudan, Pascal Lassalle (sur la bataille de Teutobourg), Lajos Marton (sur l’insurrection de Budapest) et Robert Steuckers (concernant la Bataille de Lépante). Seconde partie de l’émission en compagnie de Tomislav Sunic (pour son opus Homo-Americanus : rejeton de l’ère post-moderne) et de Georges Feltin-Tracol (Europe Maxima).

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/49

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s