7 octobre 1571 : Bataille de Lépante 10/10

Il faudra attendre la guerre de Crète (1645-1669) pour qu’un conflit d’envergure, s’inscrivant dans la longue guerre euro-turque, réanime le théâtre méditerranéen et pour que l’empire ottoman enregistre l’un de ses derniers triomphes. Le prétexte de cette guerre est la capture en 1644 de la belle épouse du sultan par les Chevaliers de Malte. En représailles, les Turcs débarquent en Crète et s’emparent de l’île, que personne ne pourra leur arracher. Venise ne parvient pas à briser les lignes de communications turques : elle doit demander la paix et abandonner la Crète. La dernière grande île du bassin oriental tombe aux mains des Turcs, 98 ans après Lépante. Avec la marche de Kara Mustafa sur Vienne en 1683, ce sera le chant du cygne de l’empire ottoman. La défaite devant Vienne annonce la perte de la Hongrie et du Nord de la péninsule balkanique. La Sublime Porte est sur le déclin, sous les coups de boutoirs des armées habsbourgeoises, dirigées par ce génie militaire que fut le Prince Eugène de Savoie-Carignan. L’empire ottoman ne menacera plus l’Europe. Et les Européens s’empresseront d’oublier le danger turc.

Aujourd’hui, avec le déclin démographique de l’Europe et l’amnésie généralisée qui s’est emparé de nos peuples dans l’euphorie d’une société de consommation, le danger turc est pourtant bien présent. Une adhésion à l’UE submergerait l’Europe et lui ferait perdre son identité géopolitique, forgée justement pendant plus d’un millénaire de lutte contre les irruptions centre-asiatiques dans sa périphérie ou carrément dans son espace médian. L’Europe doit être vigilante et ne tolérer aucun empiètement supplémentaire de son territoire : à Chypre, dans l’Égée, dans le Caucase, sur le littoral nord-africain où subsistent les “presidios” espagnols, dans les Canaries, il faut être intransigeant. Mais dans quel esprit doit s’inscrire cette intransigeance ? Dans l’esprit de l’Ordre de Saint-Jean, bien évidemment, qui a toujours refusé de lutter contre une puissance chrétienne ou de s’embarquer dans des alliances qui s’opposaient à d’autres pactes où des puissances chrétiennes étaient parties prenantes : on a en tête les alliances contre-nature que concoctaient les Byzantins sur leur déclin et qui ont amené les Turcs en Thrace. L’Ordre a toujours su désigner l’ennemi géopolitique et en a tiré les conséquences voulues.

L’idéal bourguignon du XVe siècle, très bien décrit dans le beau livre de Bertrand Schnerb, correspond parfaitement à ce qu’il faudrait penser aujourd’hui, au-delà des misères idéologiques dominantes et des bricolages insipides de nos intellectuels désincarnés ou de nos médiacrates festivistes. Notre idéal remonte en effet à Philippe le Bon, le fils de Jean sans Peur et d’une duchesse bavaroise, qui prête à Lille, le 17 février 1454, le fameux “Vœu du Faisan”, un an après la chute de Constantinople. Le “Vœu du Faisan” est effectivement resté un simple vœu, parce que Trébizonde est tombée à son tour. Les Ducs de Bourgogne voulaient intervenir en Mer Noire et harceler les Ottomans par le Nord. Deux hommes ont tenté de traduire ce projet dans les faits : Waleran de Wavrin et Geoffroy de Thoisy. L’idéal de la Toison d’Or et l’idéal alexandrin de l’époque s’inscrivent aussi dans ce “Vœu” et dans ces projets : il convient de méditer cet état de choses et de l’actualiser, à l’heure où ces mêmes régions balkaniques, pontiques et caucasiennes entrent en turbulences. Et où, avec Davutoglu, la Turquie s’est donné un ministre des affaires étrangères qui qualifie ses options géopolitiques de “néo-ottomanes”.

Lépante est l’aboutissement d’une guerre longue. Nous l’avons vu. Après Lépante, cette guerre longue a connu une accalmie. Plusieurs signes indiquent aujourd’hui que les quelques braises aux trois quarts éteintes qui sommeillaient encore vaille que vaille dans les reliefs du vieil incendie sont en train de se raviver, de rougeoyer dangereusement. Allumeront-elles un nouvel incendie ? Sans doute. La longue mémoire, dans les guerres longues, est une arme redoutable. Songeons-y. Et préparons-nous.

Robert Steuckers, achevé à Forest-Flotzenberg, 15 novembre 2009.

• nota bene : retrouvez ce texte ainsi que d’autres de R. Steuckers sur le blog dédié à ceux-ci

♦ Bibliographie :

  • Paul AUPHAN, Histoire de la Méditerranée, La Table Ronde, Paris, 1962
    • Jack BEECHING, Don Juan d’Austria – Sieger von Lepanto, Prestel-Verlag, München, 1983
    • Wim BLOCKMANS, Keizer Karel – 1500-1558 – de utopie van het keizerschap, Uitgeverij Van Halewyck, Leuven, 2000-2001
    • Alain BLONDY, Geschiedenis van Cyprus, Uitgeverij Voltaire, ’s Hertogenbosch, 2000
    • Henry BOGDAN, Histoire de la Hongrie, PUF (qsj?, n°678), 1966
    • Fernand BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, 2 tomes, 1966-1985 (6ème éd.)
    • Fernand BRAUDEL, Autour de la Méditerranée, Fallois (Livre de Poche, coll. “Références”, n°460), 1996
    • Louis BRÉHIER, Vie et mort de Byzance, Albin Michel, 1946-1969
    • Gérard CHALIAND, Guerres et civilisations, Odile Jacob, 2005
    • Edmonde CHARLES-ROUX, Don Juan d’Autriche, bâtard de Charles-Quint, éd. Racines, Bruxelles, 2003
    • Aymeric CHAUPRADE, “Civilisations turque et européenne : 3.000 ans d’opposition”, in Revue française de géopolitique n°4,  “Géopolitique de la Turquie”, Ellipses, 2006
    • André CLOT, Soliman le Magnifique, Fayard, 1983
    • Philippe CONRAD, “Tableau historique de l’affrontement entre Européens et Turcs”, in Revue française de géopolitique n°4, “Géopolitique de la Turquie”, Ellipses, 2006
    • Roger CROWLEY, Empires of the Sea – The Final Battle for the Mediterranean – 1521-1580, Faber and Faber, London, 2008
    • Dolores CRUZ & Carmen UTRERA, Cronologia de la Historia de España (II) – Desde los Reyes Catolicos hasta Carlos IV (Siglos XVI, XVII y XVIII), Acento Editorial, Madrid, 1999
    • Ghislaine DE BOOM, Les voyages de Charles-Quint, Office de publicité, Bruxelles, 1957
    • Maurice DES OMBIAUX, Le dernier des paladins – Don Juan, fils de Charles-Quint, L’édition d’art, Paris, 1926
    • Hellmut DIWALD, Der Kampf um die Weltmeere, Droemer Knaur, München/Zürich, 1980
    • John H. ELLIOTT, Imperial Spain – 1469-1716, Penguin, Harmondsworth, 1970
    • Claire-Eliane ENGEL, L’Ordre de Malte en Méditerranée (1530-1798), Rocher, Monaco, 1957
    • Dominique FARALE, Les Turcs face à l’Occident – Des origines aux Seldjoukides, Economica, 2008
    • Dominique FARALE, La Turquie ottomane et l’Europe. Du XIVe siècle à nos jours, Economica, 2009
    • Orestes FERRARA, Philippe II, Albin Michel, 1961
    • Giuliana GEMELLI, Fernand Braudel e l’Europe universale, Marsilio Editore, Venezia, 1990
    • Jacques GODECHOT, Histoire de Malte, PUF  (coll. qsj?, n°509), 1952
    • Jason GOODWIN, Lords of the Horizons – A History of the Ottoman Empire, Vintage Books, London, 1999
    • Victor Davis HANSON, Why the West Has Won – Carnage and Culture from Salamis to Vietnam, Faber and Faber, London, 2001
    • Jacques HEERS, Les Barbaresques – La course et la guerre en Méditerranée – XIVe-XVIe siècle, Perrin, coll. Tempus, n°220, 2001
    • Jérôme HELIE, Petit atlas historique des temps modernes, 2ème éd., A. Colin, 2007
    • Philipp HILTEBRANDT, Der Kampf um Mittelmeer, Union Deutsche Verlagsgesellschaft, Stuttgart, 1940
    • Charles KING, The Black Sea – A History, Oxford Univ. Press, 2004
    • Dimitri KITSIKIS, L’empire ottoman, PUF (QSJ? n°2222), 1985
    • Angus KONSTAM, Lepanto 1571 – The Greatest Naval Battle of the Renaissance, Osprey, Oxford (UK), 2003 (Illustrated by Tony Bryan)
    • Henry LEMONNIER, Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche 1519-1559, Tallandier, 1983
    • Paul LENDVAI, Die Ungarn – Eine tausendjährige Geschichte, Goldmann, München, 2001
    • Michel LESURE, “Qui a gagné la bataille de Lépante?”, in Les collections de l’Histoire, oct-déc. 2009, pp. 34-37
    • Ferenc MAJOROS / Bernd RILL, Das Osmanische Reich – 1300-1922 – Die Geschichte einer Grossmacht, F. Pustet/Styria, Regensburg/Graz, 1994
    • Noel MALCOLM, Bosnia – A Short History, Macmillan/Papermac, London, 1994
    • Robert MANTRAN, Histoire de la Turquie, PUF (qsj?, n°539), 7ème éd., 1993
    • Colin McEVEDY, The New Penguin Atlas of Medieval History, Penguin, London, 1961-1992
    • John Julius NORWICH, The Middle Sea – A History of the Mediterranean, Vintage Books, London, 2007
    • Geoffrey PARKER, “Le monde politique de Charles-Quint”, in Hugo SOLY  (éd.), Charles Quint 1500-1558 – L’empereur et son temps, Fonds Mercator, Anvers, 1999
    • Helmut PEMSEL, Seeherrschaft – Eine maritime Weltgeschichte von den Anfängen der Seefahrt bis zur Gegenwart, Berard & Graefe Verlag, 1985
    • Henri PIGAILLEM, La Bataille de Lépante (1571), Economica, 2003
    • Barnaby ROGERSON, The Last Crusaders – The Hundred-Year Battle for the Centre of the World, Little/Brown, London, 2009
    • Jean-Paul ROUX, Histoire des Turcs – Deux mille ans du Pacifique à la Méditerranée, Fayard, 1984
    • Jean-Paul ROUX, Un choc de religions – La longue guerre de l’islam et de la chrétienté – 622-2007, Fayard, 2007
    • Ferdinand SCHEVILL, A History of the Balkans – From the Earliest Times to the Present Day, Dorset Press, New York, 1991
    • Reinhold SCHNEIDER, Philipp der Zweite oder Religion und Macht, Fischer, Frankfurt a. M., 1953-1958
    • Bertrand SCHNERB, L’État bourguignon 1363-1477, Perrin (coll. Tempus, n°105), 2005 (pour le chap. 8, consacré au désastre de Nicopolis ; pour le chap. 19, sur les projets bourguignons de Croisade)
    • Peter SCHOLL-LATOUR, Im Fadenkreuz der Mächte – Gespenster am Balkan, C. Bertelsmann, München, 1994
    • Peter SCHOLL-LATOUR, Allahs Schatten über Atatürk – Die Türkei in der Zerreissprobe – Zwischen Kurdistan und Kosovo, Goldmann, Munich, 2001 (livre consacré à l’actualité turque mais illustré de nombreuses références et exemples historiques, nous permettant de lier l’actualité à l’histoire)
    • Jean-François SOLNON, Le turban et la stambouline – L’empire ottoman et l’Europe, XIV°-XX° siècle, affrontement et fascination réciproques, Perrin, 2009
    • Yves TERNON, Empire ottoman – le déclin, la chute, l’effacement, éd. Michel de Maule / Félin, s. l., 2005
    • Carmen UTRERA & Dolores CRUZ, Cronologia de la Historia de España (I) – Desde la Prehistoria hasta el siglo XV, Acento Editorial, Madrid, 1999
    • Chris VAN DER HEIJDEN, Zwarte Renaissance – Spanje en de wereld 1492-1536, Olympus, s.l., 1998-2003
    • Hendrik VERBRUGGE, Keizer Karel – Testament van een Habsburger, Lannoo, Tielt, 2000
    • Michael W. WEITHMANN, Balkan-Chronik – 2000 Jahre zwischen Orient und Okzident, Pustet/Styria, Regensburg/Graz, 1995
    • Michael W. WEITHMANN, Die Donau – Ein europäischer Fluss und seine 3000-jährige Geschichte, Pustet/Styria, Regensburg/Graz, 2000
    • Andrew WHEATCROFT, The Enemy at the Gate – Habsburgs, Ottomans and the Battle for Europe, Pimlico, London, 2008
    • Alvise ZORZI, Histoire de Venise – La République du Lion, Perrin, coll. Tempus, n°95, 2005 (3ème éd.)

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/49

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s