Darmanin, tartuffe de la lutte contre l’islamisme

Par Jacob Maxime, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du livre Tir à vue 

« L’islamisme que nous combattons n’a [pas de] religion » : cette phrase, prononcée par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, le 4 février 2021 sur Europe 1, suffit à comprendre qu’il n’a pas la volonté de s’attaquer à l’islamisme. Pour aller plus loin, l’Observatoire de l’islamisation a publié un article long et détaillé, intitulé « Lutte contre l’islamisme : les 7 péchés de Gérald Darmanin », qui démontre point par point que Darmanin ne souhaite pas nous débarrasser de la menace islamiste. Polémia vous produit ici un résumé de ce papier, mais n’hésitez pas, pour en savoir plus, à visiter le site de l’Observatoire de l’islamisation.

1) Pour commencer, Darmanin est dans la demi-mesure concernant les 4 100 étrangers fichés pour terrorisme présents en France, il ne souhaite pas tous les expulser. Il focalise son action uniquement sur une partie d’entre eux : les clandestins qui sont au nombre de 850, alors qu’il pourrait faire expulser cinq fois plus de personnes s’il visait tous les étrangers signalés.

2) Deuxièmement, son ministère continue de délivrer des titres de séjour à des musulmans radicaux membres importants du Conseil français du culte musulman (CFCM), association pourtant liée au ministère de l’Intérieur. Par exemple, le Marocain Amine Nejdi appelle dans ses vidéos à tuer les apostats ou ceux ayant des relations sexuelles hors mariage, mais il bénéficie toujours d’un titre de séjour. Aussi, le CFCM possède de nombreux cadres qui sont des militants islamistes. Rien n’est fait pour les évincer.

3) Les Frères musulmans, qui sont la « plus grande confrérie islamiste du monde » restent autorisés en France alors qu’ils sont interdits dans certains pays du fait de leur dangerosité. Pire encore, ils tiennent 170 mosquées, et le ministère de l’Éducation nationale les autorise à ouvrir écoles, collèges, lycées… Dans certaines de leurs moquées, ils mettent à disposition des ouvrages appelant au djihad armé ou au meurtre des apostats. Darmanin ne fait rien, il laisse faire alors que ces raisons pourraient justifier la fermeture de ces mosquées.

4) Aussi, le ministre de l’Intérieur laisse le mouvement Tabligh diffuser sa doctrine dans 150 mosquées. Ce courant de l’islam est pourtant particulièrement radical ; sachez que les responsables du mouvement doivent effectuer des stages de 40 jours au Pakistan pour se former. Mohammed Hammami, dirigeant du mouvement Tabligh en France, a été expulsé du territoire à cause de la radicalité de son discours. Pourtant son mouvement perdure et, pire encore, il siège au Conseil français du culte musulman, association en lien direct avec le ministère de l’Intérieur. Le courant Tabligh est par exemple très bien implanté à Lunel, d’où il a réussi à envoyer vingt fidèles en Syrie. Le responsable Tabligh local refusait de condamner ces départs pour la Syrie.

5) Concernant les mosquées salafistes, Darmanin tolère la présence de 150 d’entre elles dans l’Hexagone. Et nombreuses sont celles qui sont dirigées par des imams étrangers ; rien n’est fait pour expulser ces imams. De plus, les mosquées fermées administrativement rouvrent rapidement. Dernier exemple en date : Darmanin a annoncé le 1er février la réouverture de la mosquée de Pantin d’où une fatwa contre le professeur Paty avait été lancée. Le lieu est pourtant connu pour regrouper de nombreux salafistes, mais la fermeture administrative n’a duré que quelques semaines.

6) M’hammed Henniche reste un interlocuteur de Darmanin au sujet de l’islam en France alors même que cet homme est « le président de l’association qui gère la mosquée de Pantin et le secrétaire général de l’Union des associations musulmanes du 93 », une association qui œuvre pour l’islamisation de la Seine-Saint-Denis. Le site Internet de cette association n’est pas vraiment républicain ; il affirme par exemple que la charia est supérieure aux lois de la République. La fermeture de la mosquée de Pantin était embêtante pour Henniche, elle lui servait de vitrine. Chaque année il invite des étudiants journalistes à visiter ce lieu pour nouer des contacts avec eux et avoir ensuite des relais dans la presse (pour en savoir plus sur M’hammed Henniche, se référer au chapitre le concernant dans l’ouvrage Inch’allah de Davet et Lhomme, Fayard, 2018).

7) Enfin Darmanin n’a pas pris de mesures pour ralentir l’immigration. Malgré le Covid-19, ce sont plus de 93 000 demandes d’asile qui ont été déposées en France en 2020. Les demandeurs d’asile les plus nombreux venaient du Bengladesh, d’Afghanistan et du Pakistan (la Turquie n’est pas loin derrière), des pays musulmans où un islam rigoriste s’applique. Sans oublier les 220 000 titres de séjour délivrés ! Il y a forcément dans cette masse d’arrivants des musulmans radicaux.

Le travail de l’Observatoire de l’islamisation nous prouve que Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, n’a pas la volonté de protéger les Français de l’islamisme.

Jacob Maxime 11/02/2021

https://www.polemia.com/darmanin-tartuffe-de-la-lutte-contre-lislamisme/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s