VOX ARRIVE EN TÊTE DE L’OPPOSITION EN CATALOGNE

Robert Neboit

Les élections régionales catalanes du 14 février se traduisent par la continuation d’une majorité indépendantiste. Les trois partis de cette mouvance, l’historique ERC (Gauche Républicaine Catalane) avec 33 députés, Junts per Cat (Ensemble pour la Catalogne) du « président en exil » de la « République catalane » Charles (Carles) Puigdemont avec 32 députés et la CUP (Candidature d’Unité Populaire) un conglomérat de gauchiste « nationaliste » et « féministes » avec 4 députés, obtiennent une majorité en sièges de 74 sur 135 même s’ils restent minoritaires en votes avec 47,60 % des voix.

En effet la répartition des sièges par circonscriptions défavorise la capitale Barcelone où la langue espagnole prédomine au profit de « des provinces catalanes » de Gérone, Lérida et Tarragone, plus petites et plus indépendantistes. Il faut noter que ces trois partis ouvertement sécessionniste peuvent compter avec l’appui de deux alliés informels le PSC et ECP-PEC. Le PSC (Parti Socialiste de Catalogne) a doublé sa représentation en passant de 17 à 32 députés. Autrefois nettement différencié des indépendantistes, il a évolué vers un crypto indépendantisme sous couvert de fédéralisme. Enfin les gauchistes « fédéralistes » de ECP (En Comu podem, Ensemble nous pouvons) liés à Podemos et qui sont prêt à s’allier avec les indépendantistes obtiennent 8 députés.

La principale nouveauté de ce scrutin est la remarquable percée de Vox. Il réussit un coup de maître pour sa première participation électorale aux élections catalanes. Avec 11 députés et 7,7 % des voix il devient le premier parti de l’opposition à l’indépendantisme, devançant le Parti Populaire, premier parti de la droite parlementaire qui n’obtient qu’un ridicule 3,9 % des voix et 3 députés. Ciudadanos (Citoyens) du centre gauche anti-indépendantiste s’écroule passant de 36 à 6 députés.

La lutte pour la prise de contrôle de l’opposition face calamiteux gouvernement du socialiste Padro Sanchez, allié au gauchiste Pablo Iglesias, et au danger sécessionniste qui existe, entre le Parti populaire et Vox tourne à l’avantage de ce dernier. Il faut dire que les électeurs ont pu constater avec le temps que le Parti populaire ne représentait qu’une fausse droite, hypocrite et timorée, toujours prête aux compromissions quand ce n’est pas la trahison.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/02/15/vox-arrive-en-tete-de-l-opposition-en-catalogne-6297740.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s