Islam-islamisme : les réponses affligeantes de Darmanin

Bernard Antony commente l’entretien donné par le ministre de l’Intérieur dans Valeurs Actuelles :

Je n’ai pas l’humeur de commenter ici le face à face de Marine Le Pen et de Gérald Darmanin de vendredi dernier ; à l’évidence par trop biaisé par des calculs de « marketing » politicien et sans qu’aient été abordées vraiment les questions de fond sur l’islam en France.

En revanche j’ai lu avec attention le long entretien dans Valeurs Actuelles de trois journalistes de cet hebdomadaire avec le ministre et titré « Darmanin au défi de l’islam ». Les questions sont pertinentes, les réponses au mieux décevantes et même, pour une question essentielle, accablante.

Darmanin formule globalement des lieux communs de « l’islamiquement correct » et des considérations politiciennes sur l’immigration sans proposer des solutions crédibles.

Mais l‘accablant, c’est que, manifestement, soit il ne comprend pas, soit il fait semblant de ne pas comprendre la question fondamentale sur la loi morale naturelle, l’autre nom de la loi de Dieu – ou des dieux. Manifestement, la tragédie d’Antigone, un des legs de la culture grecque, n’a pas nourri sa réflexion, pas plus que la phrase du Christ sur ce qu’il faut rendre à César et ce qu’il faut rendre à Dieu. Darmanin se place en effet dans la continuité de l’affligeante réflexion chiraquienne selon laquelle « il ne peut y avoir de lois au-dessus des lois de la République ».

Ce qui est l’affirmation commune à tous les régimes totalitaires pour la justification de lois de circonstances ne respectant pas la loi morale naturelle (à ne pas confondre avec les lois particulières des religions).

Ainsi, les nombreux préceptes de la charia islamique ne sont-ils pas tous en harmonie avec la loi naturelle et sont-ils même souvent en opposition. Ainsi des châtiments et des lois du mariage.

En revanche, les lois républicaines (les lois de « César ») de banalisation de l’avortement sont-elles en rupture avec la loi de Dieu, avec la loi de la conscience morale naturelle du « tu ne tueras pas ».

C’est Antigone qui respecte la loi morale et divine inscrite en sa conscience en voulant donner une sépulture digne à son frère. C’est le tyran Créon qui viole la loi morale en édictant une loi d’interdiction.

https://www.lesalonbeige.fr/islam-islamisme-les-reponses-affligeantes-de-darmanin/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s