Après la catastrophe des deux grandes guerres mondiales, l’Europe est “entrée en dormition”

Fondateur et directeur de la Nouvelle Revue d’Histoire, Dominique Venner a écrit une cinquantaine d’ouvrages, dont une Histoire de l’armée rouge couronnée par l’Académie française. Tout au long de sa carrière, cet Européen de cœur et d’esprit n’aura jamais cessé de prôner la mémoire du passé comme recours contre le déclin, avec trois ouvrages majeurs : Histoire et tradition des Européens, 30000 ans d’identitéLe siècle de 1914 et Ernst Jünger, un autre destin européen.

• Éléments : Oswald Spengler publiait en 1918 le premier volume de son célèbre livre Le déclin de l’Occident. Il voulait en fait surtout parler de l’Europe. Près d’un siècle plus tard, ce mot d’« Occident » a-t-il encore un sens ? Quel est en tout cas celui que vous lui donnez ?

Dominique Venner : Vous avez raison de souligner qu’à il époque de Spengler, en 1918, Occident était synonyme d’Europe. Dans un essai récent, l’historien italien Emilio Gentile rappelle qu’en 1900, quand s’ouvrit la grande Exposition universelle de Paris qui nous a légué le Grand Palais, « civilisation rimait avec modernité, modernité avec européen, et européen avec occidental ». À cette époque, les États-Unis d’Amérique étaient une puissance marginale fort éloignée de l’Europe. Lorsque l’essayiste maurrassien et catholique Henri Massis publia en 1927 son essai Défense de l’Occident, le concept d’Occident se confondait encore avec l’Europe, et même avec la France. Plus tardivement, le titre Défense de l’Occident choisi par Maurice Bardèche pour la revue qu’il dirigea de décembre 1952 à novembre 1982, continuait de se rapporter à l’Europe plus qu’aux États-Unis. C’est pourtant durant cette période, à partir surtout de 1950, que le mot changea de signification en raison de la guerre froide, de la lutte Est et Ouest opposant les deux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Dès lors, Occident allait se confondre avec l’Ouest, c’est-à-dire avec les États-Unis qui en constituaient la puissance principale face à la menace très réelle de l’Union soviétique avant et après la mort de Staline. La sanglante répression du soulèvement national hongrois date de novembre 1956 et l’écrasement du printemps de Prague d’août 1968. Les Européens, désarmés dans leurs cœurs et leurs bras après 1945, se tournaient naturellement vers la puissance américaine qui semblait alors seule capable de les protéger contre une agression militaire soviétique que le général de Gaulle prenait lui-même très au sérieux vers 1950.

• Bernanos disait que les optimistes sont des imbéciles heureux, et les pessimistes des imbéciles malheureux. Sans tout réduire à ce clivage, on doit constater que depuis quelque temps le « déclinisme » est en grand progrès. À date récente, toute une série d’essais se sont appliqués à décrire le déclin de l’Occident, de l’Europe ou de la France. L’Europe, en particulier, apparaît de plus en plus comme vivant en état d’apesanteur, inconsciente des enjeux mondiaux. Quel est votre sentiment ?

Tout en constatant le déclin évident de l’Europe, je ne me joins pas au chœur des déclinistes. J’ai analysé le déclin dans mon essai Le siècle de 1914, qui retrace de façon non convenue l’histoire du XXe siècle européen de 1914 à 1945, incluant les tentatives avortées de redressement vers 1920 ou 1930. Cet essai charpenté analyse historiquement le déclin de l’Europe durant notre « nouvelle guerre de Trente Ans » (1914-1945), comparable à bien des égards à ce que fut la guerre du Péloponnèse pour les cités grecques au Ve siècle avant notre ère.

Ma thèse est qu’après la catastrophe européenne des deux grandes guerres, l’Europe est « entrée en dormition », écrasée militairement, politiquement et moralement, et par ses propres fautes, son quasi suicide, sa terrifiante et inutile dépense d’énergies et de sang. L’idée démoralisante s’infiltra dans les esprits que, si la civilisation européenne avait engendré de telles horreurs, c’est qu’elle était viciée et maudite. Par ailleurs, après 1945 et, symboliquement, après la conférence de Yalta (février 1945), les deux puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et l’URSS, se partagèrent l’Europe, imposant à celle-ci (avec des méthodes différentes) leur suzeraineté, leur modèle de société et leur interprétation de l’histoire, écrasant aussi les Européens sous le poids d’une culpabilité sans précédent, dont la Shoah fut le prétexte. Tandis que la partie orientale de l’Europe était soviétisée, les États-Unis importaient à l’Ouest les drogues de la consommation de masse et de la pornographie.

D’une façon que personne n’avait prévue, l’une des deux puissances suzeraines de 1945 a soudain fait implosion en 1991, remplacée, après dix années de confusion, par une Russie authentiquement nationale, qui a totalement rompu avec son passé bolchévique (mais pas avec les souvenirs glorieux de 1945, ce que l’on ne comprend pas en Europe).

Je constate symétriquement qu’après une période d’euphorie qui n’a pas excédé une dizaine d’années au-delà de 1991, les États-Unis ont enregistré une série de graves échecs militaires, géopolitiques et moraux qui les fragilisent en profondeur (Irak, Afghanistan, Égypte, Proche-Orient en général). Depuis l’élection du président Obama, leurs difficultés internes consécutives à une crise financière majeure et à des questionnements sur leur identité, bien analysés par Samuel Huntington dans son dernier essai Qui sommes-nous ? (Odile Jacob, 2004) sont également les signes tangibles d’un affaiblissement, dont les Européens pourront tirer partie à l’avenir afin de sortir de leur « endormissement ».

Mais il ne faut pas se tromper, les Européens sont eux-mêmes coupables des excès du système économique et technicien de croissance illimitée qu’ils ont engendré. Dès la Belle Époque, le concert d’optimisme avait été troublé par les prophètes d’une sorte d’apocalypse de la modernité. À ces pessimistes, la catastrophe imprévue qui commença durant l’été 1914 allait donner effroyablement raison. L’inquiétude de l’avenir était présente dans l’œuvre de grands artistes comme Wagner ou Tolstoï, Ibsen, Zola, DostoïevskiD.H. Lawrence ou Nietzsche. Certes, aucun n’avait prévu la réalité de ce qui survint entre 1914 et 1945, mais tous avaient perçu les signes d’un noir horizon pour la modernité, autrement dit pour la « civilisation » de la science et de la raison.

Dès lors, une question s’infiltre nécessairement dans la pensée. Le triomphe du machinisme, du commerce et de la technique est-il constitutif de la civilisation européenne ? Bien entendu, ce triomphe est issu de l’esprit européen, de sa part « prométhéenne » ou « faustienne » comme disait Spengler. Cette part devenue obsédante ne contient pourtant pas la totalité de l’esprit européen. L’autre part, une part essentielle, que l’on peut appeler apollinienne, s’est trouvée masquée par les prodiges de la modernité. Dès lors que ces prodiges tournent au cauchemar, ne serait-il pas imaginable que les Européens soient tentés de retrouver la part apollinienne de leur civilisation afin d’équilibrer la démesure prométhéenne ? La question est pour l’heure sans réponse. Elle mérite pourtant d’être posée.

• Si l’Occident décline à l’intérieur de ses frontières, il paraît au contraire exploser à l’échelle mondiale. Ses valeurs se posent plus que jamais comme « universelles », ses technologies se répandent d’un bout à l’autre du monde. La mondialisation, qui semble aller de pair avec une homogénéisation des cultures, serait-elle synonyme d’occidentalisation ? De façon plus générale, quel regard portez-vous sur la mondialisation ?

Je suppose qu’en parlant des « valeurs » de l’actuel Occident, vous parlez du système américain. Vous pensez à la prétention messianique de la Manifest Destiny et de la « nouvelle Sion » qui voudrait s’imposer au monde. Vous pensez aussi à la prédation économique du gaspillage et de la spéculation financière. Mais ce que l’on observe dans le monde suggère que la modernisation technique s’accompagne le plus souvent d’un refus de l’américanisme (sauf, provisoirement, en Europe). Samuel Huntington avait fort bien vu qu’à l’avenir la renaissance de grandes civilisations se ferait contre l’Occident américain. Il avait noté que la modernisation s’accompagne le plus souvent d’une « désoccidentalisation ». On peut constater cette réalité dans faire islamique, en Inde, en Chine et en Amérindie (Amérique latino-indienne). Sans compter des aires de civilisation moins étendues. Pour ma part, je ne crois pas du tout à une homogénéisation des cultures, même en Europe, en dépit de ce que montre l’écume des élites faisandées.

• Dans ce qu’on appelait hier encore le Tiers-monde, des puissances émergentes s’affirment de plus en plus chaque jour. La Chine, principalement, constitue une énigme. Le XXIe siècle sera-t-il chinois ?

Il l’est déjà en partie, ce qui est une formidable revanche historique si l’on songe par comparaison à l’état de la Chine un siècle plus tôt, vers 1910. Depuis la fin de l’interminable période figée de la guerre froide, le monde est entré en mouvement, ce que montrent des changements culturels et géostratégiques immenses. Le monde est entré dans une nouvelle histoire où l’imprévu retrouve ses droits. Ce qui bouge ne peut qu’être favorable à un réveil européen par ébranlement de la puissance suzeraine que sont les États-Unis. Mais je ne pense pas que ceux-ci se laisseront facilement déposséder. Comme l’ont confirmé les révélation de Wikileaks, les Américains ont favorisé l’immigration invasion extra-européenne et musulmane en Europe dans le but de nous briser définitivement. En apparence, cela se révèle efficace. En apparence seulement. Les résistances imprévues qui s’éveillent lentement sont les signes de ce qui se passera à l’avenir. Je ne crois pas que les Européens se laisseront écraser dès lors qu’ils prendront conscience du danger, ce qui est encore loin d’être le cas. Les réveils historiques sont toujours très lents, mais une fois commencés, on ne les arrête plus.

• Vous êtes donc optimiste ?

Je suis un optimiste historique. À la différence de beaucoup d’intellectuels, j’ai d’abord été dans ma jeunesse un combattant avant de devenir un historien méditatif. Ce qui explique sans doute, si l’on ajoute des particularités de tempérament, un regard nullement conventionnel sur l’histoire qui se fait. J’emprunte à l’histoire tout ce qu’elle peut m’apporter pour voir clair dans le présent et humer l’avenir. Naguère, l’école structuraliste de la « longue durée » (celle des Annales) s’opposait à l’école de la chronologie courte, qui avait privilégié l’événement (l’histoire bataille). Je crois que ces deux façons d’étudier l’histoire ne s’opposent pas. Elles sont complémentaires et légitimes. On ne peut négliger l’histoire événementielle. Elle montre que l’imprévu est roi et l’avenir imprévisible : personne en 1910 ne prévoyait 1914, et personne en 1980 n’avait prévu 1990 pour la Russie, ni 1999. Simultanément, la longue durée attire l’attention sur la forte résilience des peuplés et des cultures. C’est pourquoi je ne crois pas aux fatalités historiques. Pas plus à celles qu’imaginait Spengler qu’à celles de Marx ou de Fukuyama (qui en est revenu).

• Quel est selon vous, à l’échelle mondiale, l’enjeu principal des décennies qui viennent ?

Concernant les Européens, tout montre selon moi qu’ils seront contraints d’affronter à l’avenir des défis immenses et des catastrophes redoutables. Dans ces épreuves, l’occasion leur sera donnée de renaître et de se retrouver eux-mêmes. Je crois aux qualités spécifiques des Européens provisoirement en dormition : l’individualité agissante, l’inventivité et l’énergie. Le réveil viendra. Quand ? Je l’ignore. Mais de ce réveil, je ne doute pas.

► éléments n°139 (dossier Le déclin de l’Occident ?), 2011.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/46

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s