Machiavel et la modernité Politique, stratégie et guerre 2/5

Il a certes besoin de nommer les concepts et les illusions de son dictionnaire spéculatif, par des vocables cruels. Mais, pour ce faire, il est voué, et presque condamné, à n’aller perpétuellement qu’à l’essence des phénomènes ; là-même où, encore une fois, il est obligé de percer sans fin, de dire sans ombre et sans nuance. Imprudent et solitaire, ce Luther du politique affiche ses thèses contre le monde de la démagogie unanimiste et hypocrite des conventions. II va tout droit aux sources de l’agir humain : l’homme, la politique, l’histoire et l’État. L’homme, sécularisé dans ses passions, ses ambitions et ses actes. La politique, rendue autonome dans ses motivations, ses buts et ses résultats. L’histoire conçue comme théâtre éternel, cyclique et fatal, d’affirmation, de décadence et de ruine des principautés, républiques et empires ; scène des « rerum gestarum » des peuples forts, vigoureux et moraux. L’État, tel qu’il est et tel qu’il a toujours été, là où il a existé dans sa structure et son fondement; tel qu’il est voué à être dans sa logique nécessaire et intrinsèque qui est de durer, de se maintenir et de s’étendre.

Cette soif du mythe unitaire, de conscience de la nationalité et du sens de l’État, le rapproche singulièrement de Hegel qui lit Napoléon par une forte suggestion machiavélienne, et qui tient Bonaparte pour l’Esprit du monde, pour l’idéal purifié et incarné de l’essence de la politique ; essence dévoilée par le grand Florentin, mais radicalisée dans l’histoire par le trinôme : peuple, révolution et nation.

L’œuvre

Délaissant provisoirement la fascination trinitaire de l’Empereur pour la genèse et le travail de l’œuvre, et passant du survol de la représentation de Machiavel aux legs de sa réflexion, il faut maintenant mettre en évidence que la trilogie du Prince, des Discours et de l’Art de la guerre est une architecture conceptuelle perpétuellement confrontée au modèle romain des Discours. Ceux-ci assument le rôle d’archétype de lecture, de référent pour la dénonciation vigoureuse du présent et de ses carences. C’est à ce titre, et de ce point de vue, que le monde de Machiavel ressemble étrangement au nôtre. Temps de crise où s’ébranlent les certitudes acquises et les sécurités héritées, où se font jour des interrogations angoissantes : une crise est, avant tout, une remise en cause des postulats antérieurs de la connaissance.

Machiavel pense à l’intérieur de la crise militaire italienne. Il en reformule les paradigmes politiques, les axiomes et catégories de pensée finement élaborés, jusqu’alors, dans une longue période d’équilibres à vocation universaliste et détruits, d’un seul coup, par l’irruption et la surprise de la force.7 Une crise des postulats de la connaissance recèle une crise des valeurs qui la sous-tendent, donc une crise ontologique. Déclin irréversible d’une époque ! L’aube du monde moderne ne peut s’exprimer que par l’agonie d’une période et l’achèvement d’une dimension de l’histoire. L’effondrement militaire et le traumatisme des esprits ne sont que la forme italienne de cette mutation que signale une recherche désemparée : l’identité politique interroge l’identité culturelle, et celle-ci l’identité guerrière et la vaillance ancienne.

Crises de confiance et de destin s’entremêlent et se confondent. Elles s’étalent sur des espaces multiples qui touchent aux conceptions et aux théories de la guerre dans leurs liaisons avec l’art de gouverner et l’ordonnancement politique de la cité. Les modalités tactiques du combat et les techniques qu’elles intègrent, l’art des sièges et des fortifications, les savoirs naissants de la balistique et de « l’ingénierie » militaire, les sciences et théories physiques, déduites des moyens de tir, en sont affectés. Toutes ces novations influent sur l’esprit des milices et la réorganisation de la hiérarchie sociale autour de l’arme à feu, et singulièrement de l’artillerie, nouveaux instruments de pouvoir pour la bourgeoisie montante. En termes sociologiques, la naissance et le développement de l’artillerie correspondent au déclin de l’aristocratie, porteuse du privilège du service armé à cheval, à celui des ordres de chevalerie et des guerres privées et patrimoniales, et au caractère désormais public et européen des heurts dynastiques ; enfin, au renforcement parallèle de la monarchie qui favorise l’émergence d’une classe nouvelle. Ne pouvant s’affirmer comme ordre militaire, cette classe est présente dans les armes et spécialités techniques du tir, et dans la fusion des bronzes. En France, elle est au service de la couronne en tant que fournisseur d’agents et grands commis de l’État, de Richelieu à Le Tellier, puis à Louvois et Vauban.

Grâce à cette évolution, le processus de centralisation du pouvoir et le développement décisif du monopole légal de la violence sont puissamment impulsés. Le caractère novateur des mutations ne peut induire qu’un approfondissement de la dis-location de l’ordre social. En Italie, une réflexion d’envergure s’ensuit sur la coexistence du particularisme et du cosmopolitisme, sur l’étroitesse frappante de la dimension sociale et politique, caractéristique de l’émiettement péninsulaire, face à la taille des grandes monarchies nationales. Elle porte sur les habiletés et les talents élaborés à une plus vaste échelle – celle de l’univers médiéval – et devenus soudain inaptes et dysfonctionnels par rapport aux buts de la « petite politique ». Elle s’étend au rôle et à la fonction intellectuels qui perdent rapidement du souffle et se réfugient dans la médiocrité du « particulare ». Cette spéculation atteint les fins de la politique et le sens de la destinée humaine : elle rend transparents les objectifs de l’action désormais sécularisée et purgée de transcendance.

Il n’y a d’interrogation sur la milice et sur l’appareil de violence que là où sont discutées, et rediscutées, la signification de l’action des armes et la portée de leur emploi. Là où sont précisées les circonstances et les raisons des litiges, clarifiées la nature des conflits et les limites de leurs règlements, examinés les présupposés rationnels qui permettent de concevoir les conditions de la réussite, maximisant les résultats de l’ambition politique. Ces résultats ne peuvent découler que de la cohérence et de la compatibilité entre les conceptions et la volonté et, de ce fait, entre les fondements qui les inspirent et les desseins qui les commandent. La loi du calculable doit se plier enfin au monde du possible. L’exigence d’un esprit nouveau, qui fonde le monde des valeurs sur le principe redécouvert de la force, qui assoit les exigences collectives sur la conviction que le primat de l’intérêt commun doit s’imposer aux déchirements partisans, tout ceci est ressenti comme un impératif primordial. Il était donc naturel que l’univers politique et intellectuel de l’époque s’interroge sur les raisons lointaines d’une telle crise et d’une telle nécessité; qu’il fortifie les tâtonnements présents par les exemples et les modèles anciens.

Formulée avec la vigueur qui lui est propre, l’interrogation machiavélienne résume cette recherche dans le cadre d’une crise d’identité, elle-même greffée sur une crise existentielle plus profonde. Semble-t-elle suggérer, à la limite, que la torme la plus solide de la sécurité, le fondement de tout pouvoir politique et de tout régime durables résident dans les capacités militaires et dans la parfaite fusion des convictions civiles et du loyalisme guerrier ? Ouvrons la préface de Nicolas à l’Art de la guerre. « On a soutenu, Lorenzo, et l’on soutient encore tous les jours qu’il n’y a rien qui ait moins de rapport, rien qui diffère autant, l’un de l’autre, que la vie civile de la vie militaire… Mais si l’on considère le système politique des Anciens, l’on verra qu’il n’y avait point de conditions plus unies que ces deux là, plus conformes et plus rapprochées par un mutuel sentiment de bienveillance ».

D’où l’idée bien ancrée que tout projet de réforme doit être politique pour être militaire. Mais elle suppose le deuxième comme corollaire du premier. Le parfait binôme: bonnes armes – bonnes lois, bonne constitution – bonne milice, est inscrit en clair dans la texture de l’œuvre, comme un choix et un impératif inéluctables, dans le renvoi constant et nécessaire du Prince à l’Art de la guerre. Le respect du pacte civil ou de l’ordre militaire a un point d’ancrage commun : le citoyen-soldat. Armes propres, donc, pour un concept crédible de défense, pour une indépendance effective et non éphémère ; pour ne pas être à la merci d’autrui, de volontés politiques dictées du dehors.

Fondement de sa théorie politique et plaque tournante de toute réforme militaire, le citoyen-soldat est la réponse stratégique à l’utopie de l’État-nation naissant. Dans l’amour que Machiavel porte à sa cité, il n’y a point de distinction entre le serment sur la fidélité en temps de paix et le serment sur l’honneur en temps de guerre. Ce sentiment est unique et indivisible. De là, la nécessité d’une milice populaire et permanente. Sur celle-ci reposent la sécurité et les mœurs, la loi morale et la loi religieuse, la passion civile et la dévotion patriotique. Par un tel modèle, aussi vigoureux, revit l’idéal classique de la République antique, dans sa sévère grandeur. C’est vivre selon les Anciens ainsi que le font les Suisses « armatissimi et liberissimi ». De cet idéal, se nourrit la pensée des républicains dont Le Prince tient une place de « grand livre » (J. J. Rousseau).

L’unité de l’État-nation, érigée sur la défense de la liberté intérieure et surtout extérieure, douée d’une volonté commune et forte, inspirée par la loi rigoureuse de la raison d’État, purifiée et abstraite grâce aux calculs politiques, soutenue par une grande ambition, tout cela vit intangiblement et puissamment dans les siècles et les âmes, avec des accents que la philosophie de l’histoire, la culture politique et les préférences personnelles marqueront singulièrement et différemment chez Rousseau ou Hegel, ou encore chez Fichte.

De la nécessité d’armes adaptées a la dimension politique de l’État Moderne

Avec l’élargissement historique de l’espace et de la dimension politiques, qui ne peuvent plus être ceux de la seigneurie ou de la petite république, le concept et la nature de l’État changent, car se modifient et s’agrandissent à la fois son expression territoriale et sa composition démographique et sociale. Les préoccupations nouvelles, qui naissent d’équilibres plus larges, de projets et d’appétits polycentriques dont l’envergure est désormais continentale, profilent en hauteur l’État moderne.

L’espace apparaît clairement comme un facteur et une projection essentiels de la politique et, de ce fait, comme un enjeu capital de celle-ci. II constitue à la fois une limite et une virtualité de la grande politique et de la politique de puissance. Son importance doit apparaître, sinon évidente, au moins justifiable. A l’âge de l’absolutisme naissant et des grandes monarchies nationales, la notion de « ressources » acquiert une nouvelle valeur. Non plus celle d’un capital patrimonial et dynastique, mais une autre, virtuelle et potentiellement illimitée : levée en masse d’armées, accumulations de moyens en mesure de soutenir des efforts de longue durée; à quoi s’ajoutent les capacités opérationnelles, logistiques et tactico-stratégiques, l’ampleur et la profondeur des théâtres, et la distribution des forces. Facteurs annonçant le jeu foudroyant et napoléonien spéculant sur l’espace et le temps, l’avènement révolutionnaire des récentes théories du partisan, et les doctrines et pratiques des guerres prolongées.8

La loi du nombre influe, non seulement sur la constitution d’armées puissantes, mais aussi sur les fins politiques non plus limitées, et autrement efficaces, rapportées, désormais, à des grandeurs morales et matérielles jusqu’alors insoupçonnées et qui bouleverseront la portée et la nature des guerres. L’une des issues annonciatrices en sera la Bataille des nations de Leipzig, la Vôlkerschlacht de 1813, prélude sanglant aux guerres des peuples et aux dimensions des luttes idéologiques inexpiables du XXe siècle. Si, comme il a été dit, la loi de la population influe sur la loi économique et celle-ci sur la richesse des nations, la loi de la population en appelle au besoin de l’espace, à une sorte de Lebensraum inavoué, à l’expansion territoriale et à l’inéluctable transgression des frontières.

Pour Machiavel, l’extension de l’État est une nécessité organique du politique, comme celle de sa conservation. En termes abrupts, l’une se réfère à la politique intérieure, l’autre à la politique étrangère. Plus profondément, l’élargissement de l’État, rapporté au concept de défense, introduit une loi nouvelle – la disposition de soldats en nombre suffisant – et dévoile une conception stratégique du pouvoir, non encore énoncée : la politique de puissance. La projection politique-territoriale extérieure hors de la seigneurie, dans le « contado »9, proportionne le concept de défense aux conditions politiques du temps, et remplit une fonction contraignante pour les organismes qui se veulent politiquement vivants. Il s’agit de fonctions justifiées aux yeux de la raison historique, de nécessités moralement impératives au regard de la raison d’État. Si les villes libres allemandes, dit-il, ont « poco contado » (Prince, X, peu de contrées ou d’arrières) et si, à cela, se mesure la liberté de leurs ordonnancements, il faut ajouter que la situation changerait si l’Allemagne « était conditionnée autrement, et il leur conviendrait, de chercher à étendre et briser leur inquiétude ». (Discours, II, 19).

On peut ajouter, sans risque de forcer les termes et en restant dans l’esprit machiavélien, que, en matière d’extension, les hommes valent les ressources. Comment ne pas voir toutes les implications de ce précepte, jusqu’à celles d’une politique d’expansion ? Dans cette dernière expression, la loi de la force et la nécessité factice de la domination sont déduites des impératifs omniprésents de la menace. Le besoin politique de s’affermir tire sa raison d’être d’une nécessité primordiale du politique : celle d’exister pour sa sécurité.

Tout État doit avoir une base territoriale adaptée aux conditions politiques de son temps, proportionnée au système de relations diplomatiques et stratégiques dans lesquelles il s’inscrit et qui déterminent les conditions historiques de sa défense. Mais, si une vaste base territoriale est le fondement concret de sa force, les frontières de sa sécurité peuvent être déplacées toujours plus loin. La proposition, qui met à la charge de l’État l’obligation de s’étendre, comme une nécessité, a la valeur d’une loi ; et, en tant que telle, d’un impératif de la raison d’État déduit des leçons de l’expérience, justifié concrètement par l’analyse des conduites d’autrui en situations de vide de pou-voir, ou de faiblesse politico-militaire d’un acteur-proie. Chez Machiavel, les caractéristiques de l’unité étatique ne sont jamais idéalisées.

Il est erroné de penser, par exemple, qu’il idéalisa l’unité italienne ou qu’il la pensa idéologiquement comme le dérivé d’une aspiration culturelle ou d’une communauté de langue. Il la pensait uniquement de façon politique, comme l’affirmation d’une force sur les autres, dressée contre les forces plus grandes et venues du dehors : « Aucune province ne fut jamais unie ni heureuse si elle ne parvint entièrement à l’obéissance d’une seule république ou d’un seul prince, ainsi qu’il s’est avéré en France et en Espagne »10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s