Thaïs d’Escufon chez Hanouna : Lynchage médiatique d’une jeune femme « au nom de la République » [L’Agora]

Julien Dir 

Il faut absolument voir et faire voir l’émission de Cyril Hanouna « Balance ton Post » diffusé jeudi 21 janvier 2021, dans laquelle était invitée Thaïs d’Escufon, de Génération identitaire.

S’il faut souligner et louer l’invitation faite par Cyril Hanouna, animateur à la fois en recherche de buzz, mais au moins réglo dans sa démarche (sur le service public, la même émission traitant de Génération identitaire aurait sans doute été réalisée sans ses principaux acteurs), il faut voir et revoir l’attitude sidérante des Raquel Garrido, Karim Zeribi, Yassine Bellatar, ou encore du représentant du mouvement de Benoît Hamon, dont pour le coup, on se demande ce qu’il faisait là ne représentant rien politiquement.

Alors que pendant plus d’une heure et demie, Thaïs d’Escufon est restée calme, souriante, répondant à toutes les questions qu’on lui posait (parfois en esquivant sans doute, parfois en théorisant trop peut être, mais qui aurait fait mieux face à des agités du bocal par ailleurs spécialistes des plateaux de télévision, et qui avaient l’avantage en plus de se trouver dans « le camp du bien » médiatique…). Face à elle, on a assisté à une sorte de procès médiatique, pas à un débat.

D’entrée de jeu, le représentant de Génération S (mouvement de Benoît Hamon) distribue les points Goodwin (nazi, extrême droite). Et ça enchaîne, avec Hanouna qui se transforme en procureur : « Il y a un virus qui est en train d’émerger partout, on ne sait pas ce qui va se passer (…) il y a des variants qui émergent dans tous les pays du monde, il y a une situation économique qui est catastrophique dans le monde entier. Donc je pense que les migrants ou les étrangers, ou l’immigration, n’est pas responsable de ce qui se passe actuellement. (…) Vous voyez ce qui se passe ou vous êtes dans votre truc ? » martèle-t-il, comme si lui seul détenait la vérité.

Hormis Jean Messiha, qui sera durant l’émission l’avocat de Thaïs d’Escufon dans ce tribunal médiatique inquisiteur (et un Geoffroy Lejeune qui ne parla que deux fois au milieu de la tempête, à chaque fois pour rappeler des évidences visiblement incomprises de la meute), l’intégralité du plateau veut la tête de la jeune militante, seule contre tous.

Les anathèmes, la morale de Yann Moix et d’Eric Naulleau, les injures du militant socialiste, de Yassine Bellatar, de Raquel Garrido. La fausse démarcation de Laurence Sailliet (« Vous faites du tord à ceux qui veulent un vrai débat sur l’immigration » ose même l’ancienne de l’UMP et des Républicains, deux partis qui ont laissé la situation migratoire se détériorer notamment sous Nicolas Sarkozy). Et enfin, la niaiserie militante d’Agathe Auproux, influenceuse de qui de quoi ?

Voir Karim Zeribi, récemment condamné en justice pour abus de confiance et abus de bien sociaux, se dresser en défenseur des valeurs de la République, cela prête tout de même à sourire.

La République, justement parlons-en, puisque tout le débat (ou plutôt le Brouhaha, car les animateurs de cette émission, imbus de leur propre personne, sont incapables de laisser parler les autres) aura porté sur le fait de savoir si il fallait dissoudre ou pas Génération identitaire, et si Thaïs d’Escufon pouvait dire sur le plateau « vive la République » (pour enfin être laissée tranquille par les petits procureurs en chef ?).

Mais la jeune militante a tenu bon. N’a jamais haussé le ton face à une meute enragée : il n’y a qu’à écouter cette émission pour comprendre où se trouve la haine. Et Garrido de dire à Thaïs d’Escufon qu’elle n’a qu’à quitter le pays si elle ne respecte pas la République. Comme si la République était une religion obligatoire. Comme si l’effusion de sang durant la Révolution française, les têtes coupées, les prêtres assassinés, la guerre civile à l’Ouest, n’était finalement qu’une avancée progressiste pour celle qui était encore au Chili il y a quelques décennies et qui ose dire cela à la représentante d’une famille dont le sang à traversé les siècles sur le sol hexagonal, ce qui lui donne une légitimité supplémentaire, n’en déplaise à Madame Garrido.

Mais que veulent-ils au juste, ces ayatollahs de la République française ? Que veulent-ils ceux qui souhaitent dissoudre un mouvement dont le seul crime est de tenter, pacifiquement, d’interpeller, d’ouvrir les yeux à la population de notre continent, avant qu’il ne soit trop tard et que nous plongions dans des années de chaos racial, de conflits multiculturels, de guerre civile ?

Et que croient-ils, ces Garrido, Zeribi, Bellatar, Naulleau, Moix, et tous les autres ? Qu’en dissolvant un, dix ou cent mouvements, ils réduiront au silence ceux qui ne veulent pas de leur société morbide ? Que comptent-ils faire de ceux qui ne partagent pas leur idéal de « mourir ensemble » républicain ? Les mettre dans des camps de rééducation ? Prendre leurs enfants ? Les interner Au Goulag ? En prison, ou pire encore ? Quand on entend la violence verbale sur le plateau hier soir… on se dit que tout est possible venant de ces gens, à qui il faudra tout de même un jour expliquer que la Remigration organisée via des charters se passerait sans doute beaucoup mieux que dans les camps de Calais, ou de Gare du Nord, où les migrants s’entassent, fument du crack, meurent pour certains, et pour d’autres espèrent d’une société qui n’a rien à leur offrir et à laquelle ils ne sont pas conviés.

Non finalement, la parodie de débat à laquelle les spectateurs ont assisté, faux débat, mais vrai théâtre de l’Inquisition, aura eu le mérite d’aboutir à une conclusion : ces gens sont prêts à toutes les bassesses, y compris en s’attaquant en meute à une jeune femme de 21 ans (tout en prétendant défendre la veuve et l’orphelin du monde entier), pour poursuivre la course folle de notre société occidentale pourtant à bout de souffle. Ils sont prêts à tout. Et ils le montrent d’autant plus qu’ils se sentent forts, sur les plateaux de télévision chez qui ils sont comme à la maison. Dans leurs chics quartiers métropolitains, loin à la fois d’une France rurale (et sans doute trop réac pour eux) qu’ils exècrent, loin aussi des conséquences de leur volonté de toujours plus d’immigration, de métissage, et d’un « vivre ensemble » qui n’existe que dans leurs beaux quartiers.

Garrido, Zeribi, Bellatar, Naulleau, Moix and co oublient quelque chose : si ils ont chassé en meute ce jeudi 21 janvier 2021 en ayant l’impression (bien réelle) de représenter des millions de gens horrifiés par la menace fasciste (le ventre toujours fécond de la bête, etc.), il y a aussi en France comme en Europe des millions d’Autochtones qui soutiennent Thaïs d’Escufon, Génération identitaire, et plus globalement, tous ceux qui n’entendent pas voir crever la civilisation européenne. Et qui n’auront de cesse de le faire savoir.

« Et votre République, moi j’la tringle… » chantait Renaud. Dissout et en prison lui aussi ?

Source Breizh info cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/01/24/thais-d-escufon-chez-hanouna-lynchage-mediatique-d-une-jeune-6292952.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s