Le temps du renoncement

Franck BULEUX

Avec un couvre-feu qui partage la journée en deux parties, la première étant consacrée au travail ou à l’oisiveté due à l’âge ou au statut social et la seconde, aux activités intérieures. Le confinement dure 12 heures, partout en France. Cela évite aux Marseillais de se considérer discriminés et on n’entend déjà plus leurs élus. C’est si simple, dans la France de 2021, d’éteindre une « révolte ».

Hier, sur les réseaux sociaux, j’ai vu huit (deux fois quatre) personnes courageuses refuser les contraintes sanitaires, à Caen, devant la préfecture normande. L’exécutif tremble. Du sud au nord de la France, chacun, consciencieusement, met son masque et rentre à son domicile avant 18h. La crainte de la maréchaussée mais aussi de froisser son voisin.

Cela n’a rien à voir, mais j’ai lu que les plaques d’immatriculation des véhicules automobiles ne pouvaient plus arborer des autocollants régionaux : le cœur sacré vendéen, les léopards normands, l’hermine bretonne… Ainsi, pour  « circulation d’un véhicule à moteur avec une plaque d’immatriculation non conforme », l’amende est fixée à 135 euros, majorée jusqu’à 750 euros en cas de non-régularisation de la situation. Concrètement, si vous avez apposé un autocollant sur le rectangle à droite de votre plaque d’immatriculation, il vous faut le décoller dès aujourd’hui, sous peine d’une amende. C’est la Cour de cassation qui ne veut plus que l’on dénature la plaque d’immatriculation. Si le judiciaire s’y met aussi, nos libertés risquent de s’amenuiser encore. Peut-être pour remplir les caisses ? Surtout pour déshumaniser un peu plus nos différences territoriales.

Heureux, les confinés chez eux, peut-être…

Je lisais le compte-rendu de jeunesse de Camille Kouchner, « La familia grande », paru au Seuil il y a quelques semaines et qui est à l’origine de la démission d’Olivier Duhamel, ancien député européen PS, de toutes ses fonctions (il a 70 ans et a très bien vécu, merci…). Une espèce de peinture des mœurs d’une famille décomposée et confinée dans une belle villa du sud de la France dans les années 1980. Une espèce de confinement voulu (ou pas), une bourgeoisie intellectuelle (de gauche, « forcément de gauche », aurait dit Marguerite Duras) qui se laisse aller à des jeux avec des enfants mélangeant rapports sociaux, nudité (beaucoup) et obscénités (parfois). Mais « tout est pardonné », aurait clamé Charlie Hebdo, chantre de la liberté sexuelle dans les années 1970, car l’auteur des faits les plus ignobles est « brillant » d’intelligence, de réparties, d’ouverture d’esprit. C’est l’époque de la poussée du Front national de Le Pen, là voilà l’horreur absolue, la vraie, la seule. Il faut la combattre sur les plateaux médiatiques et prouver, chez soi, qu’il a tort en ouvrant la liberté à tous les pores du corps et les neurones de l’esprit. L’auteure du livre devait « rigoler », c’est elle qui l’écrit. À tout. Rire aux actes d’un beau-père « survolté ». « Survolté » à quoi ? Entre Sanary, dans le Var, et Saint-Germain-des-Prés, le spectacle est permanent, une espèce de « double confinement ». Il y a, en effet, des libertés qui ne sont plus que des confinements. Souvent, le coucher du soleil est propre à toutes ces dérives.

La plupart d’entre nous ne liront pas les aventures de cette « familia grande » et ne partageront pas ce confinement sans couvre-feu, car chez ces gens-là, le coucher du soleil n’entraîne pas, loin de là, la fin des activités. Le diurne laisse place au nocturne.

La France de 2021 semble renoncer. Il y a dans cette société ce sens du repli, repli sur les GAFAM (l’élection enfin validée du couple Biden-Harris va – enfin – nous permettre de saluer les qualités du modèle américain après quatre années de détestation obligatoire) et les plaisirs du quotidien, ceux-là éloignés des principes (sic) des familles Duhamel-Kouchner-Pisier.

Le temps du renoncement est peut-être, qui sait ? celui qui précède le retour de celui de la volonté. Le carcan sanitaire organisé et imposé, dont la plupart d‘entre nous se satisfont, n’est guère opportun à cette riposte sociale.

D’ici la restauration des libertés primaires (celles de circuler, de se réunir mais aussi d’opinion et d’expression via la possibilité de critiquer le système ou, tout simplement, de voter…), il ne reste à fourbir nos armes intellectuelles. Dénoncer le pourrissement des élites (voir plus haut), les mêmes qui nous donnent des ordres, pour pouvoir réagir et sortir de ces temps d’enfermement mental et physique.

Notre média, Métainfos, essaie, modestement mais clairement et obstinément, de participer à la fin de ce…  « grand renoncement ».

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/01/17/le-temps-du-renoncement-6291519.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s