Georges Sorel : socialisme et violence 3/4

Dans son ouvrage sur la « droite révolutionnaire », suivi de Ni droite, ni gauche, l’historien Z. Sternhell intitule un de ses chapitres : « La révolution des moralistes ». Sorel est donné dans ce chapitre comme l’un des représentants les plus remarquables de ce courant « moraliste ». Face au révisionnisme libéral de Bernstein et de Jaurès, attachés aux valeurs libérales traditionnelles (à propos de ces valeurs, Lafargue parlait de « grues métaphysiques », cité par Sternhell p.81), les « moralistes » sont les hommes du refus de tout compromis déshonorant : compromis avec les valeurs de la société bourgeoise, compromis avec le matérialisme sous toutes ses formes, c-à-d. : marxiste, bourgeois (on retrouve ce même sentiment dans d’autres groupements européens de notre époque: Congrès de Hoppenheim (1928), Congrès du Parti Ouvrier Belge (manifeste du 3 juillet 1940), où De Man évoque une révolution spirituelle et éthique devant les congressistes). Ce « socialisme éthique », on le retrouve à l’origine de ce mythe de la violence.

Violence, prolétariat et grève générale

Il est tout d’abord utile de ne pas confondre la « violence » sorélienne avec les formes physiques d’agressivité que nos sociétés modernes nous exposent. La notion de violence chez Sorel se conjugue avec 2 autres notions toutes aussi essentielles : celle de « prolétariat » (le monopoleur de cette violence) et celle de « grève générale », qui est l’arme de la révolution. Il y a en effet une liaison intime entre la grève générale et l’exercice de la violence. La grève générale est l’expression privilégiée et unique dans l’histoire contemporaine de la violence du prolétariat. C’est, écrit Sorel, un « acte de guerre », semblable à celui d’une armée en campagne. La grève générale est un acte de guerre, ce qui implique qu’elle en possède les mêmes caractéristiques. Notamment qu’elle se produit sans haine et sans esprit de vengeance. Sorel écrit : « En guerre, on ne tue pas les vaincus ».

L’emploi effectif et actualisé de la violence physique n’est pas consubstantiel à la violence de la grève générale. Cette violence est une sorte de « démonstration militaire » de la force prolétarienne. La mort d’autrui n’est qu’un accident de la violence, ce n’est pas son essence. Sorel oppose la violence militaire bourgeoise et la violence guerrière prolétarienne limitée (les travaux des historiens démographes démontrent tout au contraire le caractère beaucoup plus sacrificateur et sanglant des guerres non-conventionnelles, dites « guerres atomiques », par rapport aux guerres traditionnelles). La violence de Sorel est donc une attitude, une attitude de détermination face à l’adversaire. La violence est une idée qui favorise la mobilisation et l’action qui en découle. Sorel écrit aussi : « Nous avons à agir ».

Cette optique explique aussi le mépris sorélien de la classe des intellectuels, incapables de toute action offensive, ignorant du terrain des luttes. A contrario, on peut remarquer que ces mêmes intellectuels, qui refusent le contact de la réalité avec le réel, sont des dirigeants sanguinaires. Leur « violence » d’intellectuels au pouvoir (Sorel pense peut-être à la révolution de 1791 et à la répression de 1870) est erratique, cruelle, terroriste. La violence qu’ils exercent est pathologique. Elle traduit leur impuissance à réunir les masses autour de leurs valeurs. La violence sorélienne est tout à l’opposé de cette violence – on pense à la violence des jacobins de 1791, à la violence léniniste de la NEP contre les paysans d’Ukraine, etc. – parce qu’elle a pleine conscience de sa dignité, de sa générosité. Sorel se réfère à une violence guerrière qui, comme chez Clausewitz, est la marque d’une volonté. La violence est une manifestation de détermination, de fermeté dans ses objectifs et son idéal.

Cette idée de « violence créatrice » débouche sur un mythe historique chez Sorel : la grève générale. La violence volontariste est une idée qui doit se poser comme acte historique. L’idée anime une volonté et le mythe médiatise le rapport entre le réel (la grève générale) et l’idée. Le mythe, écrit Sorel, est la réalisation d’espoirs en actions, non pas au service d’une doctrine, parce que les doctrines et les systèmes sont des spéculations intellectuelles hors du champ de faction et de l’intérêt des prolétaires. La violence est la doctrine en actes, elle est volonté pure et non représentation pensée. L’idée de la grève générale est « une organisation d’images », un instinct collectif et un sentiment général qui manifeste la guerre du socialisme moderne contre la société bourgeoise. Et Sorel revient à cette notion d’intuition, qui n’est pas réductible à un classement clair, précis, bref mécanique, d’idées alignées et normalisées. La violence est, chez Sorel, proche de l’idée bergsonienne. Polin écrit : « Dans la violence, le mythe devient ce qu’il est ». La notion de confusion entre le devenir et l’intuition joue le même rôle chez nos 2 auteurs.

Le syndicalisme révolutionnaire s’oppose au social-réformisme

La violence est enfin la matrice d’un socialisme prolétarien. Le socialisme de Sorel né de cette violence n’est pas un social-réformisme. Sorel fait confiance au syndicalisme révolutionnaire pour bâtir ce socialisme. Le syndicat est ce faisceau des forces vives du prolétariat. Le socialisme de Sorel refuse le socialisme du rêve ou de l’éloquence parlementaire, celui des partis et des intellectuels qui les mènent à des songeries creuses. Citons encore Sorel : « Le syndicat : tout l’avenir du socialisme réside dans le développement autonome des syndicats ouvriers » (Matériaux pour une théorie du prolétariat). Et Polin note avec justesse que le syndicat est dans l’idée sorélienne le « Cogito du prolétariat ».

Sorel considère le syndicat comme la cheville de la révolution. Les groupements naturels du prolétariat sont les syndicats. Ils sont le creuset de sa volonté manifestée de libération. Le syndicat, qui exclut les intellectuels et les parlementaires, est une communauté de combat authentique. Sorel dit d’ailleurs aux marxistes que le vrai marxiste est celui qui comprend que le marxisme est inutile aux masses ouvrières. Le syndicat agit par lui-même, pour ceux qui sont ses membres. Il ne suit pas les programmes des partis et des professionnels de la pensée. Ces derniers, que Sorel appelle « les docteurs de la petite science », eurent à l’égard de ce jugement une réaction corporatiste dont Sorel se moqua. Sorel renvoie dos à dos les intellectuels des partis bourgeois et les intellectuels qui se prétendent prolétaires. Il dénonce leur nature proprement parasitaire. L’utopie de leurs discours est réactionnaire. L’intellectuel bloque le mouvement révolutionnaire et aliène la pensée des travailleurs. La révolution est pensée en actes. La révolution des intellectuels est pure image.

Mais il ne faut pas pour autant confondre « action violente » et « action pour action ». Sorel, précise Polin, n’est pas un penseur nihiliste. L’agitation n’est pas la révolution. La violence ne se limite pas à une série de secousses. La violence engendre des actions que Sorel nomme « actions épiques ». L’épopée révolutionnaire n’est pas négativiste, elle est une néguentropie sociale. La violence est la forme la plus haute de l’action, parce qu’elle a pour finalité de CRÉER. En ce sens, elle est responsabilisation des acteurs, noblesse des combattants, dépassement de soi-même. Elle éveille « le sentiment du sublime », et « fait apparaître au premier rang l’orgueil de l’homme libre » (Réflexions…). On peut rapprocher cet aspect créateur, proprement faustien de la violence, des valeurs nouvelles du « philosophe au marteau » de Sils-Maria.

La violence est un moyen de créer, elle n’est pas une fin en soi. Cette créativité l’investit d’une valeur sans pareil. Et elle est au service du socialisme puisque celui-ci veut, selon le mot fameux de Marx, transformer le monde et non plus seulement le comprendre. Le socialisme est une idée neuve pense Sorel. Il a cette jeunesse qui refuse les programmes et les idées claires et distinctes. Enserré dans un discours, il perd toute vitalité. Il devient vieux, identique à ses adversaires. Le socialisme est une idée en actes, c’est un produit spontané. Il est évident que ce socialisme-là n’a que peu de rapport avec les partis sociaux-démocrates actuellement existants dans les « démocraties occidentales ». Le seul commun dénominateur est ce nom de « socialisme ». Quant au reste…

Un socialisme étranger au monde des sophistes, des économistes et des calculateurs

Nous avons rappelé l’hypothèse de Sternhell selon laquelle Sorel est un penseur de la « Révolution moraliste ». Polin le rappelle, Sorel est un « pessimiste par tempérament ». Ainsi pour lui, le progrès traduit avant tout une notion bourgeoise. Il est contre Hegel et pense que « la nature humaine cherche toujours à s’échapper vers la décadence ». L’homme est soumis à la loi éternelle du combat. Il doit éviter les obstacles que lui oppose la nature et sa nature elle-même (veulerie, lâcheté, médiocrité, etc.). Le grand danger de l’entropie guette l’homme. Sorel écrit : « Il est vraisemblable que les collectivités soient attirées vers un magma assez compliqué et dont la base serait le désordre ». La violence révèle alors cette énergie créatrice qui combat l’entropie.

Sorel est un philosophe de l’énergie. L’homme, pense Sorel, se satisfait d’un sentiment de lutte. Dans cette optique, l’effort est plus que positif, recherché comme une fin en soi. La violence donne à l’homme une énergie salvatrice qui le retient d’être médiocre (Polin compare l’énergie sorélienne exprimée par la violence au thumos stoïcien). L’homme, par la violence émergée de son individualité créatrice, rejoint ultimement la morale. La violence est la forme permanente de la morale. La morale est donc une lutte contre l’entropie appauvrissante. On peut encore se référer à Nietzsche. La nouvelle table de morale du philosophe allemand est proche des valeurs de lutte et de dépassement que Sorel réclame des ouvriers.

Morale égale chez Sorel à sacrifice de soi, abnégation, héroïsme, désintéressement, effort. L’ouvrier est le guerrier romain, le conquérant du XXe siècle ; il doit posséder les qualités morales qui l’ennoblissent et lui assurent sa supériorité face à la bourgeoisie. Sorel parle avec sympathie de cette race d’hommes « qui considère la vie comme une lutte et non comme un plaisir ». Ses maîtres-mots sont : énergie personnelle, énergie créatrice, énergie agissante. Ce type d’homme est élève du guerrier grec. Il refuse le monde des intellectuels qui l’affaiblit. Comme E. Burke, il est étranger au monde des sophistes, des économistes et des calculateurs. Et Sorel va plus loin quand il écrit : « Le sublime est mort dans la bourgeoisie » et ce sublime est l’apanage de la violence dans l’histoire. C’est la source de la morale révolutionnaire. Le syndicat renoue avec un monde de la morale, donc du sublime et de l’héroïsme. C’est un lieu, une école de moralisation collective. Le syndicat est autonome et sa morale est une conception du monde totale.

Mais Sorel est un apôtre de la violence parce qu’il croit dans la figure nouvelle du Travailleur. Sorel identifie pour nous le travail. Il récuse la dichotomie guerre/travail d’Auguste Comte. Le travail est une œuvre créatrice qui ne se plie pas au fond aux calculs sordides des capitalistes. Le travail est désintéressé. Comme la violence. La grève générale est aussi un acte libre de toute recherche de profits matériels. De même, Polin ressent la notion du travail comme une lutte à part entière. Le travail est, dans l’intuition de Sorel, un acte prométhéen. Le travail n’est pas seulement action de transformation sur les choses, il rétro-agit sur soi-même et la collectivité tout entière. La violence ennoblit la conscience du travail ; en d’autres termes, elle donne forme à l’œuvre de création et de transformation.

Le travail, qui n’est pas un simple « facteur de production » comme le prétendent les penseurs (?) et les économistes de l’école libérale, ni une source de profit pour le travailleur et de plus-values pour les entrepreneurs comme le croient les marxistes stricto sensu, est une forme sublimée de création. Il est bien évident que la violence sorélienne est une qualité qui est propre au monde des producteurs ; la réduction de la violence à une domination de l’homme par l’homme est le contraire de cette violence prolétarienne de Sorel. Sorel ajoute même qu’au cœur du travail lui-même, on trouve la violence comme moteur intime. Les notions sont ainsi reliées entre elles : Travail, Violence, Morale. Et le socialisme est ensuite le résultat de cette « vertu qui naît » (Réflexions…). Le travail est une lutte, où le producteur est soulevé par une violence absolue, et dont découle l’acte créateur historiquement.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s