Cette « radieuse Algérie » d’avant la conquête française 1/2

(Document)

Il est de bon ton, y compris pour le président Sarkozy, de répéter que la période de la colonisation française fut une longue nuit pour l’Algérie qui, jusqu’à l’expédition française de 1830, aurait été un pays calmé, heureux et florissant. Il est donc opportun d’exhumer quelques textes, extraits d’un fascicule (série culturelle n » 81) des Documents algériens publiés début 1958 par le service d’information du ministère de l’Algérie sous le titre : L’Algérie en 1830 vue à travers des témoignages de l’époque, ceux entre autres des Français Peyssonnel, Venture de Paradis, G.-T Raynal, A. Nettement, H. de Grammont, de l’Anglais Shaw, de l’Italien Pananti, de l’Américain Shaler, etc. sur la Régence, « fléau de l’Europe » trois siècles durant.

E. de P.

Le Dey n’a d’autre choix que tué ou d’être tué

« Le dey qui n’a de comptes à rendre qu’à la Porte ottomane, et qui ne lui en rend guère, est élu par la milice turque composée ordinairement de « gens sans aveu, sans ressources et de mœurs dépravées, qui viennent du Levant d’où ils ont été obligés de s’enfuir pour se soustraire au châtiment dû à leurs crimes » note le Dr Shaw dans Voyage dans la région d’Alger. Mais, poursuit cet auteur, « il s’en faut bien que le choix d’un dey se fasse toujours paisiblement car tous les Turcs de la milice étant également aptes à être élevés à cette fonction, il y en a toujours quelques uns de plus ambitieux que les autres et qui forment des conspirations dans le but de s’emparer du pouvoir en sacrifiant celui qui en est revêtu. Celui qui, dans ce cas, peut réunir le plus de partisans et tenir la chose secrète jusqu’à ce qu’ils parviennent conjointement à s’introduire dans le palais du dey est à peu près certain de le supplanter après l’avoir inhumainement massacré. Cela fait, il est aussitôt revêtu du caftan de la victime et proclamé de la manière suivante prospérité à untel que Dieu a voulu élever au gouvernement de l’État et de la guerrière milice d’Alger ! Sans que les membres du divan qui sont présents osent proférer un seul mot, parce qu’ils savent qu’ils paieraient de leur vie la moindre opposition. Ils s’empressent au contraire de donner l’exemple de l’obéissance en baisant, les premiers, la main du nouveau dey. Il arrive assez souvent que celui-ci, afin de récompenser ses adhérents, fasse étrangler tous ceux qui étaient attachés à l’administration de son prédécesseur principalement quand ils ne se soumettent pas de bonne grâce.

(…) Quelquefois, l’élection d’un dey est suivie immédiatement de plusieurs autres. On a vu par exemple dans le même jour six deys massacrés et sept élus. On ne fait pas plus de difficulté de reconnaître un Turc qui s’est fait dey par un assassinat que celui qui est légalement élu, parce que, disent les Mahométans, ce qui doit arriver est écrit de tout temps et n’arrive que par la volonté éternelle et immuable de Dieu.

(…) Quelquefois, c’est par hasard que l’élection se fait, comme il arriva en 1694, après la mort de Chaban-Dodja. On résolut d’élire le premier vieil officier que l’on rencontrerait en entrant dans la ville. Alachat-Amet se trouvait assis sur son tabouret de paille, faisant des souliers. On le prit et on le couronna roi malgré lui. Il régna trois ans et il mourut de maladie, craint et respecté des Turcs qu’il avait su dompter. D’autre fois, l’assassin même du roi a endossé le caftan du dey tout ensanglanté, s’est allé lui-même asseoir sur le trône ainsi fut reconnu Ibrahim-Dey qui avait assassiné Bactat en 1710. » (Peyssonnel et Desfontaines, Voyages dans les régions de Tunis et d’Alger, 1724-25 et 1783-86)

(…) « Le dey a la suprême justice sans appel, la disposition de l’argent et des troupes, la police, la nomination aux charges, les monnaies, l’autorité de déclarer la guerre ou de faire la paix et, qui plus est, l’autorité despotique de vie et de mort sur les sujets. » (Peyssonnel, op. cit.)

« Ce pouvoir si absolu en apparence, avait cependant des limites il était contrôlé par la révolte et l’assassinat. Lui qui faisait tout trembler avait à trembler à son tour, et quand on étudie l’histoire des deys, on croit trouver la réalisation de cette dictature, votée dans nos assemblées révolutionnaires par un de leurs membres les plus violents qui demandait la nomination d’un dictateur condamné à gouverner, un boulet aux pieds et la tête sous le couperet. « (Alfred Nettement, Histoire de la conquête d’Alger 1856)

Une population pressurée comme une éponge

Le gouvernement des provinces est confié à des beys que le dey nomme et révoque à volonté. Leur autorité est absolue là où ils commandent, mais elle cesse à leur arrivée à Alger où ils sont tenus de se rendre une fois l’an pour apporter au dey le produit des impôts et des tributs.

(…) « Le public juge de l’importance des revenus par le nombre des voitures chargées d’argent qu’amènent ces fonctionnaires et il en témoigne toujours sa joie par des cris bruyants. À leur arrivée au palais du dey celui-ci les revêt aussitôt d’un caftan. C’est un honneur dont ils cherchent néanmoins à se dispenser quand ils le peuvent, incertains qu’ils sont de savoir quel est le sort qui les attend, s’ils seront traités gracieusement ou s’ils laisseront leur tête, malheur qui leur arrive fréquemment pour les punir de leurs prévarications et de leurs concussions, mais surtout pour les dépouiller des biens immenses qu’ils acquièrent généralement par toutes sortes de moyens illicites. » (Shaw op. cit.)

(…) « Le dey laisse, avec la plus grande indifférence, les beys se conduire comme ils le font il semble même prendre plaisir à les voir s’imbiber du sang du peuple, parce qu’il se propose bien de presser un jour l’éponge. » (Pananti)

Des peuplades rebelles par nature à tout sentiment d’union et de nationalité

Tous les ans, quand il s’agissait de recouvrer l’impôt, le dey envoyait, pour prêter main-forte aux beys, des troupes recrutées parmi les tribus Makhezens.

(…) C’est dans l’établissement des Makhesens, dans cette force tirée du pays pour le subjuguer que résidait la véritable puissance des Turcs. En arrivant dans la région de Mogrob, ils virent combien il y avait peu d’homogénéité, de liaison, de nationalité parmi ces différentes populations entraînées sur le sol d’Afrique par les diverses invasions ou résidu des peuplades primitives. Il ne leur fut point nécessaire de diviser pour régner ils n’eurent qu’à profiter des divisions existantes. » (Walsin-Esterhazy, De la domination turque dans l’ancienne Régence d’Alger)

(…) « Les Turcs ne semèrent pas la discorde dans le pays conquis, elle y existait avant eux et elle a régné de tout temps :   l’esprit de faction est une des marques caractéristiques de la race ; il se fait sentir de tribu à tribu, dans la tribu-même et dans la moindre fraction de tribu ; les conquérants n’eurent donc qu’à l’utiliser à leur profit en favorisant tour à tour les partis opposés. » (H. de Grammont, Histoire d’Alger sous la domination turque, 1887) « Les Turcs ne durent la conservation de leur pouvoir qu’aux divisions incessantes de leurs sujets, complètement rebelles par nature à tout sentiment d’union ou de nationalité. » (Grammont, p. 410)

(…) « Les Maures, n’étant point unis entre eux, se trahissent volontiers les uns les autres. » (Shaw, op. cit.)

(…) « Les montagnes inaccessibles dans lesquelles les Zevawis vivent les mettent à l’abri des vexations des Turcs, mais entre eux il se font des guerres éternelles, et le plus faible se fait soutenir par le commandant turc le plus voisin, qui profite de ces divisions pour les dévorer. Leur haine est implacable et n’est assouvie que par le sang. » (Venture de Paradis, Alger au XVIIIe siècle, 1788-1789)

Non seulement des redevances étaient exigées sur tout ce que la population pouvait posséder ou produire, mais la manière de percevoir ces redevances ajoutait encore à ce système d’exaction et de déprédation organisé. » (Walsin-Esterhazy)

Monopole, vénalité et concussion

(…) « Ces charges, déjà si lourdes, se multipliaient par le mode de perception, en passant entre les mains du caïd, puis entre celles du chef lui-même, avant d’être remises au trésorier du bey sorte de fermier général auquel il n’était demandé aucun compte des moyens employés, pourvu qu’il accomplit le versement annuel aux époques désignées. »

(…) « Le gouvernement est le seul vendeur de ce qu’il est permis d’emporter. À l’exclusion des navigateurs et des négociants, il s’approprie les grains de toutes les espèces au prix commun de la place et règle lui-même la valeur de la laine, des cuirs, de la cire qu’on est forcé de livrer à ses magasins, sans avoir eu la liberté de les exposer au marché. Ce qu’il a obtenu pour peu de chose, il le fait monter aussi haut qu’il veut, parce qu’il est possesseur de marchandises de premier besoin et qu’il n’est jamais pressé de s’en défaire. Un tel monopole, le plus destructeur que l’on connaisse, réduit à presque rien ce qu’une contrée si vaste et si fertile peut fournir aux besoins des nations. À peine les denrées qu’on en retire peuvent-elles occuper soixante à quatre-vingts petits navire. » (G.-T Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans l’Afrique septentrionale, 1826)

(…) « La jouissance d’une place quelconque à Alger est soumise à des avaids en sa faveur et contre elle. Il n’y a pas jusqu’à la place d’un négociant qui ne soit tenue à présenter tous les ans des pommes, des châtaignes, des anchois, des olives, etc. aux grands et petits qui sont employés dans le gouvernement. Les actes de bienséance, de cérémonie, de politesse sont toujours suivis à Alger d’une donation en argent ou en effets. Tout est réglé on ne connaît point les compliments qui ne sont pas accompagnés de présents. » (Venture de Paradis, op. cit.)

(…) « Les ministres du dey n’ont point de traitement régulier mais, comme ils ne servent pas pour l’honneur il leur paraît tout simple de prendre d’autres moyens de lever des contributions sur le public. Aussi peut-on dire que tous les officiers du dey sont de véritables emblèmes de vénalité et de concussion. » (Pananti, op. cit.)

(…) « Des chefs sans principes, des tribunaux sans lumières, des prêtres sans mœurs des marchands sans foi, des ouvriers sans émulation. Ce que cet État produit ? L’abrutissement entier des Maures, des Arabes des Juifs tous plongés dans la misère et dans l’opprobre, tous esclaves aussi rampants, aussi tremblants que s’ils avaient encore quelque chose à perdre. » (Raynal, op. cit.

Un seul commerce, la guerre de course et le trafic des esclaves

(…) « La politique extérieure des deys se trouvait, comme leu politique intérieure, dominée par la question financière. La Course étant leur principal revenu, ils ne pouvaient pas être question d’y renoncer et les premiers qui, sous l’influence de la terreur causé par les bombardements, essayèrent de le faire tombèrent sous les coups de la milice qu’ils ne purent pas solder régulièrement. » (Grammont, op. cit.)

(…) « Les raïs, ou capitaines de corsaires, forment un corps respecté et très considéré à cause des richesses que leurs courses procurent au pays dont ils sont les plus fermes appuis. » (Shaw op. cit.)

(…) « Après avoir mouillé dans le port, le capitaine conduit tous les esclaves au palais du dey où les consuls des puissances étrangères sont aussitôt appelés et qui, en présence du dey demandent à ces infortunés s’il s’en trouve parmi eux de leurs nations respectives. S’il s’en présente, les consuls s’informent par eux-mêmes s’ils étaient passagers ou s’ils faisaient partie de l’équipage du bâtiment pris. Dans le premier cas, ils sont remis à leurs consuls mais s’ils ont été pris les armes à la main, ils sont de droit esclaves. Le dey fait alors ranger tous ceux qui sont dans ce cas et en prend huit à son choix, lequel tombe ordinairement sur le capitaine, les officiers-mariniers, les ouvriers et surtout les charpentiers qu’il envoie conjointement au bagne du gouvernement les autres sont conduits au batistan ou marché aux esclaves où il s’en fait une première vente et où les delets ou courtiers les promènent l’un après l’autre, en faisant connaître à haute voix leurs bonnes qualités et le prix que l’on en offre. Mais ces ventes ne s’élèvent jamais bien haut parce qu’il s’en fait une seconde au palais du dey où l’esclave est remis entre les mains du plus offrant et dernier enchérisseur. L’État retire un bénéfice considérable, tant de la vente des esclaves que de leur rachat, qui est de 10 % du prix d’enchère. »

(…) Voici la description que le capitaine anglais Croker, envoyé à Alger en 1815, fait de la prison des chrétiens :

« Cet affreux séjour se trouve dans une des rues les plus étroites d’Alger. Une petite cour carrée à l’entrée sert aux captifs à prendre l’air. Leur nourriture journalière consiste en deux pains noirs d’une demi-livre chacun ; ceux qui travaillent ont de plus dix olives. Mais comme les travaux cessent le vendredi, qui est le jour de repos des Turcs, ces infortunés restent enfermés toute la journée et ne reçoivent autre chose du gouvernement algérien que de l’eau. Heureusement que la charité d’un aga turc y supplée. Cet homme humain, qui avait éprouvé dans sa jeunesse le malheur d’être esclave, a fait une fondation destinée à fournir le vendredi une livre de pain à chaque prisonnier. De cette cour, dit le capitaine Croker, je montai par un escalier de pierre dans une galerie autour de laquelle régnait un certain nombre de chambres humides et dont le plancher était en terre, de fortes grilles de fer assuraient l’inviolabilité des portes et des fenêtres. Deux de ces pièces contenaient vingt-quatre espèces de cadres suspendus les uns au-dessus des autres et formés uniquement de quelques branches d’arbre entrelacées. Quelque pitoyables que fussent ces lits, il fallait encore payer pour s’y reposer ! L’odeur en était si infecte qu’une des personnes qui m’accompagnaient fut sur le point de se trouver mal. » (Shaw op. cit.)

(…) « Le nombre des esclaves emprisonnés ne fut pas inférieur, pendant la durée de la Régence, à trente mille. Des soulèvements partiels furent impitoyablement réprimés en 1531, 1552, 1662, 1753, 1763. (…) Les Maures se cotisaient pour acheter un captif qu’ils destinaient au supplice. Le feu et la privation d’aliments délivraient de la vie de véritables martyrs. » (M. Martin, La vie et les conditions des esclaves chrétiens dans la Régence d’Alger.)

Les Algériens avaient l’avantage de n’avoir pas de commerce, de sorte qu’on ne pouvait leur rendre le mal qu’ils faisaient leur commerce était la guerre. » (Nettement, op. cit.)

Pas un seul médecin

(…) « Beaucoup d’obstacles se présentent à celui qui veut voyager dans l’intérieur. Il n’y a point de ponts sur les rivières et, pour les grandes routes, elles choqueraient la politique du gouvernement. Il les regarde comme pouvant faciliter la marche d’un ennemi et ouvrir des communications au peuple. Étrange paradoxe ! Le gouvernement pense qu’il est de son intérêt de prévenir ces communications. » (Pananti, op. cit.)

« Les rues sont mal pavées, sales, obscures, non aérées. Nous n’aurions jamais pu avancer au milieu de ces masses si des gardes qui marchaient devant nous ne nous eussent ouvert le passage en distribuant des coups à droite et à gauche avec une dextérité et une prodigalité toute particulière à ce pays. » (Bianchi, Relation, 1675)

(..) « Excepté la principale rue d’Alger toutes les autres sont étroites et d’une malpropreté extrême. Il n’y a ni places ni jardins dans la ville. Alger ne possède point non plus d’eau douce. L’eau qui se perd, soit en buvant, soit en la tirant dans les vases destinés à cet effet, se réunit et est conduite par d’autres tuyaux dans des égouts et des cloaques où se rendent les ordures des maisons et qui communiquent à une grande fosse située près de la Marine d’où toutes les immondices se jettent dans le port ce qui produit une grande puanteur à la porte du môle durant les chaleurs. » (Shaw op. cit.)

(…) « Considérant le petit nombre des villes commerciales et manufacturières, le despotisme barbare qui pèse sur le pays et la vie pastorale qui est encore celle d’un grand nombre de ses habitants, je pense que, malgré les avantages d’un beau climat et d’un sol fertile, la population de ce royaume, pour une surface d’environ trente mille mètres carrés, est plutôt au-dessous qu’au-dessus d’un million. » (William Shaler consul général des États-Unis à Alger, Esquisse de l’État d’Alger 1830)

« Tous ceux qui nous ont donné des descriptions de cette ville (Alger) me semblent avoir mis bien de l’exagération dans l’évaluation du nombre de ses habitants. Pour moi, quand je compare Alger à d’autres villes dont la population est bien connue, je la réduirais à environ cinquante mille âmes. « (Shaler, op. cit.)

(…) « Les Algériens se sont toujours fait gloire de négliger toutes les précautions employées par les chrétiens pour prévenir la communication de la peste. C’est, à leur avis, s’opposer aux décrets éternels de la Providence et au cours de la prédestination absolue qui en est le résultat. » (Laugier de Tassy Histoire des Etats barbaresques qui exercent la piraterie, 1757)

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s