Macron à l’ère du vide !

C’était le discours qui devait marquer les esprits ; Macron, à l’Assemblée générale de l’ONU face à un Trump champion des relations bilatérales et de la force. Mais derrière les grands mots, pas grand chose pour convaincre une salle presque vide.

C’est curieux chez Macron ce besoin de faire des phrases, insultantes pour les Français, surtout quand il est à l’étranger. Alors, à l’Assemblée générale des Nations unies, vous pensez qu’il n’allait pas se priver ! Si sa Nième pique contre le pays qu’il dirige aura marqué les esprits, « la France a fait beaucoup d’erreurs, et de mauvaises choses ! », elle n’est pas révélatrice que de son mépris comme congénital pour le pays. Ce n’est même pas le plus grave, loin de là.

Macron, imbu de sa personne et convaincu par son parcours sans échec que le Verbe suffit à renverser les montagnes, méconnaît visiblement les bases des relations internationales les rapports de force et l’intérêt mutuel bien compris. Gênant pour un dirigeant qui s’est posé en principal rival de Trump, qui, justement, a fondé son discours sur la défense des intérêts de son pays par le protectionnisme, la force et les relations trilatérales.

Macron, dans un plaidoyer vibrant d’émotion, qui n’était pas sans rappeler ses plus fébriles meetings de campagne – voix haut perchée et coups de poing sur la table -, s’est donc posé en champion du multilatéralisme et d’un ordre mondial libéral basé sur les droits de l’homme. Il a dénoncé la « loi du plus fort » et l’unilatéralisme qui conduisent directement, selon lui, « au repli et au conflit ».

Répondait-il à Trump, comme l’affirment les commentateurs ou rejouait-il sa campagne de second tour quand il a scandé d’une voix proche de se briser « N’oubliez jamais que les génocides étaient nourris par les discours auxquels nous nous habituons, parce qu’ils ont été nourris par les succès d’estrade que nous applaudissons » ?

Derrière le multilatéralisme, l’impuissance

Il a pu partir rassuré l’absence de l’Inde, de la Russie, de la Chine, et des trois quarts des délégués l’ont préservé d’un dangereux « succès d’estrade ». Des absences qui n’avaient rien de fortuit, tant le modèle prôné par Macron semble à l’agonie. « Nous sommes en train de voir aujourd’hui se déliter le droit international, toutes les formes de coopération, comme si de rien n’était, par peur, par complicité. Non, moi, je ne m’y résous pas », a-t-il d’ailleurs martelé, velléitaire. Les coups de boutoir viennent bien sûr de l’unilatéralisme américain, pratiqué depuis toujours, mais maintenant tranquillement affirmé par Trump. Pourtant, la France n’est pas en reste, entre ses interventions en Libye ou en Syrie, le maintien des sanctions contre Moscou ou son soutien feutré à l’Arabie Saoudite dans sa guerre contre le Yémen.

Où est alors le multilatéralisme, la politique d’équilibre gaullo-mitterrandienne qu’il prône ici et là ? Peut-être dans la défense de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, mis à mal par Washington ? Mais c’est l’Europe et non la France, ce sont la Russie et la Chine qui tentent de limiter la casse, par leurs relations bilatérales avec Téhéran.

Dans la résolution du conflit israélo-palestinien ? « La solution de deux États […] avec Jérusalem pour capitale », mantra de l’ONU repris par le Président, est de facto rendue caduque par la politique israélienne de blocus et de colonisation et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Trump.

Dans le commerce, alors ? Si Macron reste un chantre du libre-échange et des frontières ouvertes, son exhortation à ne plus signer « d’accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l’accord de Paris » sur le climat, c’est-à-dire à vouloir isoler les États-Unis, première puissance commerciale, augure mal de ses succès en la matière.

C’est sans doute parce que l’écologie est son vrai combat. D’ailleurs, n’a-t-il pas été élu « champion de la Terre » par le « One Planet Summit », en marge de l’Assemblée générale de l’ONU le 26 septembre dernier ? Une nomination collective qui ne manque pas de sel à l’heure de la démission fracassante de Nicolas Hulot pour cause d’immobilisme écologique du gouvernement et où la France n’est qu’à 30 % des objectifs fixés par la COP21 selon l’ONG Green Cross. « Make our planet great again » c’est curieux, chez Macron, ce besoin de faire des phrases.

Richard Dalleau monde&vie 19 octobre 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s